Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A fleur de pierre
Younes Boutrif, artiste sculpteur
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 11 - 2008

Après avoir côtoyé dès sa prime enfance la sculpture sur plâtre, l'artiste Younes Boutrif donne du cœur à l'ouvrage en burinant, depuis 22 ans, des blocs de pierre polychrome ou en façonnant des chefs-d'œuvre à partir de minéraux précieux comme la calcédoine, le jade ou la lazurite. Parmi les 1000 réalisations artistiques qui ont vu le jour dans son atelier, certaines ornent les espaces d'institutions internationales. Autodidacte, atypique, le sculpteur est avant tout un être passionné. Ses oeuvres culpturales en mouvement forcent, effectivement, à une halte, le temps d'une pause pour réfléchir sur la teneur du message que véhicule l'œuvre et la portée artistique qu'elle donne à découvrir au spectateur . . . Zoom.
Après avoir côtoyé dès sa prime enfance la sculpture sur plâtre, l'artiste Younes Boutrif donne du cœur à l'ouvrage en burinant, depuis 22 ans, des blocs de pierre polychrome ou en façonnant des chefs-d'œuvre à partir de minéraux précieux comme la calcédoine, le jade ou la lazurite. Parmi les 1000 réalisations artistiques qui ont vu le jour dans son atelier, certaines ornent les espaces d'institutions internationales. Autodidacte, atypique, le sculpteur est avant tout un être passionné. Ses oeuvres culpturales en mouvement forcent, effectivement, à une halte, le temps d'une pause pour réfléchir sur la teneur du message que véhicule l'œuvre et la portée artistique qu'elle donne à découvrir au spectateur . . . Zoom.
"Tout artiste agissant a, dans sa mine de plomb, son pinceau, son burin, non seulement ce qui rattache son geste à son esprit, mais à sa mémoire (…). Dans l'art, tout est connaissance, labeur, patience et ce qui peut surgir en un instant (peut) mettre des années à cheminer", écrivait Fernand Pouillon dans son récit intitulé ‘'Les Pierres Sauvages''. En rendant visite à l'artiste sculpteur Younes Boutrif dans son atelier à Hadjeret Enouss (wilaya de Tipasa), le visiteur ne peut rester qu'émerveillé devant ces chefs-d'œuvre qui jaillissent d'un bloc de pierre, des formes aussi gracieuses que mystérieuses naissent des mains, des volumes anthropomorphes et zoomorphes ravissent le regard non sans conférer cette sensation magique. L'artiste nous invite à défiler du regard des œuvres dominées par l'anatomie artistique que résument les figurines et autres bustes réalisés avec différents matériaux : albâtre, marbre, grés, basalte, onyx, serpentine ou ardoise. Depuis une quarantaine d'années, Younes Boutrif évolue dans son univers de blocs de pierre en se livrant à cette passion qu'est la sculpture qu'il exprime à fleur de peau et de …pierre. Le Bloc de pierre fait naître en lui des émotions. 1.065 œuvres ont vu le jour dans son atelier où il continue à buriner la matière minérale pour en faire des figurines et autres compositions dont le style puise de l'art contemporain. Plusieurs de ses réalisations détaillées en bas-relief, figure en ronde bosse ont été arrachées par des institutions internationales ou des collectionneurs dans les cinq continents, dit-il. L'Unesco s'est offert une belle œuvre intitulée ‘'l'œil spirituel'' dédiée aux religions monothéistes. Une réalisation qui, en 2002, a valu le mérite à l'auteur d'être félicité par le nonce apostolique du Vatican, selon un document que brandit l'artiste au milieu d'un fatras de papiers.
