Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les spécialistes s'y opposent
Ouverture des frontiéres en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 04 - 2021

Le membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie du Covid-19, Ryad Mahyaoui, a fait le point, ce 16 avril 2021, sur l'éventuelle ouverture des frontières nationales.
Le membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie du Covid-19, Ryad Mahyaoui, a fait le point, ce 16 avril 2021, sur l'éventuelle ouverture des frontières nationales.
Le membre du Comité scientifique a été convié, ce vendredi, sur les ondes de la Radio locale de Sétif. Son discours a abordé plusieurs sujets d'actualité, dont le système de santé, la situation épidémiologique du pays et la vaccination. Ryad Mahyaoui est également revenu sur le sujet qui suscite en émoi plusieurs questionnements, soit l'ouverture des frontières en Algérie. Le membre du Comité scientifique s'est alors prononcé d'une manière formelle.
Il s'est dit défavorable à une reprise imminente des vols internationaux. Selon lui, il est actuellement déraisonnable d'évoquer une réouverture des espaces aériens, maritimes et terrestres. Ce décret provisoire, souligne l'intervenant, doit impérativement être maintenu. "Eminemment au moment où plusieurs pays européens se heurtent à des chiffres de contamination en croissance exponentielle". C'est en effet ce qu'a formulé d'emblée le même locuteur. Il a par la suite avisé que la courbe épidémiologique de l'Algérie connaît, depuis quelques jours, une légère hausse. Un recensement, stipule-t-il, qui pourrait s'avérer très inquiétant. "Si on ne fait pas preuve de vigilance et de prudence, on repartira pour de nombreux mois compliqués", prévient-il en outre. Alors que la deuxième vague est derrière nous, le spécialiste de réanimation médicale craint un rebond épidémique important. "Nous devons tout faire pour éviter le spectre d'une troisième vague".
Pour ce faire, Ryad Mahyaoui estime que les protocoles sanitaires de la vie quotidienne ne peuvent tenir lieu à eux seuls de politique de lutte contre le coronavirus. Conséquemment, il a manifesté la nécessité absolue de garder les liaisons internationales suspendues. Cela épargnera, ditil, au pays la crise intense dans laquelle baignent de façon insidieuse plusieurs Etats étrangers, dont l'Hexagone. La zone métropolitaine, rappelons-le, fait face à une propagation éclair de plusieurs souches présentes depuis plusieurs semaines. Afin de casser les chaînes de transmission des variants du Sars-Cov-2, le gouvernement algérien mise tout sur la fermeture des frontières et le protocole de sécurité sanitaire. Ces dispositifs permettront notamment de conserver cette longueur d'avance sur le virus à couronne et ses variants que l'Algérie tient entre ses mains. "Ce qui l'abritera d'un troisième confinement et d'un scénario déplorable". Il s'agit là également des déclarations qu'a faites le membre du Comité scientifique national sur la station radio susmentionnée.
Le membre du Comité scientifique a été convié, ce vendredi, sur les ondes de la Radio locale de Sétif. Son discours a abordé plusieurs sujets d'actualité, dont le système de santé, la situation épidémiologique du pays et la vaccination. Ryad Mahyaoui est également revenu sur le sujet qui suscite en émoi plusieurs questionnements, soit l'ouverture des frontières en Algérie. Le membre du Comité scientifique s'est alors prononcé d'une manière formelle.
Il s'est dit défavorable à une reprise imminente des vols internationaux. Selon lui, il est actuellement déraisonnable d'évoquer une réouverture des espaces aériens, maritimes et terrestres. Ce décret provisoire, souligne l'intervenant, doit impérativement être maintenu. "Eminemment au moment où plusieurs pays européens se heurtent à des chiffres de contamination en croissance exponentielle". C'est en effet ce qu'a formulé d'emblée le même locuteur. Il a par la suite avisé que la courbe épidémiologique de l'Algérie connaît, depuis quelques jours, une légère hausse. Un recensement, stipule-t-il, qui pourrait s'avérer très inquiétant. "Si on ne fait pas preuve de vigilance et de prudence, on repartira pour de nombreux mois compliqués", prévient-il en outre. Alors que la deuxième vague est derrière nous, le spécialiste de réanimation médicale craint un rebond épidémique important. "Nous devons tout faire pour éviter le spectre d'une troisième vague".
Pour ce faire, Ryad Mahyaoui estime que les protocoles sanitaires de la vie quotidienne ne peuvent tenir lieu à eux seuls de politique de lutte contre le coronavirus. Conséquemment, il a manifesté la nécessité absolue de garder les liaisons internationales suspendues. Cela épargnera, ditil, au pays la crise intense dans laquelle baignent de façon insidieuse plusieurs Etats étrangers, dont l'Hexagone. La zone métropolitaine, rappelons-le, fait face à une propagation éclair de plusieurs souches présentes depuis plusieurs semaines. Afin de casser les chaînes de transmission des variants du Sars-Cov-2, le gouvernement algérien mise tout sur la fermeture des frontières et le protocole de sécurité sanitaire. Ces dispositifs permettront notamment de conserver cette longueur d'avance sur le virus à couronne et ses variants que l'Algérie tient entre ses mains. "Ce qui l'abritera d'un troisième confinement et d'un scénario déplorable". Il s'agit là également des déclarations qu'a faites le membre du Comité scientifique national sur la station radio susmentionnée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.