Chute de pluies : Plusieurs routes bloquées    Bab El Oued et la Casbah : Les articles scolaires inondent les marchés    La Fédération des consommateurs tire la sonnette d'alarme    Un steward d'Air Algérie arrêté à Paris    Wagner brouille les cartes au Mali    L'opposition crie à la fraude    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    Niger-Algérie décalé au 12 octobre    Pochettino : "C'est ma décision..."    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Le casse-tête de la surcharge scolaire    La rentrée scolaire s'annonce perturbée à Boumerdès    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    L'ambitieux programme de Sonatrach    Annulation des pénalités de retard au profit de milliers d'employeurs    Iarichène trace sa feuille de route    Confiance renouvelée au coach Zaoui    Des partis dénoncent des conditions «surréalistes»    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    50 ans après, un volcan entre en éruption    Le système de santé «risque de s'effondrer», avertit l'OMS    L'enquête étendue à 30 wilayas touchées, 71 suspects arrêtés    Tentative d'émigration clandestine avortée à Oulhaça    Hausse de nouveaux projets d'investissement malgré la pandémie de Covid-19    L'ultime étape, le Sénat    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Une indispensable catharsis    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Coopérative «El Mouloud» Canastel: Découverte d'un corps sans vie    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    El Watan au coeur d'une polémique    Le ministre exige la réduction des délais    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Les premiers effets de l'instabilité apparaissent    Aït Djoudi revient à de meilleurs sentiments    Lamamra sur son terrain à New York    L'ombre du maréchal Haftar    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    «Le Cri» de Samir Toumi traduit en italien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent
Israël, observateur à l'ua
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 08 - 2021

Sept pays africains, dont l'Algérie, se sont officiellement opposés à la décision du président de la commission de l'Union Africaine (UA) d'accueillir l'Israël comme membre observateur au sein de l'Union. Il s'agit de l'Algérie, l'Egypte, l'île Maurice, la Tunisie,
Sept pays africains, dont l'Algérie, se sont officiellement opposés à la décision du président de la commission de l'Union Africaine (UA) d'accueillir l'Israël comme membre observateur au sein de l'Union. Il s'agit de l'Algérie, l'Egypte, l'île Maurice, la Tunisie,
Djibouti, la Mauritanie et la Libye, tous pays membres au sein de l'Union africaine qui ont formulé une initiative commune afin de contester la décision du 22 juillet dernier, qui consiste à accueillir l'Israël comme membre observateur. Dans une note verbale établie conjointement par les ambassades des sept délégations permanentes auprès de l'Union africaine, ces pays affirment souhaiter aviser la commission de leurs oppositions à la récente décision du président de l'UA. "Nous souhaiterions aviser la commission de notre opposition à la décision sensible de son président d'ordre politique, à savoir l'octroi du statut d'observateur auprès de l'UA à Israël", peut-on lire dans la note. Dans le même sens, les sept pays soulignent que "les décisions de l'UA, depuis longtemps claires, ont exprimé sa position constante en faveur de la cause palestinienne, et en défaveur de toute forme de pratiques israéliennes à l'encontre du peuple palestinien frère, et contraire même à l'intérêt suprême, aux valeurs, idéaux et décisions de l'Organisation panafricaine".
"Un dépassement procédural politique inadmissible"
Ainsi, les opposants à cette décision déplorent "la vision du président de la commission, étrangère à celle de ses prédécesseurs qui a été conforme aux principes et objectifs cités dans l'Acte constitutif de l'Union et des résolutions des différents organes de l'Organisation". La note précise, en outre, qu'il s'agit "d'un dépassement procédural politique inadmissible commis par le président de la commission de par son pouvoir discrétionnaire". Et c'est pour cela que "les ambassades des sept pays s'opposent solennellement à l'acceptation par le président de la commission des créances de l'ambassadeur d'Israël, et sollicitent de sa personne d'intégrer cette question à l'ordre du jour de la prochaine séance du Conseil exécutif". Pour rappel, l'Algérie a réagi le 25 juillet dernier, par le biais de sa diplomatie, à cette décision en dénonçant une décision qui a été "prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les Etats membres". Le ministère des Affaires étrangères a jouté que la décision "n'a ni la vocation ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit 8 nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l'Acte constitutif de l'Union africaine".
Djibouti, la Mauritanie et la Libye, tous pays membres au sein de l'Union africaine qui ont formulé une initiative commune afin de contester la décision du 22 juillet dernier, qui consiste à accueillir l'Israël comme membre observateur. Dans une note verbale établie conjointement par les ambassades des sept délégations permanentes auprès de l'Union africaine, ces pays affirment souhaiter aviser la commission de leurs oppositions à la récente décision du président de l'UA. "Nous souhaiterions aviser la commission de notre opposition à la décision sensible de son président d'ordre politique, à savoir l'octroi du statut d'observateur auprès de l'UA à Israël", peut-on lire dans la note. Dans le même sens, les sept pays soulignent que "les décisions de l'UA, depuis longtemps claires, ont exprimé sa position constante en faveur de la cause palestinienne, et en défaveur de toute forme de pratiques israéliennes à l'encontre du peuple palestinien frère, et contraire même à l'intérêt suprême, aux valeurs, idéaux et décisions de l'Organisation panafricaine".
"Un dépassement procédural politique inadmissible"
Ainsi, les opposants à cette décision déplorent "la vision du président de la commission, étrangère à celle de ses prédécesseurs qui a été conforme aux principes et objectifs cités dans l'Acte constitutif de l'Union et des résolutions des différents organes de l'Organisation". La note précise, en outre, qu'il s'agit "d'un dépassement procédural politique inadmissible commis par le président de la commission de par son pouvoir discrétionnaire". Et c'est pour cela que "les ambassades des sept pays s'opposent solennellement à l'acceptation par le président de la commission des créances de l'ambassadeur d'Israël, et sollicitent de sa personne d'intégrer cette question à l'ordre du jour de la prochaine séance du Conseil exécutif". Pour rappel, l'Algérie a réagi le 25 juillet dernier, par le biais de sa diplomatie, à cette décision en dénonçant une décision qui a été "prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les Etats membres". Le ministère des Affaires étrangères a jouté que la décision "n'a ni la vocation ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit 8 nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l'Acte constitutif de l'Union africaine".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.