Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Nigeria, carrefour de la littérature africaine
2e Festival Culturel panafricain Alger 2009
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 07 - 2009

La littérature Nigériane est particulièrement représentée dans l'évènement «Festival Panafricain» qui se déroule depuis le 5 juillet dernier à Alger. Ce pays participera, également, avec de nombreuses activités artistiques dont des spectacles de théâtre, des projections cinématographiques ainsi que bien d'autres du genre.
La littérature Nigériane est particulièrement représentée dans l'évènement «Festival Panafricain» qui se déroule depuis le 5 juillet dernier à Alger. Ce pays participera, également, avec de nombreuses activités artistiques dont des spectacles de théâtre, des projections cinématographiques ainsi que bien d'autres du genre.
Le Nigeria (ou Nigéria), situé dans le golfe de Guinée, est de loin le pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 140 millions d'habitants. Malgré une production de pétrole importante, le Nigéria demeure un pays relativement pauvre, en raison, notamment, d'une très forte corruption. La valeur de son PIB total le place à la troisième position en Afrique, derrière l'Afrique du Sud et l'Algérie. Malgré la tenue d'élections au suffrage universel, la démocratie n'est pas établie, le dernier scrutin ayant donné lieu à des fraudes massives selon les observateurs internationaux.
Depuis 1991, la capitale du Nigeria est la ville nouvelle d'Abuja. Ses habitants sont les Nigérians. (ceux du Niger sont les Nigériens).
Littérature
La littérature nigériane se fait mondialement connaître grâce à ses auteurs tant poètes que romanciers.
Parmi les écrivains et poètes nigérians reconnus internationalement on trouve Chinua Achebe, Odia Ofeimum, Sola Osofisan, Chidi Anthony Opara, Ogaga Ifowodo, Maik Nwosu, Obi Nwakanma, Ben Okri, l'écrivain et producteur Ken Saro-Wiwa et le prix nobel de littérature Wole Soyinka.
Chinua Achebe est né en 1930 à Ogidi, dans l'est du Nigeria. Il est issu de l'ethnie Ibo.
Il se révèle en tant qu'écrivain sur la scène internationale. Et cela grâce à son célèbre roman, «Things fall apart» en 1958 (Le monde s'effondre), traduit dans plusieurs langues et dans lequel il décrit la société africaine dans tout ce qu'elle a de fascinants mais aussi d'impertinents; et au-dalà la rencontre deux cultures : la tradition africaine et la culture occidentale. D'ailleurs, ce premier roman d'Achebe s'impose très vite comme l'un des classiques de la littérature africaine. Il écrira trios autres romans: "No longer at ease", "A man of the people" et "Anthills of the Savannah".
Chinua Achebe est aussi l'auteur: "Girls at War", "The Trouble With Nigeria", "African Short Stories" et bien autres.
Il a été par ailleurs lauréat du prix britannique Man Booker International 2007. Il est probablement le plus célèbre auteur africain en langue anglaise. Cela lui vaudra à plusieurs reprises une nomination pour le prix Nobel qu'il n'obtint jamais.
Théâtre
Hubert Ogunde (né le 31 mai 1916 à Ososa, mort le 4 avril 1990 à Londres) est un dramaturge nigérian considéré comme le père du théâtre moderne au Nigéria.
Hubert Ogunde, un inventeur missionnaire. Il s'inspire à la fois du théâtre Alarinjo et celui de l'acrobatique d'Ilorin, pour fonder en 1944 une nouvelle pratique théâtrale en Afrique de l'Ouest.
En 1943, l'Eglise d'Ebute Metta propose à Hubert Ogunde, ancien professeur et officier de police de présenter un Opéra de chants locaux (en langue Yorouba) afin de financer la construction d'un nouvelle église. Le 10 juin 1944 a lieu sa première mise en scène «Le Jardin d'Eden» et «Le Trône d'Or» au Glover Memorial Hall à Lagos. Ce travail dirigé par Hubert Ogunde fonde sa recherche d'une nouvelle forme théâtrale.
