FC Barcelone: Ce message fort sur l'influence de Lionel Messi au Barça...    Tribunal de Sidi M'hamed à Alger : 24 manifestants jetés en prison    Al Ahli: L'entraîneur de Belaili limogé    BENSALAH SIGNE LES LOIS RELATIVES A LA TENUE DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE : Convocation du corps électoral    SOUTIEN A LA CREATION D'ENTREPRISES AU SUD : Levée de gel pour les projets des jeunes    RENTREE UNIVERSITAIRE 2019-2020 A MOSTAGANEM : L'université renforce ses capacités d'accueil    HECATOMBE ROUTIERE : 11 morts et 20 blessés en 48 heures    KHEIR-EDDINE : Les parents d'élèves demandent une protection policière    Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Les manifestants insistent sur le départ du système    Des personnalités nationales et des organisations dénoncent    L'Opep et ses alliés sur le gril    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Le Real se régale, puis se relâche    "La Tunisie est en train de forger son propre modèle démocratique"    La libération du candidat Nabil Karoui sera «une évidence» s'il sort vainqueur    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Meilleures recettes au gingembre pour traiter l'asthme    Un homme électrocuté    Hommage à Cheb Hasni par les siens    Soirées diwane au dendoune et karkabou    Le lion mécanique de Léonard de Vinci exposé à Paris    Ligue des champions (2e tour, match aller) USM Alger – GOR MAHIA (20H45) : Tout pour assurer au stade Tchaker    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boutrif à la recherche de l'intemporalité
Sculpture sur marbre
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 01 - 2009

C'est dans le marbre, le granit ou la pierre que Youcef Boutrif s'exprime avec fougue et audace. Dans l'espace, il se sent libre. Les œuvres de cet artiste nous plongent dans un monde où les dimensions s'inversent et où l'humour, l'inquiétude et l'espoir sont toujours présents et se côtoient.
Ses statues pour la plupart sont inspirées du monde animalier. La sculpture de Youcef Boutrif se caractérise en effet par un double refus: de description naturaliste, d'une part, et d'autre part, d'une distraction géométrique, d'un maniement de structures et de volumes fermés sur leur autonomie, presque coupés de tout lien avec l'être du monde.
Il met souvent en confrontation des personnages de petites tailles et de volumes. Ces êtres fragiles, lilliputiens, constituent la trame de son œuvre. Il privilégie les volumes bien lisses, et l'on ressent, tension, opposition, rapport de force et équilibre précaire.
Cherchell regorge de marbre, granit, serpentine et onyx
Ces personnages portent les noms de La femme et le serpent, Sirène, Le nid ou La vierge, La fécondité, L'œil magique…
Ce travail, Younes l'a mené à travers diverses matières, au long d'une poétique évolutive, en des thèmes distincts qui affleurent tour à tour, ou se développent de front, se croisent ou s'enchevêtrent, se réactivent à distance, dérivent les uns dans les autres.
La pierre ! Cette matière dure, froide, muette… Cet artiste a voulu à travers elle s'exprimer et lui donner un sens.
Youcef Boutrif est natif d'Alger, et comme par atavisme, il est parti habiter à Hadjret Ennas à Cherchell, une région qui regorge de marbre, de granit, de serpentine et même d'onyx.
Ces gisements ont déjà servis depuis l'antiquité à la construction de monuments, de forts et de statues qu'on retrouve à Cherchell.
«A la recherche du temps perdu», ce féru de l'espace qui est tombé fou amoureux de cette matière mate, mémoriale, s'en va souvent se perdre dans les montagnes à la recherche des formes et des couleurs qui séduisent son esprit.
C'est aussi un autre passage vers cet autre côté, du temps que ne cesse de désigner obliquement l'œuvre entière de Youcef Boutrif.
Avec cet artiste, le temps n'appartient en rien au réel, qu'il n'apparaisse qu'avec l'homme : que tout ne soit jamais passé, ne se passe jamais que dans le seul et même instant inaccessible de l'être.
Sur le rivage, trois vagues suffisent à effacer les empreintes de l'homme, mais l'artiste s'en va à la mer sur d'autres voies sculpter sur des roches mouillées.
Il poursuit la même approche de l'intemporalité en quoi s'inscrit, se disperse la durée humaine : la même quête, à jamais inachevée de cet «autre-que-l'homme» face à quoi se découvre l'homme, dont l'interrogation définit sa particulière dénature, et dans quoi bientôt il se perd.
Ses sculptures invitent à la méditation
En admirant ces œuvres, nous pouvons dire que Youcef Boutrif se délivre sans doute de la solitude par le travail : il sculpte, il transforme, il s'affranchit lui-même et affranchit la matière, il affranchit enfin son semblable et lui ouvre des voies pour pénétrer profondément les affinités secrètes que subissent les hommes aux choses, la sensibilité aux objets.
Et pour cela, avec un sens aigu de l'observation, Youcef Boutrif trouve son inspiration dans notre environnement. Dans sa démarche, il évite de prendre parti, il laisse toute liberté d'interprétation au spectateur. Ses sculptures, image de notre société, invitent à la méditation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.