Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les animateurs de la campagne référendaire appellent à une forte mobilisation
Projet de révision de la constitution
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 10 - 2020

Les animateurs de la campagne référendaire sur le projet d'amendement de la Constitution, ont mis l'accent, vendredi au 17e jour de cette campagne, sur l'importance d'une forte mobilisation des citoyens pour voter en faveur de la nouvelle Constitution le 1er novembre prochain en vue de permettre l'édification de l'Algérie nouvelle.
Les animateurs de la campagne référendaire sur le projet d'amendement de la Constitution, ont mis l'accent, vendredi au 17e jour de cette campagne, sur l'importance d'une forte mobilisation des citoyens pour voter en faveur de la nouvelle Constitution le 1er novembre prochain en vue de permettre l'édification de l'Algérie nouvelle.
Ainsi, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, a affirmé à partir de M'Sila que le vote en faveur du projet de l'amendement constitutionnel constitue "un pas vers l'immunisation du pays". Il a rappelé, à cet égard, que l'Algérie a engagé un processus de réformes visant à "maintenir la stabilité, à commencer par l'organisation de l'élection présidentielle, et maintenant le référendum sur le projet de révision de la Constitution qui s'inscrit dans le cadre des réformes décidées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui avait promis une révision de la Loi fondamentale du pays durant la première année de son mandat présidentiel". Pour le ministre, le projet de révision de la Constitution "constitue un nouveau départ vers l'édification de l'Algérie nouvelle, et le vote en faveur de ce projet contribuera au renforcement de la sécurité et de la stabilité".
Pour sa part, le médiateur de la République, Karim Younes, a souligné à Constantine que le projet de l'amendement constitutionnel allait ouvrir "des perspectives prometteuses dans l'édification de l'Algérie nouvelle". "Ce projet permettra à l'Algérie d'ouvrir une nouvelle page sur la voie de l'édification et consacre la souveraineté et la volonté du peuple dans le cadre de l'égalité et de la justice loin des dépassements et de toute forme de corruption", at- il fait valoir, en exprimant le souhait de "voir le citoyen assumer son rôle et d'aller voter pour ce document, initiateur dechangements et en mesure de répondre à ses préoccupations". Dans le même sillage, le président du parti El-Karama par intérim, Mohamed Daoui, a souligné à Relizane, que le projet d'amendement de la Constitution est "une étape importante dans l'histoire de l'Algérie et constitue une rupture avec les pratiques du passé". Il a ajouté que ce rendez-vous constitue une "nouvelle étape pour une Algérie nouvelle, faisant du peuple "le décideur de la Constitution de son pays, et la consécration de la volonté populaire au changement", invitant les citoyens à participer en force à ce référendum et à l'édification de l'Algérie nouvelle que "tous les Algériens attendent".
Pour sa part, le président du Front national des libertés (FNL), Mohamed Zerrouki, a soutenu depuis Oran que le projet d'amendement de la Loi fondamentale est une occasion pour "remettre le pays sur les rails du développement, car il offre les moyens juridiques nécessaires pour régler les problèmes de l'Algérie et des Algériens". Pour réaliser le changement, a-t-il affirmé, "l'Algérie a besoin de la force du peuple et cette force doit se manifester le 1er novembre prochain avec une forte participation au référendum et voter pour le projet d'amendement de la Constitution". Dans le même sillage, le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abou El Fadhl Baadji, a indiqué depuis M'Sila que le projet d'amendement de la Constitution "a besoin d'un soutien populaire", précisant que pour son parti, "il 'agit d'une Constitution consensuelle dès lors que les amendements introduits tiennent compte de la plupart des propositions émises par la classe politique". Il a fait savoir, à ce propos, que son "appel à voter en faveur de la nouvelle Constitution découlait de plusieurs convictions, notamment le fait que le texte incarne voire consacre la souveraineté populaire comme unique source du pouvoir ainsi que l'alternance au pouvoir".
Le président du Front national pour la justice sociale (FNJS), Khelif Redouane, a relevé depuis Saïda, que le projet d'amendement de la Constitution comprend dans ses textes "deux dimensions, politique et sociale, consacrant l'unité du peuple algérien", en mettant l'accent sur l'importance de participer au référendum du 1er novembre. Il a ajouté que le projet d'amendement de la Constitution "comprend de nouveaux articles venus satisfaire les revendications du Hirak populaire, à travers la concrétisation de l'édification d'une Algérie nouvelle et forte". Le vice-président du mouvement El Bina national, Ahmed Dane, a quant à lui, appelé, lors d'un meeting à Alger, le peuple à voter "massivement" au référendum du 1er novembre pour "le parachèvement du processus de réformes engagées dans le cadre de l'édification de l'Algérie nouvelle". Il a souligné, dans le même cadre, que la nouvelle Constitution "tend à préserver et à protéger l'identité et les constantes nationales, consacrer l'indépendance de la justice et garantir les droits et libertés".
