Une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,5 enregistrée à Mila    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"
Ammar Belhimer;
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 07 - 2020

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a appelé les médias publics audiovisuels et écrits à s'organiser de "manière profonde", selon les nouvelles exigences qui impliquent leur modernisation et leur transformation, en entreprises organisées en portails numériques offrant des produits variés.
Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a appelé les médias publics audiovisuels et écrits à s'organiser de "manière profonde", selon les nouvelles exigences qui impliquent leur modernisation et leur transformation, en entreprises organisées en portails numériques offrant des produits variés.
"Les médias publics, audiovisuels et écrits, sont appelés à être réorganisés de manière profonde. C'est l'époque qui l'exige et qui implique de les moderniser et de les transformer en entreprises organisées en portails numériques offrant des produits variés. C'est-à-dire, une offre basée sur le texte, le son et l'image, ce qui est une règle valable pour tout le monde : presse écrite imprimée, sites électroniques, radios et télés", a indiqué le ministre dans un entretien au quotidien la Sentinelle. Il a affirmé, que "cette évolution nécessaire est parfaitement conforme à la volonté et à la vision du président de la République lui-même qui a fait de son 6ème engagement pour la fondation de la Nouvelle République un pilier essentiel". "Sur la base de ce sixième engagement républicain, le chef de l'Etat, alors candidat libre de toute attache partisane à la magistrature suprême, a promis de s'investir pleinement pour l'avènement 'd'une presse libre et indépendante, respectueuse des règles du professionnalisme, de l'éthique et de la déontologie, érigée en vecteur de l'exercice démocratique et protégée de toute forme de dérive'",
a-t-il rappelé. Interrogé sur un chantier de restructuration des groupes publics de communication, M. Belhimer a indiqué "qu'il n'est pas encore question d'un nouveau chantier de restructuration des groupes publics de communication, qui aurait été lancé en bonne et due forme". Pour lui, "Il s'agit à l'heure actuelle, de la nomination de nouveaux DG et PDG d'entreprises du secteur économique de laCommunication. Des responsables chargés d'assainir des sociétés assises actuellement sur des déséquilibres structurels, financiers et humains, et qui accumulent déficits de tous genres et pertes d'argent". "Ces nouveaux dirigeants sont chargés de les préparer à constituer à terme, desgroupes économiques autonomes sous l'égide du CPE, le Conseil des participations de l'Etat, qui dépend du Premier ministre. Sont ainsi concernés l'ANEP, les imprimeries et les six titres de la presse écrite publique", a-t-il dit, tout en signalant, à ce propos, que le secteur de la Communication "est aujourd'hui le seul ne pas avoir opéré cette mutation".
Il a expliqué, qu'"une fois assainies, ces entreprises devraient se diversifier et produire de la richesse, pour ne plus avoir à dépendre du budget du ministère de laCommunication ou de la manne providentielle de l'ANEP, qui maintient notamment les six journaux publics sous perfusion financière permanente". "En attendant, la publicité publique continuera effectivement à constituer l'essentiel des aides de l'Etat à la presse nationale, dans son ensemble", a-t-il ajouté.Le ministre a annoncé en outre, la réactivation du Fonds d'aide à la presse, gelé en 2015. "Indépendamment des futurs ressources duFonds d'aide à la presse, qui a été gelé en 2015 et vu ses réserves transférées au Trésor public. Ce Fonds, et c'est là une vraie bonne nouvelle, a été réactivé sur décision du Premier ministre et à ma demande", s'est-il félicité, indiquant que la presse "bénéficiera donc de deux sources de subvention, directes ou indirectes, via l'ANEP et ce Fonds d'aide". Sur le chantier de réformes relatif aux médias digitaux, il a annoncé qu'"un texte réglementaire, et non une loi, sera promulgué au sujet de la presse numérique dont nous voulons légaliser l'existence de fait, afin de lui permettre notamment de bénéficier légalement de la publicité et de toutautre forme d'aide publique à la presse",faisant savoir que "les observations et autres
préconisations des professionnels, ont été prises en compte dans leur ensemble".Interrogé sur les constats de dépassements de la part des chaînes de télévision offshore, M. Belhimer a indiqué que l'Autorité de régulation de la presse audiovisuelle (ARAV), et le ministère de la Communication, avaient été contraints plus d'une fois, à réagir pour rappeler àl'ordre certaines télés offshore pour les exhorter au respect de l'éthique, de la loi, de la vie privée et de l'honneur des personnes. Il a rappelé, dans ce sens, que "faire preuve d'esprit de tolérance et d'ouverture n'est pas se montrer faible ou permissif à l'excès", faisant remarquer qu'"en cas de récidives et de dépassements intolérables, force restera donc à la loi et des mesures coercitives seraient prises certainement".
