Atlético : Diego Costa manquera à l'appel face au Bayern    PLF: la commission des finances réclame davantage de mesures pour sauver les entreprises    Procès en appel d'Ali Haddad : les plaidoiries de la défense se poursuivent    Sacchi et Capello évoquent la performance de Bennacer !    Première séance pour Benrahma avec West Ham    OPEP+: Attar insiste sur le respect des engagements pour rééquilibrer le marché    Cancer du sein: un nouveau centre à Alger pour accompagner les patientes    Le projet de l'amendement constitutionnel institue un nouvel Etat fier de son identité et ouvert sur le monde (Hafsi)    Energie: le taux national d'électrification a atteint plus de 98% à fin 2019    VIANDES BLANCHES : Prise de mesures pour un approvisionnement stable du marché    BIR EL-ATER (TEBESSA) : Réception en 2021 de l'évitement de la mine de phosphate    NAAMA : Découverte d'une bombe datant de l'époque coloniale    Gérald Darmanin dimanche prochain à Alger    Le destroyer américain fait une escale au port d'Alger    RENCONTRE SUR LE PROJET D'AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : La fédération nationale de la société civile sensibilise les citoyens    RASSEMBLEMENTS DE CAMPAGNE REFERENDAIRE : L'autorisation tributaire de l'application du protocole sanitaire    Abdelkader Zoukh aujourd'hui devant le tribunal de Tipasa    Les réserves de change passeront sous la barre des 50 milliards de dollars    LAGHOUAT : 03 morts et 06 blessés dans un accident à Aflou    DISTRIBUTION DE LOGEMENTS A MASCARA : Opération d'envergure à l'occasion du 1er novembre    RENTREE SCOLAIRE : Oudjaout insiste sur le respect ‘'strict'' du protocole sanitaire    Référendum constitutionnel : Talaie El Hourriyet décide de participer et appelle ses militants à faire prévaloir l'intérêt du pays    Fédération subaquatique (FASSAS): deux candidats pour le poste de président et 11 pour le bureau    Deux policiers enlevés par des membres d'un parti    Violences intercommunautaires dans le fief d'un candidat    Soudani rejoue huit mois après    Guardiola encense Mahrez    Le MC Saïda toujours interdit de recrutement    La CAF propose différentes options pour les 3e et 4e journées    La rue réclame la réforme de la monarchie en Thaïlande    A servi et peut servir encore!    Onze hirakistes relaxés à Mostaganem    Quand les partis du pouvoir ignorent les gestes barrières    "Nous n'allons pas reconfiner à nouveau"    Lilia Salemkour sur le podium    La gendarmerie intercepte un groupe de harragas    Tala Amara n'a pas oublié son fils    "Héliopolis" de Djaâfar Gacem en compétition    Plaidoyer pour une Algérie en phase avec la marche du monde    Aux enchères de Christies, 10 millions de dollars pour un recueil de Shakespeare    Vers la création d'une commission consultative de la culture    150 milliards de centimes pour relancer l'activité    Les associations religieuses appelées à contribuer à la consolidation du patriotisme    Fonds de commerce «invalide» !    Vente de psychotropes: La nouvelle stratégie fait des vagues    Asphyxie au monoxyde de carbone : 7 personnes secourues    «Monsieur propre»    Tiaret: Un thé à la «Place Rouge»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"
Pour le professeur Ahmed trinissa ;
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 09 - 2020

En prévision du référendum du 1er novembre prochain, au cours duquel les Algériens vont se prononcer sur le projet de la nouvelle Constitution, la chaîne 3 de la Radio nationale recevait, hier mercredi, dans l'émission "l'Invité de la rédaction", Ahmed Trinissa, professeur de droit public à l'université d'Alger et à l'école nationale d'administration.
En prévision du référendum du 1er novembre prochain, au cours duquel les Algériens vont se prononcer sur le projet de la nouvelle Constitution, la chaîne 3 de la Radio nationale recevait, hier mercredi, dans l'émission "l'Invité de la rédaction", Ahmed Trinissa, professeur de droit public à l'université d'Alger et à l'école nationale d'administration.
