JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Afin que nul n'oublie !
60e anniversaire des massacres du 17 octobre 1961 à Paris
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 10 - 2021

ll y a 60 ans, des Algériens étaient massacrés, le 17 octobre 1961 à Paris, par la police française au cours d'une manifestation pacifique, pour l'indépendance de l'Algérie en pleine guerre de Libération.
ll y a 60 ans, des Algériens étaient massacrés, le 17 octobre 1961 à Paris, par la police française au cours d'une manifestation pacifique, pour l'indépendance de l'Algérie en pleine guerre de Libération.
Ce jour-là, les Algériens de Paris et sa banlieue, hommes, femmes et enfants, avaient décidé de braver le couvre-feu appliqué uniquement aux Maghrébins. Préparée par la Fédération du Front de libération nationale de France, la manifestation pacifique a connu une répression des plus sanglantes au moment où des négociations entre le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et le gouvernement français se déroulaient en Suisse. Des milliers d'Algériens ont été tués et blessés, dont un nombre important a été jeté dans la Seine par la police française. Concernant ces crimes, la seule réaction officielle des gouvernements français qui se sont succédé a été celle du Président François Hollande, en 2012,
qui a reconnu "avec lucidité", au nom de la République, la "sanglante répression au cours de laquelle ont été tués des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance". Une épuration ethnique Des chercheurs de l'université d'Oran spécialisés dans l'histoire de la glorieuse guerre de Libération considèrent que les massacres perpétrés par la police française contre une manifestation pacifique, le 17 octobre 1961 à Paris, est une "épuration ethnique" à l'encontre des Algériens. A l'occasion du 60e anniversaire de ces massacres, M. Bendjebbour, du département d'histoire de l'université Oran 1 Ahmed-Ben- Bella, a souligné, à l'APS, que la police française, lors de sa répression sanglante des manifestations pacifiques organisées par des émigrés, a commis un véritable massacre considéré comme "un crime d'Etat et un crime contre l'humanité". L'universitaire a indiqué que ces "manifestation pacifiques ont été organisées par la Fédération de France du Front de libération nationale pour protester contre le couvre-feu injuste décrété par les autorités françaises à compter du 6 juin 1961 contre les Algériens".
Les organisateurs ne s'attendaient pas à ce que des manifestations pacifiques soient réprimées avec une telle violence. Le chercheur a relevé qu'après la désignation de "Maurice Papon comme préfet de police de Paris, il y a eu une mobilisation de plus de 7.000 policiers et 1.500 gendarmes pour réprimer les mouvements des émigrés, en plus d'autres éléments de différents dispositifsdes services de sécurité". Des centaines de victimes De son côté, l'enseignante Hassam Soraya, de la même université, a indiqué que ce jourlà, plus de 60.000 Algériens, dont des femmes et des enfants, sont sortis dans les rues parisiennes, tous venus des banlieues de Paris, ignorant le sort funeste qui les attendait. Elle a indiqué que la police française, sur ordre du préfet de police Maurice Papon, a fermé les issues des stations de métro, notamment au niveau de la place de l'Opéra, lieu de rendez-vous des manifestants pour poursuivre leur marche de protestation dans les rues de Paris. Les forces de police ont attaqué les manifestants usant de balles réelles, tuant des dizaines d'entre eux dans les rues, les stations de métro, et jetant dans la Seine des dizaines de manifestants, dont les corps flottaient à la surface de l'eau. Selon "les historiens et des témoins de ces atrocités, l'utilisation de la force par l police française a fait plus de 300 morts et plus de 1.000 blessés, en plus de l'arrestation de plus de 14.000 Algériens, a qui de graves supplices ont été infligés ayant entraîné la mort de plusieurs d'entre eux", a ajouté Mme Hassam. La répression était des plus barbares, selon les historiens britanniques, Jim House et Neil McMaster, qui ont décrit dans leurs ouvrages Les Algériens et La République et la terreur de l'Etat, la violente répression que les Algériens ont subi le 17 octobre 1961, la décrivant comme "la plus violente répression contre une manifestation en Europe de l'ouest de l'histoire contemporaine".
Les historiens ont souligné que ce massacre s'est déroulé sous un blocus médiatique, les journaux français du lendemain des massacres ayant seulement fait part de l'organisation de manifestations pacifiques par les Algériens sans rien divulguer sur la répression sanglante. Malgré l'embargo médiatique, le "21 octobre, des étudiants et des professeurs de la Sorbonne se sont rassemblés pour dénoncer le couvre-feu imposé aux Algériens et la répression contre les manifestants", ont-ils rappelé, ajoutant que le "23 du même mois, des manifestations en solidarité avec les Algériens, organisées par des étudiants français, ont sillonné le quartier latin et Montparnasse, en plein coeur de la capitale française". Les chercheurs ont relevé que les "manifestations du 17 octobre 1961 sont l'une des étapes importantes dans l'histoire de la guerre de Libération nationale et font partie également des contributions de la communauté algérienne, qui a consenti de grands sacrifices pour l'indépendance de l'Algérie". Ils ont également exigé que les centres des décisions français soient tenus politiquement et juridiquement responsables de crimes d'état perpétrés avec préméditation, exigeant des excuses officielles et le dédommagement des victimes et de leurs proches.
