PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen
Agissements des autorités Marocaines et attaques de sa presse a l'égard de l'Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 08 - 2020

Amar Bellani, ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, dénonce les agissements des autorités marocaines et répond sèchement aux attaques de la presse de ce pays à l'égard de notre pays, concernant notamment l'aide européenne aux réfugiés sahraouis et l'évolution de la pandémie de la Covid-19.
Amar Bellani, ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, dénonce les agissements des autorités marocaines et répond sèchement aux attaques de la presse de ce pays à l'égard de notre pays, concernant notamment l'aide européenne aux réfugiés sahraouis et l'évolution de la pandémie de la Covid-19.
Dans un long entretien accordé au magazine Afrique-Asie, Bellani soutient que beaucoup de sites « ont été créés et sont financés spécialement pour cultiver et entretenir les sentiments de haine à l'endroit de l'Algérie et pour se réjouir des malheurs de son peuple ». Un site « en particulier », « ne rate pas une seule occasion pour dénigrer l'Algérie, y compris sur des sujets sérieux comme la pandémie du Covid-19, se félicitant presque, puérilement et avec une joie à peine contenue, de l'exclusion de l'Algérie de la liste de l'UE des pays sûrs en provenance desquels sont autorisés les voyages non essentiels »,
regrette le diplomate algérien qui précise, chiffres à l'appui, que la situation épidémiologique est plus détériorée (29 contre 19 cas respectivement pour 100 000 habitants) au Maroc qu'en Algérie. M. Bellani a anticipé la décision prise vendredi par l'Union européenne de retirer le Maroc de sa liste des pays « sûrs ». « Si cette tendance alarmante à la hausse des contaminations au Maroc devait se poursuivre, ce dernier sera également exclu de la prochaine liste actualisée de l'UE qui sera dévoilée en cette fin de semaine », a-t-il dit à Afrique Asie, dans cet entretien réalisé avant la décision de l'UE. Pour Bellani, « une analyse froide et objective de ces torrents quotidiens d'articles biaisés, décontextualisés, et orientés à dessein, prouvent bien (...) que le Maroc a un sérieux problème avec l'Algérie alors que nous ne faisons que réagir, dans les limites de la correction, à d'abominables fabulations », rappelant que le même constat a été fait par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Quant aux accusations de détournement de l'aide européenne aux réfugiés sahraouis, le diplomate algérien rappelle d'abord qu'elles ont été « réfutées de la manière la plus ferme par de nombreux responsables de l'Union Européenne » et souligne que « le document argumenté avec reprise in extenso des déclarations des responsables européens est consultable sur le site de l'Ambassade ». « La diplomatie marocaine veut faire diversion mais à vrai dire, elle est en train de ‘pousser un âne mort' comme le dit cette sentence imagée bien de chez nous », assène-t-il, faisant remarquer que « dans sa fuite en avant, le Maroc n'hésite plus à assumer au grand jour des liaisons plus que douteuses avec l'extrême droite en Europe qui le rend bien, en retour, aux maghrébins (et Marocains) qui sont plus violemment vilipendés et stigmatisés que jamais, par ces mêmes tenants de l'idéologie xénophobe et islamophobe ». « Les questions préparées par les petites mains de la chancellerie et posées par les eurodéputés de cette frange marginale et identitaire du parlement européen (groupe Identité et Démocratie, le groupe politique qui a le moins d'influence selon le baromètre...)
sont toujours de la même facture : un argumentaire mensonger et vermoulu sur la question du Sahara occidental et une bonne dose d'animosité historique envers l'Algérie, de la part de ceux qui n'ont pas digéré l'indépendance arrachée de haute lutte par le vaillant peuple algérien » et « ces informations frelatées sont bien entendu relayées dans la fachosphère qui se délecte goulument de tout ce qui pourrait écorner l'image de l'Algérie », dénonce-t-il. Pour Bellani, « le recours assidu à cegroupe politique identitaire, dont l'idéologie nauséabonde est connue de tous, renseigne, à la fois, sur le brouillage des repères politiques et moraux chez ceux qui démarchent les députés issus de ce groupe et sur la perte de terrain auprès des grands groupes politiques traditionnels qui animent la vie de l'hémicycle européen ». « Bien entendu, le rêve caressé en secret par la diplomatie marocaine serait de « débaucher » (elle sait mettre les moyens) un certain nombre de députés en vue de la saisine de la sous-commission du contrôle budgétaire afin de faire, pour la forme, le plus grand raffut médiatique sur une affaire définitivement close quant au fond », estime-t-il.
