Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Budget 2021: le secteur de l'Habitat détient la part du lion    Sahara occidental : créer une ONG pour plaider en faveur de l'indépendance du peuple sahraoui    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes
Rentrée scolaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 09 - 2020

La décrue du nombre de contaminations au nouveau coronavirus est, pour le Comité scientifique de suivi de l'évolution du Covid-19, signe d'une «maîtrise» de la situation épidémiologique. Une «amélioration» qui, pourtant, n'exclut pas la cohabitation avec cette pandémie. Le Pr Ryad Mahyaoui, membre du dudit comité, insiste sur une reprise sociale et économique basée sur la prudence et la consolidation de la riposte contre ce virus.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Le bilan quotidien de l'évolution du Covid-19 suit depuis plusieurs semaines une courbe descendante. «Seules quatre wilayas enregistrent dix cas par jour. Les autres recensent un ou deux cas sporadiques, disséminés dans toute la wilaya», précise le Pr Ryad Mahyaoui, membre du Comité scientifique de suivi de l'évolution du Covid-19.
Selon lui, cette tendance baissière est synonyme d'une situation «largement maîtrisée. Aujourd'hui, les hôpitaux ne subissent plus la pression, leurs stocks en produits pharmaceutiques sont renouvelés et leur personnel souffle, enfin», explique-t-il. Comme preuve, il cite la récente instruction du ministère de la Santé pour la reprise normale des activités médicochirurgicales dans les hôpitaux. «Les conseils médicaux, les conseils scientifiques et les directeurs généraux des hôpitaux doivent s'organiser pour mettre en place un système de reprise immédiate et progressive des activités médicochirurgicales, tout en prenant en compte l'éventuelle flambée de la pandémie à laquelle il faut se préparer pour reprendre en charge les malades», dit-il.
Intervenant jeudi dernier, sur les ondes de la Chaîne 3, le
Pr Mahyaoui estime qu'il ne faut pas rester figé sur des décisions prises à l'acmé de la pandémie de Covid-19. Certes, insiste-t-il, le virus est toujours actif, circule et continue à contaminer, mais apprendre à vivre avec cette pandémie reste inévitable. Pour lui, l'un n'empêche pas l'autre. «Apprenons à vivre avec ce virus, reprenons nos activités et relançons la vie sociale et économique. Il faudra patienter, consolider la riposte contre le Covid-19, s'assurer de l'application des mesures barrières dans les écoles, les universités, les transports interwilayas et partout», dit-il. Toujours est-il, le spécialiste reconnaît que les décisions sont «très difficiles» à prendre, notamment pour la rentrée scolaire, dont plus de 7 millions d'élèves seront concentrés dans les écoles. «Ça fait réellement peur, surtout lorsque nous voyons ce qui se passe dans des pays ayant un système de santé puissant, qui ferment des milliers de classes et des centaines d'écoles», fait-il remarquer. Pour lui, rassurer la population et particulièrement les parents impose de prendre la responsabilité en matière de protocole sanitaire. «Il faut être au top et ne négliger aucun moyen de protection contre cette maladie», ajoute-t-il. L'invité de la Chaîne 3 préconise toutefois la prudence et déconseille la précipitation. Et d'expliquer : «Depuis sept mois, nous avons eu des baisses du nombre de contaminations, des remontées, des pics, des plateaux. En août dernier, nous avons été surpris par une remontée fulgurante qui a suscité beaucoup d'interrogations. Est-ce une seconde vague ? Avons-nous atteint le pic ? Donc, nous ne savons pas comment va encore évoluer ce virus.» Il rappelle, à cet effet, que l'Algérie a toujours pris les bonnes décisions. «Notre pays a été parmi les premiers à adopter le protocole sanitaire, à fermer les écoles, les universités et les mosquées, ainsi que les frontières. Nous avons eu des résultats positifs et j'espère que nous allons consolider ce qui a été construit depuis sept mois», dit-il. Le professeur déplore, par contre, le déni dont fait preuve une grande partie de la population, notamment après l'ouverture des plages et des restaurants. «L'Algérien a oublié que le virus est toujours là. Il ne se rappelle de son existence que lorsqu'il voit les informations ou que son entourage est touché par ce virus», regrette-t-il. Et de
conclure : «Il faut avoir une responsabilité individuelle et collective pour pouvoir attaquer une nouvelle année que j'espère meilleure que celle de 2020.»
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.