La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samih Al-Qasim : «Jusqu'à la dernière pulsation de mes veines, je résisterai.»
Merveilleux écrivains palestiniens
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 01 - 2009

Né en 1939 à Larkah en Jordanie, Samih Al-Qasim est écrivain, poète, journaliste et responsable politique. Souvent emprisonné ou assigné à résidence pour son engagement total dans les luttes de son peuple, il est l'un des auteurs les plus féconds de la littérature palestinienne et est considéré comme l'une de ses figures de proue. Recueils de poèmes, essais et récits jalonnent une existence passée notamment entre Rama, Nazareth, Moscou et Haïfa.
Né en 1939 à Larkah en Jordanie, Samih Al-Qasim est écrivain, poète, journaliste et responsable politique. Souvent emprisonné ou assigné à résidence pour son engagement total dans les luttes de son peuple, il est l'un des auteurs les plus féconds de la littérature palestinienne et est considéré comme l'une de ses figures de proue. Recueils de poèmes, essais et récits jalonnent une existence passée notamment entre Rama, Nazareth, Moscou et Haïfa.
Ce descendant d'une famille d'intellectuels et d'imams druzes de Ram a vu son œuvre traduite en plusieurs langues : anglais, russe, allemand, espagnol, italien, grec et hébreu. Il a publié plus d'une vingtaine de recueils de poésies, des récits, une pièce de théâtre et des essais. Son recueil «Je t'aime au gré de la mort » dont la version française paraît en 1988 est considéré comme un tournant dans sa carrière d'écrivain. Lycéen à Nazareth, Samih al-Qasim a débuté un cursus de philosophie et d'économie politique à Moscou. Il l'interrompt pourtant car l'appel de la poésie est le plus fort. Il se consacre également à la lutte politique et au journalisme. Il est responsable dans plusieurs journaux et revues en langue arabe notamment à Al Ittihad, Al Ghad, et Al Jadid. Il est également le rédacteur en chef de l'hebdomadaire Kul Al-Arab, publié à Nazareth depuis 1990, et actuellement le plus lu parmi la population arabe d'Israël. Samîh Al-Qâsim y est une importante figure nationaliste proche du Front démocratique pour la paix et l'égalité. Il dirige également la maison d'édition Arabisk.Les francophones connaissent également « Une Poignée de lumière » parue en mai 1997. Dans cette langue qui le caractérise, loin des slogans et des creuses grandiloquences du discours nationaliste arabe, Samih Al Qasim s'y attache à l'essentiel. C'est pourquoi il fait partie de cette génération que l'on présente comme « première à porter poétiquement la question palestinienne dans la modernité.» «Poignée de lumière» traduit de l'arabe par Mohamed Saad Eddine El Yamani (édition Circé/poésie), témoigne de ce refus de la langue de bois. «La haute mer est fertile en légendes», écrit-il. «Un requin tombe dans les profondeurs terrassé d'un coup de poing de mes coups de dent un autre succombera des dents du poème de mon âme enténébrée», ces vers illustrent à merveille la verve foisonnante du poète. «Comment dormir, si les linceuls sont nuages pluvieux qui ont absorbé tout mon pays ?» s' interroge-t-il. Ses textes sont apocalyptiques comme l'est la réalité palestinienne, souillée et violentée sans relâche. Le poète «sillonne sa prison captif des naissances» et refuse «le tourisme en linceul». «Laissez retentir la tristesse du chanteur dans la joie de vos chansons.» clame-t-il. «Notre métier est notre seul savoir-faire» confie l'auteur avec humilité. «Discours au marché du chômage» est un de ses poèmes d'une clarté qui inscrit irréversiblement la poésie palestinienne comme forme d'expression artistique moderne s'il en est. K. T.
Ce descendant d'une famille d'intellectuels et d'imams druzes de Ram a vu son œuvre traduite en plusieurs langues : anglais, russe, allemand, espagnol, italien, grec et hébreu. Il a publié plus d'une vingtaine de recueils de poésies, des récits, une pièce de théâtre et des essais. Son recueil «Je t'aime au gré de la mort » dont la version française paraît en 1988 est considéré comme un tournant dans sa carrière d'écrivain. Lycéen à Nazareth, Samih al-Qasim a débuté un cursus de philosophie et d'économie politique à Moscou. Il l'interrompt pourtant car l'appel de la poésie est le plus fort. Il se consacre également à la lutte politique et au journalisme. Il est responsable dans plusieurs journaux et revues en langue arabe notamment à Al Ittihad, Al Ghad, et Al Jadid. Il est également le rédacteur en chef de l'hebdomadaire Kul Al-Arab, publié à Nazareth depuis 1990, et actuellement le plus lu parmi la population arabe d'Israël. Samîh Al-Qâsim y est une importante figure nationaliste proche du Front démocratique pour la paix et l'égalité. Il dirige également la maison d'édition Arabisk.Les francophones connaissent également « Une Poignée de lumière » parue en mai 1997. Dans cette langue qui le caractérise, loin des slogans et des creuses grandiloquences du discours nationaliste arabe, Samih Al Qasim s'y attache à l'essentiel. C'est pourquoi il fait partie de cette génération que l'on présente comme « première à porter poétiquement la question palestinienne dans la modernité.» «Poignée de lumière» traduit de l'arabe par Mohamed Saad Eddine El Yamani (édition Circé/poésie), témoigne de ce refus de la langue de bois. «La haute mer est fertile en légendes», écrit-il. «Un requin tombe dans les profondeurs terrassé d'un coup de poing de mes coups de dent un autre succombera des dents du poème de mon âme enténébrée», ces vers illustrent à merveille la verve foisonnante du poète. «Comment dormir, si les linceuls sont nuages pluvieux qui ont absorbé tout mon pays ?» s' interroge-t-il. Ses textes sont apocalyptiques comme l'est la réalité palestinienne, souillée et violentée sans relâche. Le poète «sillonne sa prison captif des naissances» et refuse «le tourisme en linceul». «Laissez retentir la tristesse du chanteur dans la joie de vos chansons.» clame-t-il. «Notre métier est notre seul savoir-faire» confie l'auteur avec humilité. «Discours au marché du chômage» est un de ses poèmes d'une clarté qui inscrit irréversiblement la poésie palestinienne comme forme d'expression artistique moderne s'il en est. K. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.