Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires
45e anniversaire de la proclamation de la rasd
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 02 - 2021

Le peuple sahraoui a célébré, hier samedi, le 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), sur fond de victoires militaires remportées par l'Armée sahraouie contre les forces d'occupation marocaines depuis la reprise de la lutte armée le 13 novembre dernier.
Le peuple sahraoui a célébré, hier samedi, le 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), sur fond de victoires militaires remportées par l'Armée sahraouie contre les forces d'occupation marocaines depuis la reprise de la lutte armée le 13 novembre dernier.
Des victoires couronnées par de grands acquis politiques et diplomatiques à la faveur d‘une reconnaissance internationale grandissante du droit du peuple sahraoui à l‘autodétermination. Que ce soit dans les territoires libérés, dans les villes occupées du Sahara occidental, dans les camps et la diaspora, le peuple sahraoui s‘est remémoré hier le lancement du processus d‘édification de l‘Etat sahraoui sur l‘ensemble de son territoire il y a 45 ans, lorsque le Front populaire pour la libération de Saguia el-Hamra et du Rio-de-Oro (Front Polisario), a décidé de proclamer le 27 février 1976 la RASD après le retrait de l‘occupant espagnol, suite à la signature de l‘accord tripartite de Madrid le 14 novembre 1975.
C‘est une occasion aussi pour les Sahraouis de se rappeler l‘agressio militaire du Maroc sur leurs territoires un certain 31 octobre 1975, au moment où leur Etat venait à peine de naître et se rétablissait des stigmates du colonialisme espagnol Le 6 novembre de la même année marquera aussi à jamais les esprits des Sahraouis, le régime d‘occupation marocain ayant décidé d‘organiser sa "marche verte", qui est en vérité "une marche noire dans l‘histoire de la région du Maghreb". Les images de milliers de Sahraouis fuyant l‘oppression de l‘armée marocaine, lourdement armée, sont toujours ancrées dans les esprits, documentant de véritables crimes contre l‘humanité, de l‘aveu même des organisations internationales de défense des droits de l‘Homme. Dans une déclaration à l‘APS, le ministre de l‘Information, Porte-parole officiel du gouvernement sahraoui, Hamada Salma, a affirmé que le Front Polisario se distingue principalement par le fait qu‘il est le "seul mouvement de libération à allier édification et libération en 1976". Après le décès en martyr de Mustaph Sayed El-Ouali le 9 juin, "nous nous sommes lancés dans la bataille militaire pour la libération après avoir été dans la phase de défense positive".
Aux niveaux politique et organisationnel, le "premier gouvernement sahraoui a été formé le 5 mars 1975 lançant ainsi le processus d‘édification des institutions de l‘Etat au service du citoyen sahraoui", a rappelé M. Salma, soulignant que la "phase d‘édification de la nouvelle République coïncidait avec l‘agression marocaine, et le Front Polisario se trouva dans l‘obligation d‘assumer les responsabilités de gestion des affaires publiques de la société avec la participation des compétences notamment féminines, les hommes étant occupés à faire la guerre". Evaluant le processus de 45 ans d‘édification, Hamada Salma a indiqué que l‘Etat sahraoui est "une réalité" après avoir réussi à construire des institutions administratives et juridiques complémentaires tant à l‘intérieur qu‘à l‘extérieur, en voulant pour preuve les relations diplomatiques de la RASD et ses ambassades dans les capitales des pays frères et amis. La République sahraouie a réalisé sous la direction du Front Polisario, l‘unique représentant légitime du peuple sahraoui, "de grands acquis politique et diplomatiques", notamment l‘obtention de la reconnaissance internationale par plus de 80 Etats en Afrique, en Amérique latine et en Asie, outre le fait d‘être membre fondateur de l‘Union africaine (UA).
En dépit des manoeuvres marocaines et le deal avec l‘administration de l‘ancien Président américain Donald Trump, la diplomatie sahraouie a réussi à étouffer la déclaration de Trump, notamment après les dernières déclarations du porte-parole du Département d‘Etat américain, Ned Price, qui a affirmé "l‘attachement de l‘administration de Biden au processus pacifique pour le règlement du conflit au Sahara occidental et l‘organisation du référendum d‘autodétermination". Processus de parachèvement de la souveraineté nationale sur tout le territoire sahraoui Le peuple sahraoui célèbre cette année la proclamation de la RASD, sur fond de victoires militaires de son armée dans les champs de bataille après la reprise de la lutte armée le 13 novembre dernier, en réponse à l‘agression militaire marocaine contre les civils Sahraouis sans défense à la zone d‘El- Guerguerat.