Dans un long entretien accordé au magazine Afrique-Asie, Bellani soutient que beaucoup de sites « ont été créés et sont financés spécialement pour cultiver et entretenir les sentiments de haine à l'endroit de l'Algérie et pour se réjouir des malheurs de son peuple ». Un site « en particulier », « ne rate pas une seule occasion pour dénigrer l'Algérie, y compris sur des sujets sérieux comme la pandémie du Covid-19, se félicitant presque, puérilement et avec une joie à peine contenue, de l'exclusion de l'Algérie de la liste de l'UE des pays sûrs en provenance desquels sont autorisés les voyages non essentiels »,
regrette le diplomate algérien qui précise, chiffres à l'appui, que la situation épidémiologique est plus détériorée (29 contre 19 cas respectivement pour 100 000 habitants) au Maroc qu'en Algérie. M. Bellani a anticipé la décision prise vendredi par l'Union européenne de retirer le Maroc de sa liste des pays « sûrs ». « Si cette tendance alarmante à la hausse des contaminations au Maroc devait se poursuivre, ce dernier sera également exclu de la prochaine liste actualisée de l'UE qui sera dévoilée en cette fin de semaine », a-t-il dit à Afrique Asie, dans cet entretien réalisé avant la décision de l'UE. Pour Bellani, « une analyse froide et objective de ces torrents quotidiens d'articles biaisés, décontextualisés, et orientés à dessein, prouvent bien (...) que le Maroc a un sérieux problème avec l'Algérie alors que nous ne faisons que réagir, dans les limites de la correction, à d'abominables fabulations », rappelant que le même constat a été fait par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Quant aux accusations de détournement de l'aide européenne aux réfugiés sahraouis, le diplomate algérien rappelle d'abord qu'elles ont été « réfutées de la manière la plus ferme par de nombreux responsables de l'Union Européenne » et souligne que « le document argumenté avec reprise in extenso des déclarations des responsables européens est consultable sur le site de l'Ambassade ». « La diplomatie marocaine veut faire diversion mais à vrai dire, elle est en train de ‘pousser un âne mort' comme le dit cette sentence imagée bien de chez nous », assène-t-il, faisant remarquer que « dans sa fuite en avant, le Maroc n'hésite plus à assumer au grand jour des liaisons plus que douteuses avec l'extrême droite en Europe qui le rend bien, en retour, aux maghrébins (et Marocains) qui sont plus violemment vilipendés et stigmatisés que jamais, par ces mêmes tenants de l'idéologie xénophobe et islamophobe ». « Les questions préparées par les petites mains de la chancellerie et posées par les eurodéputés de cette frange marginale et identitaire du parlement européen (groupe Identité et Démocratie, le groupe politique qui a le moins d'influence selon le baromètre...)
sont toujours de la même facture : un argumentaire mensonger et vermoulu sur la question du Sahara occidental et une bonne dose d'animosité historique envers l'Algérie, de la part de ceux qui n'ont pas digéré l'indépendance arrachée de haute lutte par le vaillant peuple algérien » et « ces informations frelatées sont bien entendu relayées dans la fachosphère qui se délecte goulument de tout ce qui pourrait écorner l'image de l'Algérie », dénonce-t-il. Pour Bellani, « le recours assidu à cegroupe politique identitaire, dont l'idéologie nauséabonde est connue de tous, renseigne, à la fois, sur le brouillage des repères politiques et moraux chez ceux qui démarchent les députés issus de ce groupe et sur la perte de terrain auprès des grands groupes politiques traditionnels qui animent la vie de l'hémicycle européen ». « Bien entendu, le rêve caressé en secret par la diplomatie marocaine serait de « débaucher » (elle sait mettre les moyens) un certain nombre de députés en vue de la saisine de la sous-commission du contrôle budgétaire afin de faire, pour la forme, le plus grand raffut médiatique sur une affaire définitivement close quant au fond », estime-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.