Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boutrif à la recherche de l'intemporalité
Sculpture sur marbre
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 01 - 2009

C'est dans le marbre, le granit ou la pierre que Youcef Boutrif s'exprime avec fougue et audace. Dans l'espace, il se sent libre. Les œuvres de cet artiste nous plongent dans un monde où les dimensions s'inversent et où l'humour, l'inquiétude et l'espoir sont toujours présents et se côtoient.
Ses statues pour la plupart sont inspirées du monde animalier. La sculpture de Youcef Boutrif se caractérise en effet par un double refus: de description naturaliste, d'une part, et d'autre part, d'une distraction géométrique, d'un maniement de structures et de volumes fermés sur leur autonomie, presque coupés de tout lien avec l'être du monde.
Il met souvent en confrontation des personnages de petites tailles et de volumes. Ces êtres fragiles, lilliputiens, constituent la trame de son œuvre. Il privilégie les volumes bien lisses, et l'on ressent, tension, opposition, rapport de force et équilibre précaire.
Cherchell regorge de marbre, granit, serpentine et onyx
Ces personnages portent les noms de La femme et le serpent, Sirène, Le nid ou La vierge, La fécondité, L'œil magique…
Ce travail, Younes l'a mené à travers diverses matières, au long d'une poétique évolutive, en des thèmes distincts qui affleurent tour à tour, ou se développent de front, se croisent ou s'enchevêtrent, se réactivent à distance, dérivent les uns dans les autres.
La pierre ! Cette matière dure, froide, muette… Cet artiste a voulu à travers elle s'exprimer et lui donner un sens.
Youcef Boutrif est natif d'Alger, et comme par atavisme, il est parti habiter à Hadjret Ennas à Cherchell, une région qui regorge de marbre, de granit, de serpentine et même d'onyx.
Ces gisements ont déjà servis depuis l'antiquité à la construction de monuments, de forts et de statues qu'on retrouve à Cherchell.
«A la recherche du temps perdu», ce féru de l'espace qui est tombé fou amoureux de cette matière mate, mémoriale, s'en va souvent se perdre dans les montagnes à la recherche des formes et des couleurs qui séduisent son esprit.
C'est aussi un autre passage vers cet autre côté, du temps que ne cesse de désigner obliquement l'œuvre entière de Youcef Boutrif.
Avec cet artiste, le temps n'appartient en rien au réel, qu'il n'apparaisse qu'avec l'homme : que tout ne soit jamais passé, ne se passe jamais que dans le seul et même instant inaccessible de l'être.
Sur le rivage, trois vagues suffisent à effacer les empreintes de l'homme, mais l'artiste s'en va à la mer sur d'autres voies sculpter sur des roches mouillées.
Il poursuit la même approche de l'intemporalité en quoi s'inscrit, se disperse la durée humaine : la même quête, à jamais inachevée de cet «autre-que-l'homme» face à quoi se découvre l'homme, dont l'interrogation définit sa particulière dénature, et dans quoi bientôt il se perd.
Ses sculptures invitent à la méditation
En admirant ces œuvres, nous pouvons dire que Youcef Boutrif se délivre sans doute de la solitude par le travail : il sculpte, il transforme, il s'affranchit lui-même et affranchit la matière, il affranchit enfin son semblable et lui ouvre des voies pour pénétrer profondément les affinités secrètes que subissent les hommes aux choses, la sensibilité aux objets.
Et pour cela, avec un sens aigu de l'observation, Youcef Boutrif trouve son inspiration dans notre environnement. Dans sa démarche, il évite de prendre parti, il laisse toute liberté d'interprétation au spectateur. Ses sculptures, image de notre société, invitent à la méditation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.