Le Front Polisario, unique représentant légitime du peuple sahraoui, a décidé, après des années d‘attente, de reprendre la lutt armée après la violation de l‘accord de cessez-le-feu (signé en septembre 1991) par le royaume du Maroc, e sus des manoeuvres dilatoires du régime marocain qui a défié la légitimité internationale en dépit des chartes internationales qui reconnaissent le droit du peuple sahraoui à l‘autodétermination. L‘agression militaire d‘El-Guerguerat, survenue le 13 novembre dernier, a marqué un tournant décisif du processus de la cause sahraouie après des années de statu quo politique en l‘absence d‘un nouveau envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies au Sahara occidental et le non accomplissement de la mission de la Minurso consistant à organiser un référendum sur l‘autodétermination dans un climat de liberté, d‘égalité et de transparence en concrétisation de la légalité internationale.
La cause sahraouie a marqué un retour en force au niveau des instances internationales après les attaques militaires de l‘Armée sahraouie contre les différentes positions de l‘armée de l‘occupation marocaine, des attaques reprises dans les communiqués du ministère de la Défense sahraouie dans le but de briser le blocus imposé à la cause sahraouie et de démentir toutes les allégations du Maroc qui nie l‘existence d‘une guerre au Sahara occidental en dépit des rapports médiatiques dans les plus grands médias internationaux. Le secrétaire général du ministère de la Sécurité et de la Documentation, Sidi Oukal, a souligné, dans ce sens, que le peuple sahraoui "n‘est pas un partisan de la guerre", relevant sa "détermination à poursuivre la lutte armée jusqu‘à la libération de l‘ensemble de ses territoires". Le "monde entier atteste que le peuple sahraoui est un peuple pacifique au plus haut point, un peuple qui prône la paix et non pas la guerre, mais après 30 ans d‘attente, les Sahraouis se sont lassés et sont convaincus que la lutte armée est la voie pour libérer le pays", a fait savoir M. Sidi Oukal dans une déclaration à l‘APS à l‘occasion du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD, célébré le 27 février.
Le responsable sahraoui a imputé au régime du Makhzen la responsabilit du retour à la guerre dans la région qui demeure exposée "aux pires scénarios, en raison des visées expansionnistes du royaume marocain", rappelant que le régime marocain avait "violé l‘accord de cessez-le-feu le 13 novembre dernier, après l‘agression abjecte contre des civils sans défense dans la région d‘El-Guerguerat". Il a ajouté que le peuple sahraoui "entretient de bonnes relations avec ses voisins et est enclin à la paix, mais n‘acceptera nullement la spoliation de ses terres pour lesquelles il continuera à lutter farouchement". Ayant débuté le 22 février dans les camps des réfugiés sahraouis de Dakhla, les festivités célébrant l‘anniversaire de la proclamation de la RASD ont été marquées, le 27 février, par l‘organisation dans les camps d‘Aousserd de parades populaires et militaires, outre la tenue de portes ouvertes au sein des institutions de la RASD, tout au long du mois de mars.
Des victoires couronnées par de grands acquis politiques et diplomatiques à la faveur d‘une reconnaissance internationale grandissante du droit du peuple sahraoui à l‘autodétermination. Que ce soit dans les territoires libérés, dans les villes occupées du Sahara occidental, dans les camps et la diaspora, le peuple sahraoui s‘est remémoré hier le lancement du processus d‘édification de l‘Etat sahraoui sur l‘ensemble de son territoire il y a 45 ans, lorsque le Front populaire pour la libération de Saguia el-Hamra et du Rio-de-Oro (Front Polisario), a décidé de proclamer le 27 février 1976 la RASD après le retrait de l‘occupant espagnol, suite à la signature de l‘accord tripartite de Madrid le 14 novembre 1975.
C‘est une occasion aussi pour les Sahraouis de se rappeler l‘agressio militaire du Maroc sur leurs territoires un certain 31 octobre 1975, au moment où leur Etat venait à peine de naître et se rétablissait des stigmates du colonialisme espagnol Le 6 novembre de la même année marquera aussi à jamais les esprits des Sahraouis, le régime d‘occupation marocain ayant décidé d‘organiser sa "marche verte", qui est en vérité "une marche noire dans l‘histoire de la région du Maghreb". Les images de milliers de Sahraouis fuyant l‘oppression de l‘armée marocaine, lourdement armée, sont toujours ancrées dans les esprits, documentant de véritables crimes contre l‘humanité, de l‘aveu même des organisations internationales de défense des droits de l‘Homme. Dans une déclaration à l‘APS, le ministre de l‘Information, Porte-parole officiel du gouvernement sahraoui, Hamada Salma, a affirmé que le Front Polisario se distingue principalement par le fait qu‘il est le "seul mouvement de libération à allier édification et libération en 1976". Après le décès en martyr de Mustaph Sayed El-Ouali le 9 juin, "nous nous sommes lancés dans la bataille militaire pour la libération après avoir été dans la phase de défense positive".
