Cité des 1046 logements (Douéra) : Dégradation et absence d'entretien    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    EPH d'Akbou : Trois services dédiés à la covid-19    Béchar : Cap sur le reboisement    Oran : Le théâtre La Fourmi est fin prêt !    Mostaganem : Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    Barça : Griezmann a mis les choses au clair avec Messi    Ligue des champions d'Europe: Le PSG au pied du mur    USMA - Limogeage de François Ciccolini: Des faits mais aussi des non-dits    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Maroc-Sahara Occidental: Vive tension dans la région    A l'appel de l'UNPEF: Protestation annoncée dans les écoles    900 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Trois autres dans un état grave: Six personnes tuées par de l'alcool frelaté à Tiaret    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    CAF : Ahmad Ahmad suspendu cinq ans par la Fifa    Les laboratoires privés pointés du doigt    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Le spectre de la sécheresse s'éloigne    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un scandale nommé Ali Haddad
Fin d'un procés retentissant
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 10 - 2020

Le procès en appel d'Ali Haddad a pris fin avant-hier et les principaux prévenus sont désormais en attente duverdict. Ce procès, qui a défrayé la chronique en tenant en haleine une partie de l'opinion publique nationale, a été en tous points de vue quelque peu inédit.
Le procès en appel d'Ali Haddad a pris fin avant-hier et les principaux prévenus sont désormais en attente duverdict. Ce procès, qui a défrayé la chronique en tenant en haleine une partie de l'opinion publique nationale, a été en tous points de vue quelque peu inédit.
Des révélations à la pelle, des chiffres astronomiques en dinars sonnants et trébuchants, des déclarations plus croustillantes les unes que les autres, notamment de quelques prévenus comme c'était le cas duprincipal acteur, Ali Haddad en l'occurrence, des situations pour le moins atypiques.
C'est dire combien ce procès, qui a une fois de plus fait la lumière sur de nombreuses pratiques très louches et indignes d'institutions et hommes de pouvoir qui ont permis la prédation sans vergogne du pays, de son économie principalement, à une très large échelle, a été on ne peut plus riche en enseignements sur la gestion des affaires publiques durant une période précise de l'histoire du pays où les oligarques avaient la haute main et se servaient des deniers publics de manière éhontée comme s'il s'agissait de leurs biens propres. Ali Haddad, le patron del'entreprise ETRHB, était poursuivi, au même titre que ses co-accusés, pour plusieurs chefs d'accusation liés à la corruption dont l'obtention de privilèges, d'avantages et de marchés publics en violation de la législation, dilapidation de deniers publics, abus de fonction, conflit d'intérêts et corruption dans la conclusion de marchés publics. Il a été condamné en première instance à 18 années d'emprisonnement et le tribunal a aussi ordonné la confiscation de tous ses biens. Dans le procès en appel qui vient de prendre fin le tribunal a mis en exergue les sommes faramineuses, qui se chiffrent en dizaines demilliers demilliards, octroyées à Ali Haddad sous forme de crédits bancaires comme ont été évoqués les biens mal acquis de l'accusé et les privilèges qui lui ont été accordés par les responsables politiques à tous les niveaux et jusqu'au sommet de l'Etat.
