JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Anie innove
Référendum constitutionnel
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 10 - 2020

L'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) a affirmé, avant-hier, que chaque électeur peut "à titre volontaire de son propre gré assister aux opérations de vote et de dépouillement en tant qu'observateur" dans le bureau de vote où il est inscrit.
L'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) a affirmé, avant-hier, que chaque électeur peut "à titre volontaire de son propre gré assister aux opérations de vote et de dépouillement en tant qu'observateur" dans le bureau de vote où il est inscrit.
Pour assister au dépouillement des bulletins, il suffit pour le citoyen qui le désire de déposer une demande 10 jours avant la date du référendum sur la révision constitutionnelle, prévu le 1er novembre prochain, indique un communiqué de l'Anie. Les électeurs, souhaitant assister aux opérations de vote et de dépouillement des scrutins en tant qu'observateurs dans les bureaux de vote, sont appelés à remplir une demande d'agrément mise en place par l'Anie qui contient les informations de l'électeur et sa signature personnelle.
Cette annonce de l'Anie vient en application de la décision du président de l'Anie, datée du 15 octobre 2020, fixant les conditions et les modalités d'accréditation d'observateurs au niveau des bureaux de vote dans le cadre de la consultation référendaire sur le projet de révision constitutionnelle du 1er novembre 2020, conformément aux articles 7 et 8 de la loi organique 19-07 du 14 septembre 2019, relative à l'Anie et aux dispositions de la loi organique 16-10 du 25 août 2016 relative au régime électoral.
Un protocole sanitaire "strict"
L'Anie a indiqué également qu'en application de la teneur du protocole sanitaire pour la prévention contre la propagation du nouveau coronavirus, adopté en cette matière, "il ne peut en aucun cas admettre la présence de plus de trois (3) observateurs dans le bureau de vote fixe et de deux (2) autres dans un bureau de vote itinérant, leur sélection s'effectue en accord avec les électeurs concernés". A défaut, il sera procédé au tirage au sort organisé par la délégation de wilaya de
l'Anie territorialement compétente. Une copie des listes des observateurs doit être affichée le jour du référendum au niveau des centres et bureaux de vote.
Ne pas "s'immiscer dans l'opération de vote"
Dans l'objectif de garantir le bon déroulement du référendum, l'autorité nationale a mis l'accent pour les observateurs agréés sur l'impératif de "respecter les dispositions législatives et règlementaires en vigueur, de faire preuve de neutralité, d'indépendance et d'intégrité, de se conformer aux directives des présidents des bureaux de vote, de se limiter au lieu consacré aux observateurs dans les bureaux de vote, de porter le badge et de ne pas s'immiscer dans l'opération de vote". Il s'agit également de "ne pas influencer les électeurs lors du vote, de ne pas perturber les membres du bureau de vote, ni de violer le droit ou la liberté du vote, d'éviter d'exercer toute forme d'influence sur les électeurs et les membres des bureaux de vote", note la source. A cet effet, l'Anie a mis en place unmodèle du badge pour les observateurs des bureaux de vote à l'étranger, qui sera d'une couleur blanche, ainsi que le badge spécifique aux observateurs des bureaux de vote à travers le pays, en définissant ses dimensions et la qualité du papier utilisé
Pour assister au dépouillement des bulletins, il suffit pour le citoyen qui le désire de déposer une demande 10 jours avant la date du référendum sur la révision constitutionnelle, prévu le 1er novembre prochain, indique un communiqué de l'Anie. Les électeurs, souhaitant assister aux opérations de vote et de dépouillement des scrutins en tant qu'observateurs dans les bureaux de vote, sont appelés à remplir une demande d'agrément mise en place par l'Anie qui contient les informations de l'électeur et sa signature personnelle.
Cette annonce de l'Anie vient en application de la décision du président de l'Anie, datée du 15 octobre 2020, fixant les conditions et les modalités d'accréditation d'observateurs au niveau des bureaux de vote dans le cadre de la consultation référendaire sur le projet de révision constitutionnelle du 1er novembre 2020, conformément aux articles 7 et 8 de la loi organique 19-07 du 14 septembre 2019, relative à l'Anie et aux dispositions de la loi organique 16-10 du 25 août 2016 relative au régime électoral.
Un protocole sanitaire "strict"
L'Anie a indiqué également qu'en application de la teneur du protocole sanitaire pour la prévention contre la propagation du nouveau coronavirus, adopté en cette matière, "il ne peut en aucun cas admettre la présence de plus de trois (3) observateurs dans le bureau de vote fixe et de deux (2) autres dans un bureau de vote itinérant, leur sélection s'effectue en accord avec les électeurs concernés". A défaut, il sera procédé au tirage au sort organisé par la délégation de wilaya de
l'Anie territorialement compétente. Une copie des listes des observateurs doit être affichée le jour du référendum au niveau des centres et bureaux de vote.
Ne pas "s'immiscer dans l'opération de vote"
Dans l'objectif de garantir le bon déroulement du référendum, l'autorité nationale a mis l'accent pour les observateurs agréés sur l'impératif de "respecter les dispositions législatives et règlementaires en vigueur, de faire preuve de neutralité, d'indépendance et d'intégrité, de se conformer aux directives des présidents des bureaux de vote, de se limiter au lieu consacré aux observateurs dans les bureaux de vote, de porter le badge et de ne pas s'immiscer dans l'opération de vote". Il s'agit également de "ne pas influencer les électeurs lors du vote, de ne pas perturber les membres du bureau de vote, ni de violer le droit ou la liberté du vote, d'éviter d'exercer toute forme d'influence sur les électeurs et les membres des bureaux de vote", note la source. A cet effet, l'Anie a mis en place unmodèle du badge pour les observateurs des bureaux de vote à l'étranger, qui sera d'une couleur blanche, ainsi que le badge spécifique aux observateurs des bureaux de vote à travers le pays, en définissant ses dimensions et la qualité du papier utilisé


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.