Autodidacte, atypique, le sculpteur Boutrif est avant tout un être passionné. Ses sculptures en mouvement forcent, effectivement, à une halte, le temps d'une pause pour réfléchir sur la teneur du message que véhicule l'œuvre et la portée artistique qu'elle donne à découvrir au spectateur. Comme si l'Artiste avait réussi à arrêter le temps, l'espace d'un instant, pour saisir l'équilibre du volume entre le fond et la forme d'une œuvre dont l'image allégorique donne matière à interprétation. Les œuvres filiformes, élancées, lisses et épurées donnent à voir et à toucher, bien sûr, mais une sculpture ne se regarde pas seulement, sinon elle invite à une lecture de par ses formes archétypales.
Un peu philosophique sur les bords, l'artiste se veut parfois provocateur, selon certains critiques. Une réflexion que ne partage pas le plasticien. ‘'J'engage un dialogue intime avec la matière. Chaque pierre a son secret et sa personnalité propre qu'il faut découvrir'', résume-t-il. Il taille et caresse la pierre avec passion et amour, en lui donnant les formes rondes, chaleureuses et épurées du corps féminin, omniprésent dans son œuvre chargée de volupté et de sensualité. Pour le sculpteur, il s'agit de savoir si elles se prêtent à des formes plutôt arrondies ou à des confections plus affinées. C'est à chaque fois une nouvelle approche, une recherche pour tenter de déjouer le mystère de la pierre, laisse-t-il entendre. ‘'Certaines matières sont plus dures que d'autres, mais cela me procure un réel plaisir'', poursuit Younes qui, par ailleurs, tient à inscrire sa griffe artistique sur la paroi d'un rocher enfoui au fond de la mer. L'oeuvre sculpturale qu'il s'attelle à réaliser depuis quatre ans représente un ‘'veau marin''. Une manière pour lui de relever le défi. Ses compositions déclinées aussi bien dans la tendance abstraite que dans le style du figuratif ont fait le tour des salles d'exposition en Algérie. Si certains matériaux sont employés généralement dans le sertissage de la joaillerie, Boutrif les dompte pour en faire des sculptures.
Il vient de jeter son dévolu sur la passion de l'art de la mosaïque. ‘'Je veux créer quelque chose d'original en m'investissant dans ce volet des fresques de mosaïque'', dit-il en nous arborant des réalisations qui réunissent près d'une dizaine de variétés de pierre. Des panneaux qui convoquent le patrimoine des différentes régions d'Algérie. D'autres blocs de pierre bruts parsemant par-ci, par-là les alentours de son atelier attendent pour être burinés et façonnés selon l'inspiration du jour, tient à préciser l'artiste qui a trimé plus de quatre années avant d'acquérir une assiette de terrain à Hadjerat Enouss, sur laquelle seront érigés un atelier et une galerie d'art de sculpture. Un espace qui pourrait être un pôle de rayonnement culturel pour cette bourgade de quelque deux mille âmes dont les jeunes ne demandent qu'à s'exprimer leur talent à l'état latent.
F. B-H.
"Tout artiste agissant a, dans sa mine de plomb, son pinceau, son burin, non seulement ce qui rattache son geste à son esprit, mais à sa mémoire (…). Dans l'art, tout est connaissance, labeur, patience et ce qui peut surgir en un instant (peut) mettre des années à cheminer", écrivait Fernand Pouillon dans son récit intitulé ‘'Les Pierres Sauvages''. En rendant visite à l'artiste sculpteur Younes Boutrif dans son atelier à Hadjeret Enouss (wilaya de Tipasa), le visiteur ne peut rester qu'émerveillé devant ces chefs-d'œuvre qui jaillissent d'un bloc de pierre, des formes aussi gracieuses que mystérieuses naissent des mains, des volumes anthropomorphes et zoomorphes ravissent le regard non sans conférer cette sensation magique. L'artiste nous invite à défiler du regard des œuvres dominées par l'anatomie artistique que résument les figurines et autres bustes réalisés avec différents matériaux : albâtre, marbre, grés, basalte, onyx, serpentine ou ardoise. Depuis une quarantaine d'années, Younes Boutrif évolue dans son univers de blocs de pierre en se livrant à cette passion qu'est la sculpture qu'il exprime à fleur de peau et de …pierre. Le Bloc de pierre fait naître en lui des émotions. 1.065 œuvres ont vu le jour dans son atelier où il continue à buriner la matière minérale pour en faire des figurines et autres compositions dont le style puise de l'art contemporain. Plusieurs de ses réalisations détaillées en bas-relief, figure en ronde bosse ont été arrachées par des institutions internationales ou des collectionneurs dans les cinq continents, dit-il. L'Unesco s'est offert une belle œuvre intitulée ‘'l'œil spirituel'' dédiée aux religions monothéistes. Une réalisation qui, en 2002, a valu le mérite à l'auteur d'être félicité par le nonce apostolique du Vatican, selon un document que brandit l'artiste au milieu d'un fatras de papiers.