D'anciens Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, d'ex- ministres ont tous choyés le plus connu des oligarques et ce, à l'évidence, au détriment des intérêts de la collectivité et du Trésor public. Le plus drôle dans l'affaire c'est que comme ce fut le cas lors duprocès en première instance, Ali Haddad a maintenu une ligne de défense identique en persistant à clamer haut et fort son innocence narguant, ducoup, la cour et les preuves accablantes qui l'incriminent grandement. Voulant sans doute susciter l'indulgence de la cour il s'est même permis le luxe de se présenter en victime en indiquant qu'il n'a laissé que cinqmillionsde centimes à sa famille lorsqu'il a été emprisonné. Une famille qui serait dans le besoin à l'en croire pour ne pas dire qu'elle crève de faimà l'heure actuelle. De qui s'est moqué Ali Haddad alors qu'il a fait le dos rond ne sachant quoi répondre lorsque la cour l'a accablé de questions précises sur ses pratiques mafieuses et les sommes d'argent transférées à l'étranger où il a acquis de nombreux biens, à l'exemple du luxueux hôtel à Barcelone en Espagne. Pour sa défense ses avocats ont tout fait pour mettre en avant le caractère politique du procès, comme quoi leur mandant est victime d'un règlement de comptes. Mais peine perdue, et en attentant le verdict, le procureur général près la cour d'Alger a requis le durcissement des peines à l'encontre des principaux accusés, en premier lieu donc l'oligarque déchu, Ali Haddad.
Des révélations à la pelle, des chiffres astronomiques en dinars sonnants et trébuchants, des déclarations plus croustillantes les unes que les autres, notamment de quelques prévenus comme c'était le cas duprincipal acteur, Ali Haddad en l'occurrence, des situations pour le moins atypiques.
C'est dire combien ce procès, qui a une fois de plus fait la lumière sur de nombreuses pratiques très louches et indignes d'institutions et hommes de pouvoir qui ont permis la prédation sans vergogne du pays, de son économie principalement, à une très large échelle, a été on ne peut plus riche en enseignements sur la gestion des affaires publiques durant une période précise de l'histoire du pays où les oligarques avaient la haute main et se servaient des deniers publics de manière éhontée comme s'il s'agissait de leurs biens propres. Ali Haddad, le patron del'entreprise ETRHB, était poursuivi, au même titre que ses co-accusés, pour plusieurs chefs d'accusation liés à la corruption dont l'obtention de privilèges, d'avantages et de marchés publics en violation de la législation, dilapidation de deniers publics, abus de fonction, conflit d'intérêts et corruption dans la conclusion de marchés publics. Il a été condamné en première instance à 18 années d'emprisonnement et le tribunal a aussi ordonné la confiscation de tous ses biens. Dans le procès en appel qui vient de prendre fin le tribunal a mis en exergue les sommes faramineuses, qui se chiffrent en dizaines demilliers demilliards, octroyées à Ali Haddad sous forme de crédits bancaires comme ont été évoqués les biens mal acquis de l'accusé et les privilèges qui lui ont été accordés par les responsables politiques à tous les niveaux et jusqu'au sommet de l'Etat.
D'anciens Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, d'ex- ministres ont tous choyés le plus connu des oligarques et ce, à l'évidence, au détriment des intérêts de la collectivité et du Trésor public. Le plus drôle dans l'affaire c'est que comme ce fut le cas lors duprocès en première instance, Ali Haddad a maintenu une ligne de défense identique en persistant à clamer haut et fort son innocence narguant, ducoup, la cour et les preuves accablantes qui l'incriminent grandement. Voulant sans doute susciter l'indulgence de la cour il s'est même permis le luxe de se présenter en victime en indiquant qu'il n'a laissé que cinqmillionsde centimes à sa famille lorsqu'il a été emprisonné. Une famille qui serait dans le besoin à l'en croire pour ne pas dire qu'elle crève de faimà l'heure actuelle. De qui s'est moqué Ali Haddad alors qu'il a fait le dos rond ne sachant quoi répondre lorsque la cour l'a accablé de questions précises sur ses pratiques mafieuses et les sommes d'argent transférées à l'étranger où il a acquis de nombreux biens, à l'exemple du luxueux hôtel à Barcelone en Espagne. Pour sa défense ses avocats ont tout fait pour mettre en avant le caractère politique du procès, comme quoi leur mandant est victime d'un règlement de comptes. Mais peine perdue, et en attentant le verdict, le procureur général près la cour d'Alger a requis le durcissement des peines à l'encontre des principaux accusés, en premier lieu donc l'oligarque déchu, Ali Haddad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.