En réponse aux questions, le professeur Ahmed Trinissa a donnéquelques explications sur le contenu, à l'exemple des articles 34 et 35 traitant des libertés publiques et des droits fondamentaux qui, selon lui, sont "garanties par l'Etat". Ces deux articles, dit-il, "consacrent vraiment l'Etat de droit substantiel. C'est une définition de l'Etat de droit au sens plus large plus sophistiqué", explique-t-il. Pour l'intervenant, le "hirak et l'Armée nationale populaire (ANP) ont sauvé le pays et donné un sens à la souveraineté populaire", en précisant que "c'est le peuple souverain qui produit les institutions de l'Etat au sens juridique du terme. Cette nouvelle Constitution est un acquis par rapport aux Constitutions antérieures", tranche-t-il. Convaincu de l'impact positif de la démarche, le professeur Ahmed Trinissa, estime qu'"on assiste a une constitutionnalisation très forte qui va doser et cadrer les pouvoirs extrêmes du Président, duParlement et même des juges en donnant des moyens aux citoyens de participer à la formation du droit formel", développe-t-il.
Pour étayer ses propos, il cite, à titre d'exemple, l'article 25 qui criminalise l'abus d'autorité ainsi que le trafic d'influence. Autre argument avancé par l'invité, c'est la séparation de l'argent et de la politique. Ce dernier indique qu'on assiste à de nouveaux textes sur la transparence politique et économique. "C'est ça le fondement d'un Etat moderne. La transparence dans la gestion des affaires publiques". Pour ce qui est de l'organisation des pouvoirs, l'intervenant note que la mouture proposée par le chef de l'Etat renforce la représentativité et la place de l'opposition. "L'opposition dans le texte a été renforcée, puisqu'elle a le droit de présider les commissions et s'opposer à une loi votée par la majorité parlementaire, et ce, par l'élaboration d'un recours à laCour constitutionnelle", joute-t-il. "Avec ce texte l'opposition va participer d'une façon efficace et transparente dans les affaires publiques. C'est cette nouvelle donne qui va imprimer la vie publique dans les années à venir", a-t-il conclu.
En réponse aux questions, le professeur Ahmed Trinissa a donnéquelques explications sur le contenu, à l'exemple des articles 34 et 35 traitant des libertés publiques et des droits fondamentaux qui, selon lui, sont "garanties par l'Etat". Ces deux articles, dit-il, "consacrent vraiment l'Etat de droit substantiel. C'est une définition de l'Etat de droit au sens plus large plus sophistiqué", explique-t-il. Pour l'intervenant, le "hirak et l'Armée nationale populaire (ANP) ont sauvé le pays et donné un sens à la souveraineté populaire", en précisant que "c'est le peuple souverain qui produit les institutions de l'Etat au sens juridique du terme. Cette nouvelle Constitution est un acquis par rapport aux Constitutions antérieures", tranche-t-il. Convaincu de l'impact positif de la démarche, le professeur Ahmed Trinissa, estime qu'"on assiste a une constitutionnalisation très forte qui va doser et cadrer les pouvoirs extrêmes du Président, duParlement et même des juges en donnant des moyens aux citoyens de participer à la formation du droit formel", développe-t-il.
Pour étayer ses propos, il cite, à titre d'exemple, l'article 25 qui criminalise l'abus d'autorité ainsi que le trafic d'influence. Autre argument avancé par l'invité, c'est la séparation de l'argent et de la politique. Ce dernier indique qu'on assiste à de nouveaux textes sur la transparence politique et économique. "C'est ça le fondement d'un Etat moderne. La transparence dans la gestion des affaires publiques". Pour ce qui est de l'organisation des pouvoirs, l'intervenant note que la mouture proposée par le chef de l'Etat renforce la représentativité et la place de l'opposition. "L'opposition dans le texte a été renforcée, puisqu'elle a le droit de présider les commissions et s'opposer à une loi votée par la majorité parlementaire, et ce, par l'élaboration d'un recours à laCour constitutionnelle", joute-t-il. "Avec ce texte l'opposition va participer d'une façon efficace et transparente dans les affaires publiques. C'est cette nouvelle donne qui va imprimer la vie publique dans les années à venir", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.