La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    Perte de 131.000 postes d'emploi    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    "Ni repentance ni excuses"    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Nouveau statut pour le Cnes    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    Véritable moelleux au chocolat    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    La pression est la force appliquée à la surface pressée    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    La future loi, le sexe et l'âge    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les vaccins anti Covid-19 dopent le marché des hydrocarbures
Réjouissante mais èphèmère hausse des prix du pètrole
Publié dans Le Midi Libre le 29 - 11 - 2020

Les bonnes nouvelles en provenance des grands laboratoires pharmaceutiques ont fait bondir le prix du baril de pétrole d'un peu plus de 7 dollars en l'espace d'à peine 10 jours.
Les bonnes nouvelles en provenance des grands laboratoires pharmaceutiques ont fait bondir le prix du baril de pétrole d'un peu plus de 7 dollars en l'espace d'à peine 10 jours.
Le Brent est en effet passé de 39,67 dollars le baril le 10 novembre dernier à 47,82 le mercredi 25 novembreà News York. Le pétrole WTI a, quant à lui, fait un bond spectaculaire de 8 dollars en passant de 37,56 à 45,5 dollars surla même période. Le pétrole se maintient,les "investisseurs s'accrochant à l'espoir que la réunion de l'Opep+ de cette demaine aura pour conséquence de repousser de trois,mois le niveau de coupe actuel de leur production"d'or noir, a expliqué Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank.
Lesmembres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés de l'Opep+ se retrouvent lundi 30 novembre et mardi 1er décembre pour statuer sur l'accord de réduction de la productionde brut qui les lie. Selon celui-ci, leretrait actuel du marché de 7,7 millions de barils par jour doit être ramené à 5,8 millionsà compter de janvier 2021.Il faut dire que l'annonce de la découvertede vaccins efficaces et opérationnels à trèscourt terme, a effectivement de quoiemballer lesplaces financières,qui voientenfin poindre une possible reprise de l'économie mondiale et la gigantesque demande en énergies qui va avec. Les vaccins de Pfizer et d'une dizaine d'autresgrands laboratoires pharmaceutiques, dont on loue déjà une efficacité supérieure à 90%, ont produit une euphorie quasi immédiate,du fait que leur inoculation à desmilliards d'êtres humains, est censée libérer comme par enchantement, les entrepriseset les ménages étouffés par la crisesanitaire, ainsi que, les millions d'avions et autres gros consommateurs de carburants, cloués au sol pour la même raison.
La baisse inattendue des stocks de brutaméricains et l'approche du prochain sommetde l'Opep qui prévoit de réduire cette année encore les quotas de production, ne sont également pas étrangers à cette subite remontée des cours de l'or noir. Si ce subitbond des cours du pétrole a de quoi réjouirles pays producteurs d'hydrocarbures, iln'est toutefois pas bien sûr qu'il dure dansle temps, du fait qu'il ne résulte pas d'undéterminisme structurel, mais seulement,d'un effet psychologique non adossé à uneforte reprise de la demande mondiae. Pourl'heure, rien n'a en effet bougé sur le terrainde la confrontation entre l'offre, largementexcédentaire de pétrole, et lademande, toujours plombée par une criseéconomique mondiale qui s'éternise. Mis àpart la Chine qui enregistredepuis peu un léger regain de croissance,tous les pays industriels et émergents, peinentà redémarrer à cause de la pandémie decoronavirus.
Un phénomène qui pourrait durer au minimumune année encore, après la mise surle marché de ces vaccins, estiment pratiquement tous les experts qui se sont expriméssur le sujet.Dans tous les cas, la reprise ne sera que progressive, avec des délais et des intensitésde reprises inégaux, d'un pays à l'autre. Entre temps, les récents gains de prix enregistréssur le marché du pétrole, ont déjàincités les producteurs d'hydrocarbures deschistes qui avaient abandonnés leurspuits, à reprendre leurs activités, voiremême, à explorer de nouveaux gisements. L'offre de pétrole va donc automatiquementaugmenter du fait de ces productionsadditionnelles.
Les conditions d'une reprise de la demande n'étant encore réunies,les prix du baril seront quasi automatiquement tirés à nouveau vers le bas. C'est dire qu'il ne faut pas trop compter sur cette éphémère remontée des prix quirepose en grande partie sur l'espoir d'une prochaine arrivée des vaccins anti Covid- 19. Si elle constitue un événement bénéfiquepour les Américains, l'arrivée desdémocrates au pouvoir n'est, par ailleurs,pas faite pour réjouir les pays pétroliers qui, comme l'Algérie, dépendent quasi exclusivement des recettes tirées du commercedes hydrocarbures.Le programme électoral du nouveauPrésident américain repose en effet, sur ledéveloppement des Energies renouvelablesqui va changer, du tout au tout, le mode de consommation énergétique des Etats-Uniset de nombreux pays qui ne manquerontpas de les suivre sur cette voie écologique.
La volonté politique de Joe Biden est claireet les échéances de la transition énergétiquefixées de manière à ce que les Energiesrenouvelables prennent le dessus sur les énergies fossiles, dans les dix années à venir.Le parc automobile, les logements et leséquipements publics ne consommeront à terme, que ce type d'énergies.A plus ou moins long terme, l'avenir dupétrole semble donc compromis. La chance reviendra désormais aux pays quisauront effectuer le plus rapidement et judicieusement, cette mutation. L'Algériequi regorge de soleil et de vent, à la possibilité de le faire, pour peu que la volontépolitique existe. C'est précisément ce qui semble manquer aujourd'hui en dépit de la création d'unministère, expressément destiné à ce louabledessein.
