Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Quatre personnes interpellées à Laghouat et Tiaret pour trafic de drogue et contrebande    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Trafic de drogue, 2 arrestations    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"
Amar Belhimer, ministre de la communication
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 04 - 2020

même titre que d'autres citoyens, sont concernés par les mesures de confinement décidées par les pouvoirs publics pour lutter contre la propagation du coronavirus", a affirmé le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Amar Belhimer.
même titre que d'autres citoyens, sont concernés par les mesures de confinement décidées par les pouvoirs publics pour lutter contre la propagation du coronavirus", a affirmé le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Amar Belhimer.
"L'état d'urgence sanitaire affecte de plus en plus fortement les conditions d'exercice de nombre de libertés : de circuler, de manifester, de presse", a concédé le ministre, dans un entretien accordé lundi au quotidien El Watan, promettant une "flexibilité" en cas de situation exceptionnelle qui susciterait l'intérêt médiatique et justifierait la nécessité d'informer". Pour le premier responsable du secteur de l'information, les professionnels de la presse sont concernés par le confinement pour des raisons sanitaires "évidentes".
Le ministre de la Communication mettra en avant le droit international consacrant la notion de "danger public exceptionnel" ainsi que le droit algérien, notamment la loi numéro 4-20 relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable. "Cela ne signifie pas pour autant qu'il (ndlr le confinement) soit synonyme de mise à demeure stricte ou de mise en quarantaine absolue", a-t-il relevé, même si e Droit universel reconnait, a rappelé le ministre, aux Etats des mesures dérogatoires aux obligations inhérentes aux droits civils et politiques admis par le pacte international de 1966. Interrogé sur lesconditions d'exercice du métier de journaliste en cette conjoncture de crise sanitaire avec des laisser-passer qui "limiteraient" les déplacements des professionnels aux trajets qu'empruntent ceux-ci pour aller chez eux, le ministre de la Communication a précisé que le laisser-passer qui a été décidé pour les zones sous couvre-feu (15 h ou 17 h à 7 h , ne limite pas de façon "drastique" le mouvement des journalistes, étant donné que l'essentiel de l'activité se déroule le jour. "Le soir où les villes et les villages sont vides, et où tout est fermé, l'intérêt d'effectuer des reportages n'est pas si évident que ça.
Le champ des sujets à traiter parait réduit. Cela dit, au cas où des rédactions trouveraient un intérêt à traiter tel ou tel sujet, le laisser-passer permet quant même au journaliste de se déplacer, ce permis de circuler leur servant de viatique auprès des services de police qui quadrillent le terrain", a-t-il expliqué. Pour répondre au journaliste qui voudrait rendre compte de la situation à Alger ou dans une autre wilaya, de jour comme de nuit, le ministère aura à traiter avec "flexibilité les cas exceptionnels" qui lui seraient soumis, a rassuré le ministre. "Mais si c'est pour filmer des quartiers ou des populations confinées, (...) cela ne constitue pas un scoop ou une quelconque révélation", a-t-il affirmé, soutenant que le confinement intéresse davantage les spécialistes qui animent des plateaux (de télé) pour disserter sur les conséquences de l'isolement.
"L'état d'urgence sanitaire affecte de plus en plus fortement les conditions d'exercice de nombre de libertés : de circuler, de manifester, de presse", a concédé le ministre, dans un entretien accordé lundi au quotidien El Watan, promettant une "flexibilité" en cas de situation exceptionnelle qui susciterait l'intérêt médiatique et justifierait la nécessité d'informer". Pour le premier responsable du secteur de l'information, les professionnels de la presse sont concernés par le confinement pour des raisons sanitaires "évidentes".
Le ministre de la Communication mettra en avant le droit international consacrant la notion de "danger public exceptionnel" ainsi que le droit algérien, notamment la loi numéro 4-20 relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable. "Cela ne signifie pas pour autant qu'il (ndlr le confinement) soit synonyme de mise à demeure stricte ou de mise en quarantaine absolue", a-t-il relevé, même si e Droit universel reconnait, a rappelé le ministre, aux Etats des mesures dérogatoires aux obligations inhérentes aux droits civils et politiques admis par le pacte international de 1966. Interrogé sur lesconditions d'exercice du métier de journaliste en cette conjoncture de crise sanitaire avec des laisser-passer qui "limiteraient" les déplacements des professionnels aux trajets qu'empruntent ceux-ci pour aller chez eux, le ministre de la Communication a précisé que le laisser-passer qui a été décidé pour les zones sous couvre-feu (15 h ou 17 h à 7 h , ne limite pas de façon "drastique" le mouvement des journalistes, étant donné que l'essentiel de l'activité se déroule le jour. "Le soir où les villes et les villages sont vides, et où tout est fermé, l'intérêt d'effectuer des reportages n'est pas si évident que ça.
Le champ des sujets à traiter parait réduit. Cela dit, au cas où des rédactions trouveraient un intérêt à traiter tel ou tel sujet, le laisser-passer permet quant même au journaliste de se déplacer, ce permis de circuler leur servant de viatique auprès des services de police qui quadrillent le terrain", a-t-il expliqué. Pour répondre au journaliste qui voudrait rendre compte de la situation à Alger ou dans une autre wilaya, de jour comme de nuit, le ministère aura à traiter avec "flexibilité les cas exceptionnels" qui lui seraient soumis, a rassuré le ministre. "Mais si c'est pour filmer des quartiers ou des populations confinées, (...) cela ne constitue pas un scoop ou une quelconque révélation", a-t-il affirmé, soutenant que le confinement intéresse davantage les spécialistes qui animent des plateaux (de télé) pour disserter sur les conséquences de l'isolement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.