Autodidacte, atypique, le sculpteur Boutrif est avant tout un être passionné. Ses sculptures en mouvement forcent, effectivement, à une halte, le temps d'une pause pour réfléchir sur la teneur du message que véhicule l'œuvre et la portée artistique qu'elle donne à découvrir au spectateur. Comme si l'Artiste avait réussi à arrêter le temps, l'espace d'un instant, pour saisir l'équilibre du volume entre le fond et la forme d'une œuvre dont l'image allégorique donne matière à interprétation. Les œuvres filiformes, élancées, lisses et épurées donnent à voir et à toucher, bien sûr, mais une sculpture ne se regarde pas seulement, sinon elle invite à une lecture de par ses formes archétypales.
Un peu philosophique sur les bords, l'artiste se veut parfois provocateur, selon certains critiques. Une réflexion que ne partage pas le plasticien. ‘'J'engage un dialogue intime avec la matière. Chaque pierre a son secret et sa personnalité propre qu'il faut découvrir'', résume-t-il. Il taille et caresse la pierre avec passion et amour, en lui donnant les formes rondes, chaleureuses et épurées du corps féminin, omniprésent dans son œuvre chargée de volupté et de sensualité. Pour le sculpteur, il s'agit de savoir si elles se prêtent à des formes plutôt arrondies ou à des confections plus affinées. C'est à chaque fois une nouvelle approche, une recherche pour tenter de déjouer le mystère de la pierre, laisse-t-il entendre. ‘'Certaines matières sont plus dures que d'autres, mais cela me procure un réel plaisir'', poursuit Younes qui, par ailleurs, tient à inscrire sa griffe artistique sur la paroi d'un rocher enfoui au fond de la mer. L'oeuvre sculpturale qu'il s'attelle à réaliser depuis quatre ans représente un ‘'veau marin''. Une manière pour lui de relever le défi. Ses compositions déclinées aussi bien dans la tendance abstraite que dans le style du figuratif ont fait le tour des salles d'exposition en Algérie. Si certains matériaux sont employés généralement dans le sertissage de la joaillerie, Boutrif les dompte pour en faire des sculptures.
Il vient de jeter son dévolu sur la passion de l'art de la mosaïque. ‘'Je veux créer quelque chose d'original en m'investissant dans ce volet des fresques de mosaïque'', dit-il en nous arborant des réalisations qui réunissent près d'une dizaine de variétés de pierre. Des panneaux qui convoquent le patrimoine des différentes régions d'Algérie. D'autres blocs de pierre bruts parsemant par-ci, par-là les alentours de son atelier attendent pour être burinés et façonnés selon l'inspiration du jour, tient à préciser l'artiste qui a trimé plus de quatre années avant d'acquérir une assiette de terrain à Hadjerat Enouss, sur laquelle seront érigés un atelier et une galerie d'art de sculpture. Un espace qui pourrait être un pôle de rayonnement culturel pour cette bourgade de quelque deux mille âmes dont les jeunes ne demandent qu'à s'exprimer leur talent à l'état latent.
F. B-H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.