Aucune information précise nenous étant parvenue de ce ministère, quisemble avoir choisi la voie de la discrétionplutôt que celle de la communication, on ne connaît à ce jour, ni le programme, ni les échéances de réalisation des projets retenus par l'Etat algérien et ses éventuels partenaires. Tel que parti, le primat des Energies fossiles sur les énergies renouvelables, semble donc avoir encore de belles années devant lui.
Le Brent est en effet passé de 39,67 dollars le baril le 10 novembre dernier à 47,82 le mercredi 25 novembreà News York. Le pétrole WTI a, quant à lui, fait un bond spectaculaire de 8 dollars en passant de 37,56 à 45,5 dollars surla même période. Le pétrole se maintient,les "investisseurs s'accrochant à l'espoir que la réunion de l'Opep+ de cette demaine aura pour conséquence de repousser de trois,mois le niveau de coupe actuel de leur production"d'or noir, a expliqué Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank.
Lesmembres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés de l'Opep+ se retrouvent lundi 30 novembre et mardi 1er décembre pour statuer sur l'accord de réduction de la productionde brut qui les lie. Selon celui-ci, leretrait actuel du marché de 7,7 millions de barils par jour doit être ramené à 5,8 millionsà compter de janvier 2021.Il faut dire que l'annonce de la découvertede vaccins efficaces et opérationnels à trèscourt terme, a effectivement de quoiemballer lesplaces financières,qui voientenfin poindre une possible reprise de l'économie mondiale et la gigantesque demande en énergies qui va avec. Les vaccins de Pfizer et d'une dizaine d'autresgrands laboratoires pharmaceutiques, dont on loue déjà une efficacité supérieure à 90%, ont produit une euphorie quasi immédiate,du fait que leur inoculation à desmilliards d'êtres humains, est censée libérer comme par enchantement, les entrepriseset les ménages étouffés par la crisesanitaire, ainsi que, les millions d'avions et autres gros consommateurs de carburants, cloués au sol pour la même raison.
La baisse inattendue des stocks de brutaméricains et l'approche du prochain sommetde l'Opep qui prévoit de réduire cette année encore les quotas de production, ne sont également pas étrangers à cette subite remontée des cours de l'or noir. Si ce subitbond des cours du pétrole a de quoi réjouirles pays producteurs d'hydrocarbures, iln'est toutefois pas bien sûr qu'il dure dansle temps, du fait qu'il ne résulte pas d'undéterminisme structurel, mais seulement,d'un effet psychologique non adossé à uneforte reprise de la demande mondiae. Pourl'heure, rien n'a en effet bougé sur le terrainde la confrontation entre l'offre, largementexcédentaire de pétrole, et lademande, toujours plombée par une criseéconomique mondiale qui s'éternise. Mis àpart la Chine qui enregistredepuis peu un léger regain de croissance,tous les pays industriels et émergents, peinentà redémarrer à cause de la pandémie decoronavirus.
Un phénomène qui pourrait durer au minimumune année encore, après la mise surle marché de ces vaccins, estiment pratiquement tous les experts qui se sont expriméssur le sujet.Dans tous les cas, la reprise ne sera que progressive, avec des délais et des intensitésde reprises inégaux, d'un pays à l'autre. Entre temps, les récents gains de prix enregistréssur le marché du pétrole, ont déjàincités les producteurs d'hydrocarbures deschistes qui avaient abandonnés leurspuits, à reprendre leurs activités, voiremême, à explorer de nouveaux gisements. L'offre de pétrole va donc automatiquementaugmenter du fait de ces productionsadditionnelles.
Les conditions d'une reprise de la demande n'étant encore réunies,les prix du baril seront quasi automatiquement tirés à nouveau vers le bas. C'est dire qu'il ne faut pas trop compter sur cette éphémère remontée des prix quirepose en grande partie sur l'espoir d'une prochaine arrivée des vaccins anti Covid- 19. Si elle constitue un événement bénéfiquepour les Américains, l'arrivée desdémocrates au pouvoir n'est, par ailleurs,pas faite pour réjouir les pays pétroliers qui, comme l'Algérie, dépendent quasi exclusivement des recettes tirées du commercedes hydrocarbures.Le programme électoral du nouveauPrésident américain repose en effet, sur ledéveloppement des Energies renouvelablesqui va changer, du tout au tout, le mode de consommation énergétique des Etats-Uniset de nombreux pays qui ne manquerontpas de les suivre sur cette voie écologique.
La volonté politique de Joe Biden est claireet les échéances de la transition énergétiquefixées de manière à ce que les Energiesrenouvelables prennent le dessus sur les énergies fossiles, dans les dix années à venir.Le parc automobile, les logements et leséquipements publics ne consommeront à terme, que ce type d'énergies.A plus ou moins long terme, l'avenir dupétrole semble donc compromis. La chance reviendra désormais aux pays quisauront effectuer le plus rapidement et judicieusement, cette mutation. L'Algériequi regorge de soleil et de vent, à la possibilité de le faire, pour peu que la volontépolitique existe. C'est précisément ce qui semble manquer aujourd'hui en dépit de la création d'unministère, expressément destiné à ce louabledessein.
Aucune information précise nenous étant parvenue de ce ministère, quisemble avoir choisi la voie de la discrétionplutôt que celle de la communication, on ne connaît à ce jour, ni le programme, ni les échéances de réalisation des projets retenus par l'Etat algérien et ses éventuels partenaires. Tel que parti, le primat des Energies fossiles sur les énergies renouvelables, semble donc avoir encore de belles années devant lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.