Ainsi, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, a affirmé à partir de M'Sila que le vote en faveur du projet de l'amendement constitutionnel constitue "un pas vers l'immunisation du pays". Il a rappelé, à cet égard, que l'Algérie a engagé un processus de réformes visant à "maintenir la stabilité, à commencer par l'organisation de l'élection présidentielle, et maintenant le référendum sur le projet de révision de la Constitution qui s'inscrit dans le cadre des réformes décidées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui avait promis une révision de la Loi fondamentale du pays durant la première année de son mandat présidentiel". Pour le ministre, le projet de révision de la Constitution "constitue un nouveau départ vers l'édification de l'Algérie nouvelle, et le vote en faveur de ce projet contribuera au renforcement de la sécurité et de la stabilité".
Pour sa part, le médiateur de la République, Karim Younes, a souligné à Constantine que le projet de l'amendement constitutionnel allait ouvrir "des perspectives prometteuses dans l'édification de l'Algérie nouvelle". "Ce projet permettra à l'Algérie d'ouvrir une nouvelle page sur la voie de l'édification et consacre la souveraineté et la volonté du peuple dans le cadre de l'égalité et de la justice loin des dépassements et de toute forme de corruption", at- il fait valoir, en exprimant le souhait de "voir le citoyen assumer son rôle et d'aller voter pour ce document, initiateur dechangements et en mesure de répondre à ses préoccupations". Dans le même sillage, le président du parti El-Karama par intérim, Mohamed Daoui, a souligné à Relizane, que le projet d'amendement de la Constitution est "une étape importante dans l'histoire de l'Algérie et constitue une rupture avec les pratiques du passé". Il a ajouté que ce rendez-vous constitue une "nouvelle étape pour une Algérie nouvelle, faisant du peuple "le décideur de la Constitution de son pays, et la consécration de la volonté populaire au changement", invitant les citoyens à participer en force à ce référendum et à l'édification de l'Algérie nouvelle que "tous les Algériens attendent".
Pour sa part, le président du Front national des libertés (FNL), Mohamed Zerrouki, a soutenu depuis Oran que le projet d'amendement de la Loi fondamentale est une occasion pour "remettre le pays sur les rails du développement, car il offre les moyens juridiques nécessaires pour régler les problèmes de l'Algérie et des Algériens". Pour réaliser le changement, a-t-il affirmé, "l'Algérie a besoin de la force du peuple et cette force doit se manifester le 1er novembre prochain avec une forte participation au référendum et voter pour le projet d'amendement de la Constitution". Dans le même sillage, le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Abou El Fadhl Baadji, a indiqué depuis M'Sila que le projet d'amendement de la Constitution "a besoin d'un soutien populaire", précisant que pour son parti, "il 'agit d'une Constitution consensuelle dès lors que les amendements introduits tiennent compte de la plupart des propositions émises par la classe politique". Il a fait savoir, à ce propos, que son "appel à voter en faveur de la nouvelle Constitution découlait de plusieurs convictions, notamment le fait que le texte incarne voire consacre la souveraineté populaire comme unique source du pouvoir ainsi que l'alternance au pouvoir".
Le président du Front national pour la justice sociale (FNJS), Khelif Redouane, a relevé depuis Saïda, que le projet d'amendement de la Constitution comprend dans ses textes "deux dimensions, politique et sociale, consacrant l'unité du peuple algérien", en mettant l'accent sur l'importance de participer au référendum du 1er novembre. Il a ajouté que le projet d'amendement de la Constitution "comprend de nouveaux articles venus satisfaire les revendications du Hirak populaire, à travers la concrétisation de l'édification d'une Algérie nouvelle et forte". Le vice-président du mouvement El Bina national, Ahmed Dane, a quant à lui, appelé, lors d'un meeting à Alger, le peuple à voter "massivement" au référendum du 1er novembre pour "le parachèvement du processus de réformes engagées dans le cadre de l'édification de l'Algérie nouvelle". Il a souligné, dans le même cadre, que la nouvelle Constitution "tend à préserver et à protéger l'identité et les constantes nationales, consacrer l'indépendance de la justice et garantir les droits et libertés".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.