Ce jour-là, les Algériens de Paris et sa banlieue, hommes, femmes et enfants, avaient décidé de braver le couvre-feu appliqué uniquement aux Maghrébins. Préparée par la Fédération du Front de libération nationale de France, la manifestation pacifique a connu une répression des plus sanglantes au moment où des négociations entre le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et le gouvernement français se déroulaient en Suisse. Des milliers d'Algériens ont été tués et blessés, dont un nombre important a été jeté dans la Seine par la police française. Concernant ces crimes, la seule réaction officielle des gouvernements français qui se sont succédé a été celle du Président François Hollande, en 2012,
qui a reconnu "avec lucidité", au nom de la République, la "sanglante répression au cours de laquelle ont été tués des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance". Une épuration ethnique Des chercheurs de l'université d'Oran spécialisés dans l'histoire de la glorieuse guerre de Libération considèrent que les massacres perpétrés par la police française contre une manifestation pacifique, le 17 octobre 1961 à Paris, est une "épuration ethnique" à l'encontre des Algériens. A l'occasion du 60e anniversaire de ces massacres, M. Bendjebbour, du département d'histoire de l'université Oran 1 Ahmed-Ben- Bella, a souligné, à l'APS, que la police française, lors de sa répression sanglante des manifestations pacifiques organisées par des émigrés, a commis un véritable massacre considéré comme "un crime d'Etat et un crime contre l'humanité". L'universitaire a indiqué que ces "manifestation pacifiques ont été organisées par la Fédération de France du Front de libération nationale pour protester contre le couvre-feu injuste décrété par les autorités françaises à compter du 6 juin 1961 contre les Algériens".
Les organisateurs ne s'attendaient pas à ce que des manifestations pacifiques soient réprimées avec une telle violence. Le chercheur a relevé qu'après la désignation de "Maurice Papon comme préfet de police de Paris, il y a eu une mobilisation de plus de 7.000 policiers et 1.500 gendarmes pour réprimer les mouvements des émigrés, en plus d'autres éléments de différents dispositifsdes services de sécurité". Des centaines de victimes De son côté, l'enseignante Hassam Soraya, de la même université, a indiqué que ce jourlà, plus de 60.000 Algériens, dont des femmes et des enfants, sont sortis dans les rues parisiennes, tous venus des banlieues de Paris, ignorant le sort funeste qui les attendait. Elle a indiqué que la police française, sur ordre du préfet de police Maurice Papon, a fermé les issues des stations de métro, notamment au niveau de la place de l'Opéra, lieu de rendez-vous des manifestants pour poursuivre leur marche de protestation dans les rues de Paris. Les forces de police ont attaqué les manifestants usant de balles réelles, tuant des dizaines d'entre eux dans les rues, les stations de métro, et jetant dans la Seine des dizaines de manifestants, dont les corps flottaient à la surface de l'eau. Selon "les historiens et des témoins de ces atrocités, l'utilisation de la force par l police française a fait plus de 300 morts et plus de 1.000 blessés, en plus de l'arrestation de plus de 14.000 Algériens, a qui de graves supplices ont été infligés ayant entraîné la mort de plusieurs d'entre eux", a ajouté Mme Hassam. La répression était des plus barbares, selon les historiens britanniques, Jim House et Neil McMaster, qui ont décrit dans leurs ouvrages Les Algériens et La République et la terreur de l'Etat, la violente répression que les Algériens ont subi le 17 octobre 1961, la décrivant comme "la plus violente répression contre une manifestation en Europe de l'ouest de l'histoire contemporaine".
Les historiens ont souligné que ce massacre s'est déroulé sous un blocus médiatique, les journaux français du lendemain des massacres ayant seulement fait part de l'organisation de manifestations pacifiques par les Algériens sans rien divulguer sur la répression sanglante. Malgré l'embargo médiatique, le "21 octobre, des étudiants et des professeurs de la Sorbonne se sont rassemblés pour dénoncer le couvre-feu imposé aux Algériens et la répression contre les manifestants", ont-ils rappelé, ajoutant que le "23 du même mois, des manifestations en solidarité avec les Algériens, organisées par des étudiants français, ont sillonné le quartier latin et Montparnasse, en plein coeur de la capitale française". Les chercheurs ont relevé que les "manifestations du 17 octobre 1961 sont l'une des étapes importantes dans l'histoire de la guerre de Libération nationale et font partie également des contributions de la communauté algérienne, qui a consenti de grands sacrifices pour l'indépendance de l'Algérie". Ils ont également exigé que les centres des décisions français soient tenus politiquement et juridiquement responsables de crimes d'état perpétrés avec préméditation, exigeant des excuses officielles et le dédommagement des victimes et de leurs proches.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.