Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La production locale privilégiée
Industrie pharmaceutique
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 06 - 2021

L'Algérie s'est engagée à définir sa politique de médicament en édifiant une industrie nationale du médicament pour assurer une couverture de ses besoins en la matière, à travers des mesures publiques visant à diminuer graduellement la dépendance du médicament importé.
L'Algérie s'est engagée à définir sa politique de médicament en édifiant une industrie nationale du médicament pour assurer une couverture de ses besoins en la matière, à travers des mesures publiques visant à diminuer graduellement la dépendance du médicament importé.
La production du générique constitue le fondement même de cette politique. Donc, l'encouragement du produit générique est une orientation importante que les autorités souhaitent imprimer au marché du médicament. La mise en oeuvre de cette orientation semble avoir porté ses fruits en peu de temps selon un bilan établi par le ministère de l'Industrie pharmaceutique. Ce document fait état de la production locale, durant la période s'étalant du 1er janvier 2021 au 31 mai de la même année, de 37 nouveaux produits pharmaceutiques, autrefois importés, ce qui représente une économieattendue sur la facture d'importation de l'ordre de 16,34 millions de dollars, par année de consommation.
Cela en plus de l'enregistrement, au cours de la même période, de 16 biosimilaires et premiers génériques, ce qui permettra, selon le bilan du ministère, une baisse de la facture de l'importation des médicaments qui s'élèvera à 76,78 millions de dollars, pour une seule année de consommation. Ce sont, ainsi, 93,12 millions de dollars que l'Algérie pourra économiser pour chaque année de consommation, ce qui a été rendu possible, à la faveur de "la priorisation de l'enregistrement des médicaments génériques et des produits bio-thérapeutiques similaires" engagée par le ministère de l'Industrie pharmaceutique, afin de pallier aux "situations monopolistiques", est-il précisé dans ce bilan. Le ministère prévoit, dans son document, une facture globale d'importation qui ne devrait pas dépasser 1,2 milliard d'euros, ce qui représente une économie prévisionnelle de 800 millions d'euros sur l'ensemble de l'exercice actuel. Le bilan du ministère recense, en outre, la délivrance de 18 agréments d'ouverture d'établissement de fabrication, en plus de 230 certificats de produits pharmaceutiques et 284 autorisations de dédouanement (Covid-19), au cours des 5 premiers mois de 2021.
La production du générique constitue le fondement même de cette politique. Donc, l'encouragement du produit générique est une orientation importante que les autorités souhaitent imprimer au marché du médicament. La mise en oeuvre de cette orientation semble avoir porté ses fruits en peu de temps selon un bilan établi par le ministère de l'Industrie pharmaceutique. Ce document fait état de la production locale, durant la période s'étalant du 1er janvier 2021 au 31 mai de la même année, de 37 nouveaux produits pharmaceutiques, autrefois importés, ce qui représente une économieattendue sur la facture d'importation de l'ordre de 16,34 millions de dollars, par année de consommation.
Cela en plus de l'enregistrement, au cours de la même période, de 16 biosimilaires et premiers génériques, ce qui permettra, selon le bilan du ministère, une baisse de la facture de l'importation des médicaments qui s'élèvera à 76,78 millions de dollars, pour une seule année de consommation. Ce sont, ainsi, 93,12 millions de dollars que l'Algérie pourra économiser pour chaque année de consommation, ce qui a été rendu possible, à la faveur de "la priorisation de l'enregistrement des médicaments génériques et des produits bio-thérapeutiques similaires" engagée par le ministère de l'Industrie pharmaceutique, afin de pallier aux "situations monopolistiques", est-il précisé dans ce bilan. Le ministère prévoit, dans son document, une facture globale d'importation qui ne devrait pas dépasser 1,2 milliard d'euros, ce qui représente une économie prévisionnelle de 800 millions d'euros sur l'ensemble de l'exercice actuel. Le bilan du ministère recense, en outre, la délivrance de 18 agréments d'ouverture d'établissement de fabrication, en plus de 230 certificats de produits pharmaceutiques et 284 autorisations de dédouanement (Covid-19), au cours des 5 premiers mois de 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.