Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars
Une premiére depuis deux ans
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 06 - 2021

Le baril de Brent, référence européenne du pétrole brut, a dépassé les 75 dollars mardi matin pour la première fois depuis avril 2019 alors que les négociations sur le nucléaire iranien tanguent depuis l'élection de l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi.
Le baril de Brent, référence européenne du pétrole brut, a dépassé les 75 dollars mardi matin pour la première fois depuis avril 2019 alors que les négociations sur le nucléaire iranien tanguent depuis l'élection de l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi.
Le Brent de la mer du Nord pour livraison en août a atteint 75,30 dollars vers 7h GMT, un plus haut depuis plus de deux ans, avant de reculer légèrement (-0,16 % à 74,78 dollars vers 8h40 GM). A New York, le baril deWTI pour le mois de juillet, dont c'est le dernier jour de cotation, cédait 0,43 % à 73,34 dollars, après avoir atteint lundi 73,96 dollars, un plus haut depuis octobre 2018. "Le brut a poursuivi sa hausse, galvanisé par l'idée que l'élection de Ebrahim Raïssi rend les négociations sur le nucléaire plus difficiles", a commenté Ipek Ozkardeskaya, analyste. Alors que des discussions se tiennent à Vienne pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien conclu dans la capitale autrichienne en 2015, M. Raïssi a affirmé qu'il ne permettrait "pas de négociations pour le plaisir de négocier". Mais "toutes négociations garantissant les intérêts nationaux de l'Iran seront certainement soutenues", a-t-il ajouté.
Pour les investisseurs pétroliers, il s'agit de savoir si les sanctions qui empêchent actuellement l'Iran d'exporter sa production seront allégées, ce qui changerait drastiquement l'équilibre du marché du brut. Du côté de la Maison Blanche, "nous n'avons pas actuellement de relations diplomatiques avec l'Iran, ni de projets de rencontre avec des dirigeants", a affirmé la porte-parole Jen Psaki, estimant que "la personne en charge des décisions (en Iran) est le chef suprême".Après avoir atteint son record, le cours du brut reculait légèrement, notamment en raison de la vigueur du dollar, monnaie de référence des prix internationaux. Pourtant, la force du billet vert depuis une semaine n'a pas empêché le pétrole de battre record sur record, note Jeffrey Halley, analyste. "Cela suggère qu'il y a très probablement une demande réelle élevée", et pas dopée par des spéculations, estime-t-il.
Le Brent de la mer du Nord pour livraison en août a atteint 75,30 dollars vers 7h GMT, un plus haut depuis plus de deux ans, avant de reculer légèrement (-0,16 % à 74,78 dollars vers 8h40 GM). A New York, le baril deWTI pour le mois de juillet, dont c'est le dernier jour de cotation, cédait 0,43 % à 73,34 dollars, après avoir atteint lundi 73,96 dollars, un plus haut depuis octobre 2018. "Le brut a poursuivi sa hausse, galvanisé par l'idée que l'élection de Ebrahim Raïssi rend les négociations sur le nucléaire plus difficiles", a commenté Ipek Ozkardeskaya, analyste. Alors que des discussions se tiennent à Vienne pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien conclu dans la capitale autrichienne en 2015, M. Raïssi a affirmé qu'il ne permettrait "pas de négociations pour le plaisir de négocier". Mais "toutes négociations garantissant les intérêts nationaux de l'Iran seront certainement soutenues", a-t-il ajouté.
Pour les investisseurs pétroliers, il s'agit de savoir si les sanctions qui empêchent actuellement l'Iran d'exporter sa production seront allégées, ce qui changerait drastiquement l'équilibre du marché du brut. Du côté de la Maison Blanche, "nous n'avons pas actuellement de relations diplomatiques avec l'Iran, ni de projets de rencontre avec des dirigeants", a affirmé la porte-parole Jen Psaki, estimant que "la personne en charge des décisions (en Iran) est le chef suprême".Après avoir atteint son record, le cours du brut reculait légèrement, notamment en raison de la vigueur du dollar, monnaie de référence des prix internationaux. Pourtant, la force du billet vert depuis une semaine n'a pas empêché le pétrole de battre record sur record, note Jeffrey Halley, analyste. "Cela suggère qu'il y a très probablement une demande réelle élevée", et pas dopée par des spéculations, estime-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.