Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    De l'électricité algérienne pour la Libye    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les candidats retiennent leur souffle
Examen des listes par l'anie
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 05 - 2021

L'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) planche depuis quelques jours déjà sur l'examen des dossiers de candidature aux élections législatives du 12 juin.
L'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) planche depuis quelques jours déjà sur l'examen des dossiers de candidature aux élections législatives du 12 juin.
Entamée après la clôture de l'opération de dépôt de candidature le mardi dernier à minuit, cet examen des listes électorales n'est pas sans donner des frissons aux partis politiques et associations. En effet, les candidats à ces élections législatives anticipées craignent par dessus tout de voir leur dossier rejeté par l'Anie. En ce sens des milliers de candidats retiennent leur souffle. Et cela sera encore le cas jusqu'à ce que l'institution que préside Mohamed Charfi rende son verdict final à propos de la conformité ou non des dossiers de candidature. Il est prévu que l'Anie termine son travail dans quelques jours puisque, selon les dispositions de la loi, cette institution dispose de12 jours à partir de la date de dépôt de candidature pour trancher sur la conformité des dossiers. En vérité si ce sentiment de peur s'est saisi des candidats cela est surtout dû aux informations selon lesquelles l'Anie est en train de faire preuve de vigilance
s'agissant du respect de la loi.
À ce titre des informations non confirmées font état du rejet de la candidature du secrétaire général du parti du FLN. Une information surprenante quelque peu puisqu'Abou El Fadl Baadji a lui-même annoncé avoir renoncé à la candidature pour cette élection. Mais qu'à cela ne tienne des informations concordantes font globalement état du rejet de dizaines de candidature. L'Anie n'a eu de cesse de mettre en garde contre l'argent sale et les pratiques occultes durant la campagne électorale. Mohaamed Chorfi dira, à maintes reprises, que "l'Anie est dotée de suffisamment de prérogatives". Il dira que celle-ci reste apte à "mener des enquêtes, à l'issue de la proclamation des résultats du vote, sur l'origine du financement de la campagne électorale", ajoutant que "ce travail qui pourrait prendre jusqu'à six mois, amènerait la disqualification si les investigations prouvaient son usage de l'argent sale", a-t-il mis en garde. D'ailleurs l'Anie a mis en place une commission en son sein. Cette commission est composée de représentants de différentes instances, à l'instar du Conseil de l'Etat, la cour des comptes et la Cour suprême.
"Elle a pourmission le contrôle du financement de la campagne électorale", a-t-il affirmé. Autant dire que ce ne sera pas facile pour les tenants de l'argent sale de passer cette fois-ci, eux qui étaient les maîtres du jeu dans un passé encore très récent. Nul besoin de rappeler que l'APN dissoute était truffé d'hommes d'affaires dont l'origine de la fortune était plus que douteuse.
Entamée après la clôture de l'opération de dépôt de candidature le mardi dernier à minuit, cet examen des listes électorales n'est pas sans donner des frissons aux partis politiques et associations. En effet, les candidats à ces élections législatives anticipées craignent par dessus tout de voir leur dossier rejeté par l'Anie. En ce sens des milliers de candidats retiennent leur souffle. Et cela sera encore le cas jusqu'à ce que l'institution que préside Mohamed Charfi rende son verdict final à propos de la conformité ou non des dossiers de candidature. Il est prévu que l'Anie termine son travail dans quelques jours puisque, selon les dispositions de la loi, cette institution dispose de12 jours à partir de la date de dépôt de candidature pour trancher sur la conformité des dossiers. En vérité si ce sentiment de peur s'est saisi des candidats cela est surtout dû aux informations selon lesquelles l'Anie est en train de faire preuve de vigilance
s'agissant du respect de la loi.
À ce titre des informations non confirmées font état du rejet de la candidature du secrétaire général du parti du FLN. Une information surprenante quelque peu puisqu'Abou El Fadl Baadji a lui-même annoncé avoir renoncé à la candidature pour cette élection. Mais qu'à cela ne tienne des informations concordantes font globalement état du rejet de dizaines de candidature. L'Anie n'a eu de cesse de mettre en garde contre l'argent sale et les pratiques occultes durant la campagne électorale. Mohaamed Chorfi dira, à maintes reprises, que "l'Anie est dotée de suffisamment de prérogatives". Il dira que celle-ci reste apte à "mener des enquêtes, à l'issue de la proclamation des résultats du vote, sur l'origine du financement de la campagne électorale", ajoutant que "ce travail qui pourrait prendre jusqu'à six mois, amènerait la disqualification si les investigations prouvaient son usage de l'argent sale", a-t-il mis en garde. D'ailleurs l'Anie a mis en place une commission en son sein. Cette commission est composée de représentants de différentes instances, à l'instar du Conseil de l'Etat, la cour des comptes et la Cour suprême.
"Elle a pourmission le contrôle du financement de la campagne électorale", a-t-il affirmé. Autant dire que ce ne sera pas facile pour les tenants de l'argent sale de passer cette fois-ci, eux qui étaient les maîtres du jeu dans un passé encore très récent. Nul besoin de rappeler que l'APN dissoute était truffé d'hommes d'affaires dont l'origine de la fortune était plus que douteuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.