Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Macron irrite les musulmans
Islamophobie en France
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 10 - 2020

Décidemment, le président français, Emmanuel Macron, ne s'attendait certainement a suscité autant de réactions de désapprobations s'agissant de ses propos sur l'Islam et les musulmans. C'est en effet a une véritable levée de boucliers que l'on assiste dans le monde musulman et jamais la France n'a été autant dans l'oeil du cyclone.
Décidemment, le président français, Emmanuel Macron, ne s'attendait certainement a suscité autant de réactions de désapprobations s'agissant de ses propos sur l'Islam et les musulmans. C'est en effet a une véritable levée de boucliers que l'on assiste dans le monde musulman et jamais la France n'a été autant dans l'oeil du cyclone.
Des appels au boycott des produits français, des convocations des ambassadeurs dela Frane dans certais ays smusulan , comme c'était le cas hier au Pakistan, ainsi que des condamnations à la chaine et des manifestations de colère organisées ca et là pour decnoncer des propos considérés comme franchement assez blessant envers la communauté musulmane de France, en général, et la religion musulmane, en particulier. Le Président français n'y est pas allé de main morte cette fois-ci, en mettant de coté les us et coutumes qui appellent à la pondération pour dire crument des propos pour le moins inédit d'un président de la République. Cela a commencé avec l'histoire du "séparatisme islamiste", un projet de loi défendu bec et ongles par le Président français, auquel est venu se greffer l'affaire de la décapitation du professeur français Samuel Patty, par un jeune furieux tchetchéne. C'est en effet lors de l'hommage rendu à ce professeur,
que le Président français a défendu les caricatures offensantes à l'endroit du Prophéte Mohamed. Des caricatures qui ont été à l'origine de la décapitation, puisque ce jeune tchétchène n'a pas apprécié le cours donné par Samuel Patty sur les caricatures et la liberté d'expression. Emmanuel Macron avait déclaré : "Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent", car pour lui et les autorités françaises, cela relève de la liberté d'expression. Mais la communauté musulmane, de France et d'autres pays musulmans, ne l'entendaient pas de cette oreille, car pour eux, cela constitue, indéniablement, un grave dérapage et un acte avéré d'islamophobie. Surpris par le concert de réactions de désapprobations, Macron et les autorités françaises ont bien tenté d'apaiser ce climat tendu. En vain, puisque le mal est fait et
les musulmans continuent de dénoncer cette attitude du Président francais. Dans ce grand
vacarme, c'est surtout lapolémique entre le presidnet Turc Recep Tayep Erdogan et son homologue francais qui a retenu l'atention et les relations entre les deux pays , déjà minées par tant de dossiers lourds litigieux, sont au plus mal . Erdongan a reproché à Macron d'étre un malade mental. La France, à l'évidence, n'a pas accepté de tels propos et a convoqué l'ambassadeur Turc à Pari pourprotester. Le gouvernement français a appelé à l‘arrêt de la campagne de boycott des produit français, qui prend chaque jour de nouvelles proportion en estimant que ceci est l'oeuvre de "minorités radicales". En tout cas, cette affaire a aussi eu des répercussions en France, puisque le débat et la polémique font rage. Certains intellectuels n'ont pas manqué de prendre la défense des musulmans, en appelant à faire preuve de sagesse et de cesser de stigmatiser cette importante communauté de France.
Des appels au boycott des produits français, des convocations des ambassadeurs dela Frane dans certais ays smusulan , comme c'était le cas hier au Pakistan, ainsi que des condamnations à la chaine et des manifestations de colère organisées ca et là pour decnoncer des propos considérés comme franchement assez blessant envers la communauté musulmane de France, en général, et la religion musulmane, en particulier. Le Président français n'y est pas allé de main morte cette fois-ci, en mettant de coté les us et coutumes qui appellent à la pondération pour dire crument des propos pour le moins inédit d'un président de la République. Cela a commencé avec l'histoire du "séparatisme islamiste", un projet de loi défendu bec et ongles par le Président français, auquel est venu se greffer l'affaire de la décapitation du professeur français Samuel Patty, par un jeune furieux tchetchéne. C'est en effet lors de l'hommage rendu à ce professeur,
que le Président français a défendu les caricatures offensantes à l'endroit du Prophéte Mohamed. Des caricatures qui ont été à l'origine de la décapitation, puisque ce jeune tchétchène n'a pas apprécié le cours donné par Samuel Patty sur les caricatures et la liberté d'expression. Emmanuel Macron avait déclaré : "Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent", car pour lui et les autorités françaises, cela relève de la liberté d'expression. Mais la communauté musulmane, de France et d'autres pays musulmans, ne l'entendaient pas de cette oreille, car pour eux, cela constitue, indéniablement, un grave dérapage et un acte avéré d'islamophobie. Surpris par le concert de réactions de désapprobations, Macron et les autorités françaises ont bien tenté d'apaiser ce climat tendu. En vain, puisque le mal est fait et
les musulmans continuent de dénoncer cette attitude du Président francais. Dans ce grand
vacarme, c'est surtout lapolémique entre le presidnet Turc Recep Tayep Erdogan et son homologue francais qui a retenu l'atention et les relations entre les deux pays , déjà minées par tant de dossiers lourds litigieux, sont au plus mal . Erdongan a reproché à Macron d'étre un malade mental. La France, à l'évidence, n'a pas accepté de tels propos et a convoqué l'ambassadeur Turc à Pari pourprotester. Le gouvernement français a appelé à l‘arrêt de la campagne de boycott des produit français, qui prend chaque jour de nouvelles proportion en estimant que ceci est l'oeuvre de "minorités radicales". En tout cas, cette affaire a aussi eu des répercussions en France, puisque le débat et la polémique font rage. Certains intellectuels n'ont pas manqué de prendre la défense des musulmans, en appelant à faire preuve de sagesse et de cesser de stigmatiser cette importante communauté de France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.