Aux niveaux politique et organisationnel, le "premier gouvernement sahraoui a été formé le 5 mars 1975 lançant ainsi le processus d‘édification des institutions de l‘Etat au service du citoyen sahraoui", a rappelé M. Salma, soulignant que la "phase d‘édification de la nouvelle République coïncidait avec l‘agression marocaine, et le Front Polisario se trouva dans l‘obligation d‘assumer les responsabilités de gestion des affaires publiques de la société avec la participation des compétences notamment féminines, les hommes étant occupés à faire la guerre". Evaluant le processus de 45 ans d‘édification, Hamada Salma a indiqué que l‘Etat sahraoui est "une réalité" après avoir réussi à construire des institutions administratives et juridiques complémentaires tant à l‘intérieur qu‘à l‘extérieur, en voulant pour preuve les relations diplomatiques de la RASD et ses ambassades dans les capitales des pays frères et amis. La République sahraouie a réalisé sous la direction du Front Polisario, l‘unique représentant légitime du peuple sahraoui, "de grands acquis politique et diplomatiques", notamment l‘obtention de la reconnaissance internationale par plus de 80 Etats en Afrique, en Amérique latine et en Asie, outre le fait d‘être membre fondateur de l‘Union africaine (UA).
En dépit des manoeuvres marocaines et le deal avec l‘administration de l‘ancien Président américain Donald Trump, la diplomatie sahraouie a réussi à étouffer la déclaration de Trump, notamment après les dernières déclarations du porte-parole du Département d‘Etat américain, Ned Price, qui a affirmé "l‘attachement de l‘administration de Biden au processus pacifique pour le règlement du conflit au Sahara occidental et l‘organisation du référendum d‘autodétermination". Processus de parachèvement de la souveraineté nationale sur tout le territoire sahraoui Le peuple sahraoui célèbre cette année la proclamation de la RASD, sur fond de victoires militaires de son armée dans les champs de bataille après la reprise de la lutte armée le 13 novembre dernier, en réponse à l‘agression militaire marocaine contre les civils Sahraouis sans défense à la zone d‘El- Guerguerat.
Le Front Polisario, unique représentant légitime du peuple sahraoui, a décidé, après des années d‘attente, de reprendre la lutt armée après la violation de l‘accord de cessez-le-feu (signé en septembre 1991) par le royaume du Maroc, e sus des manoeuvres dilatoires du régime marocain qui a défié la légitimité internationale en dépit des chartes internationales qui reconnaissent le droit du peuple sahraoui à l‘autodétermination. L‘agression militaire d‘El-Guerguerat, survenue le 13 novembre dernier, a marqué un tournant décisif du processus de la cause sahraouie après des années de statu quo politique en l‘absence d‘un nouveau envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies au Sahara occidental et le non accomplissement de la mission de la Minurso consistant à organiser un référendum sur l‘autodétermination dans un climat de liberté, d‘égalité et de transparence en concrétisation de la légalité internationale.
La cause sahraouie a marqué un retour en force au niveau des instances internationales après les attaques militaires de l‘Armée sahraouie contre les différentes positions de l‘armée de l‘occupation marocaine, des attaques reprises dans les communiqués du ministère de la Défense sahraouie dans le but de briser le blocus imposé à la cause sahraouie et de démentir toutes les allégations du Maroc qui nie l‘existence d‘une guerre au Sahara occidental en dépit des rapports médiatiques dans les plus grands médias internationaux. Le secrétaire général du ministère de la Sécurité et de la Documentation, Sidi Oukal, a souligné, dans ce sens, que le peuple sahraoui "n‘est pas un partisan de la guerre", relevant sa "détermination à poursuivre la lutte armée jusqu‘à la libération de l‘ensemble de ses territoires". Le "monde entier atteste que le peuple sahraoui est un peuple pacifique au plus haut point, un peuple qui prône la paix et non pas la guerre, mais après 30 ans d‘attente, les Sahraouis se sont lassés et sont convaincus que la lutte armée est la voie pour libérer le pays", a fait savoir M. Sidi Oukal dans une déclaration à l‘APS à l‘occasion du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD, célébré le 27 février.
Le responsable sahraoui a imputé au régime du Makhzen la responsabilit du retour à la guerre dans la région qui demeure exposée "aux pires scénarios, en raison des visées expansionnistes du royaume marocain", rappelant que le régime marocain avait "violé l‘accord de cessez-le-feu le 13 novembre dernier, après l‘agression abjecte contre des civils sans défense dans la région d‘El-Guerguerat". Il a ajouté que le peuple sahraoui "entretient de bonnes relations avec ses voisins et est enclin à la paix, mais n‘acceptera nullement la spoliation de ses terres pour lesquelles il continuera à lutter farouchement". Ayant débuté le 22 février dans les camps des réfugiés sahraouis de Dakhla, les festivités célébrant l‘anniversaire de la proclamation de la RASD ont été marquées, le 27 février, par l‘organisation dans les camps d‘Aousserd de parades populaires et militaires, outre la tenue de portes ouvertes au sein des institutions de la RASD, tout au long du mois de mars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.