"Les médias publics, audiovisuels et écrits, sont appelés à être réorganisés de manière profonde. C'est l'époque qui l'exige et qui implique de les moderniser et de les transformer en entreprises organisées en portails numériques offrant des produits variés. C'est-à-dire, une offre basée sur le texte, le son et l'image, ce qui est une règle valable pour tout le monde : presse écrite imprimée, sites électroniques, radios et télés", a indiqué le ministre dans un entretien au quotidien la Sentinelle. Il a affirmé, que "cette évolution nécessaire est parfaitement conforme à la volonté et à la vision du président de la République lui-même qui a fait de son 6ème engagement pour la fondation de la Nouvelle République un pilier essentiel". "Sur la base de ce sixième engagement républicain, le chef de l'Etat, alors candidat libre de toute attache partisane à la magistrature suprême, a promis de s'investir pleinement pour l'avènement 'd'une presse libre et indépendante, respectueuse des règles du professionnalisme, de l'éthique et de la déontologie, érigée en vecteur de l'exercice démocratique et protégée de toute forme de dérive'",
a-t-il rappelé. Interrogé sur un chantier de restructuration des groupes publics de communication, M. Belhimer a indiqué "qu'il n'est pas encore question d'un nouveau chantier de restructuration des groupes publics de communication, qui aurait été lancé en bonne et due forme". Pour lui, "Il s'agit à l'heure actuelle, de la nomination de nouveaux DG et PDG d'entreprises du secteur économique de laCommunication. Des responsables chargés d'assainir des sociétés assises actuellement sur des déséquilibres structurels, financiers et humains, et qui accumulent déficits de tous genres et pertes d'argent". "Ces nouveaux dirigeants sont chargés de les préparer à constituer à terme, desgroupes économiques autonomes sous l'égide du CPE, le Conseil des participations de l'Etat, qui dépend du Premier ministre. Sont ainsi concernés l'ANEP, les imprimeries et les six titres de la presse écrite publique", a-t-il dit, tout en signalant, à ce propos, que le secteur de la Communication "est aujourd'hui le seul ne pas avoir opéré cette mutation".
Il a expliqué, qu'"une fois assainies, ces entreprises devraient se diversifier et produire de la richesse, pour ne plus avoir à dépendre du budget du ministère de laCommunication ou de la manne providentielle de l'ANEP, qui maintient notamment les six journaux publics sous perfusion financière permanente". "En attendant, la publicité publique continuera effectivement à constituer l'essentiel des aides de l'Etat à la presse nationale, dans son ensemble", a-t-il ajouté.Le ministre a annoncé en outre, la réactivation du Fonds d'aide à la presse, gelé en 2015. "Indépendamment des futurs ressources duFonds d'aide à la presse, qui a été gelé en 2015 et vu ses réserves transférées au Trésor public. Ce Fonds, et c'est là une vraie bonne nouvelle, a été réactivé sur décision du Premier ministre et à ma demande", s'est-il félicité, indiquant que la presse "bénéficiera donc de deux sources de subvention, directes ou indirectes, via l'ANEP et ce Fonds d'aide". Sur le chantier de réformes relatif aux médias digitaux, il a annoncé qu'"un texte réglementaire, et non une loi, sera promulgué au sujet de la presse numérique dont nous voulons légaliser l'existence de fait, afin de lui permettre notamment de bénéficier légalement de la publicité et de toutautre forme d'aide publique à la presse",faisant savoir que "les observations et autres
préconisations des professionnels, ont été prises en compte dans leur ensemble".Interrogé sur les constats de dépassements de la part des chaînes de télévision offshore, M. Belhimer a indiqué que l'Autorité de régulation de la presse audiovisuelle (ARAV), et le ministère de la Communication, avaient été contraints plus d'une fois, à réagir pour rappeler àl'ordre certaines télés offshore pour les exhorter au respect de l'éthique, de la loi, de la vie privée et de l'honneur des personnes. Il a rappelé, dans ce sens, que "faire preuve d'esprit de tolérance et d'ouverture n'est pas se montrer faible ou permissif à l'excès", faisant remarquer qu'"en cas de récidives et de dépassements intolérables, force restera donc à la loi et des mesures coercitives seraient prises certainement".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.