Le «Jardin d'Eden» rencontre un énorme succès. Selon des dramaturges, ce spectacle qui est de source biblique a été suivi de la mise en œuvre de «Africa and God». Pour ces deux pièces de théâtre, Ogunde a travaillé sous l'ordre de la commande et du didactique religieux. Il a mis en scène d'autres œuvres dont «Israël en Egypte», «Na buchadnezzar's Reign ans Belshazzaers' Feast or two impious reign» (le Règne de Nabuchonozzor et le Festin de Belshazzar ou deux règnes impies).
Avec la pièce «King Salomon» (Le Roi Salomon), Ogunde s'est essentiellement consacré à sa recherche sur les airs traditionnels Yoruba d'Abeokuta, «d'Ibeju», «Oyo», «Iilorin», «Île-Ife», etc.
Ogunde s'adresse à un public qui ne connaît pas encore les universités africaines et dont la culture extérieure est celle qui est diffusée par les cinémas coloniaux et les missionnaires. Mais en abordant la question de la forme, le cinéaste Ogunsheye encourage Ogunde à poursuivre un travail de plus en plus soucieux de dramaturgie, de plus en plus ambitieux vis à vis de son public.
Par ailleurs, il fait face à de nombreux problèmes pour trouver des comédiennes. En effet, à cause de la stigmatisation attachée au métier d'acteur, ses comédiennes finissaient toutes par renoncer à leur métier, surtout après être mariées. Ogunde trouva alors la parade à ces résistances culturelles : il se maria virtuellement avec toutes ses actrices. Ceci stabilisa sa troupe et même fit que le nombre d'actrices était trop important, au point que certaines devaient jouer des rôles d'homme.
Cinéma
Newton I. Aduaka est l'un des annonciateurs du 7eme art au Nigeria. Né en 1966 à Ogidi (Nigéria), il fait de la scène du cinéma son credo. Il grandit à Lagos, la capitale, où sa famille s'installe après la guerre du Biafra. En 1985, il part à Londres afin d'entreprendre des études d'ingénieur, mais il découvre le cinéma et s'inscrit à la London International Film School. Diplômé en 1990, il écrit de nombreux scénarios et publie des nouvelles, tout en exerçant en parallèle le métier d'ingénieur du son (Quartier mozart, de Jean-Pierre Bekolo, et de nombreux documentaires britanniques). En 1997, il fonde la société de production Granite Filmworks et produit et réalise «On the edge», qui reçoit, entre autres, le prix du meilleur court-métrage lors du 8e Festival du cinéma africain de Milan (1998) ainsi qu'au FESPACO 1999.
En 2001, son premier long-métrage, «Rage», sort en salles en Grande-Bretagne. Les critiques soutiennent ce film produit de façon totalement indépendante, qui remporte de nombreux prix en festivals.
En 2002, Newton Aduaka s'installe à Paris, où il est d'abord résident à la Cinéfondation du festival de Cannes. La même année, il présente son court-métrage «Funeral» à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.
Il répond en 2006 à une proposition d'Arte France avec le film «Ezra», une fiction autour d'un enfant soldat sierra léonais appelé à comparaître en Commission de la vérité et de la réconciliation. Présenté en avant-première mondiale en janvier 2007 au Festival du film de Sundance et projeté « Hors Sélection » à la Semaine de la Critiques à Cannes, Ezra remporte de nombreuses récompenses, parmi lesquelles l'Etalon d'or de Yennenga (Grand prix) au FESPACO. En janvier 2008, Newton Aduaka crée à Paris, avec les cinéastes Alain Gomis, Valérie Osouf et la comédienne Delphine Zingg, la société de production Granit Films. Parmi ses films, il y a aussi, «Voices Behind The Wall», «Carnival Of Silence", "Aicha», "Paris la métisse» et autres.
Gastronomie
L a cuisine du Nigeria est un art ancien qui reflète l'histoire et les formes de ce pays. Les recettes se sont transmises de mère en fille et rarement par écrit, ce qui rend chaque plat d'une nouvelle expérience, puisque chaque cuisine a son propre goût. N'hésitez pas à expérimenter et à adapter ces recettes pour les faire partie de votre collection permanente. La soupe est l'un des plats les plus consommés au Nigeria. En pays yoruba, on affectionne plus particulièrement la soupe à l'huile de palme et la soupe «egusi» faite à base de viande, de piments rouges et de crevettes séchées. La soupe de poisson au poivre est également très populaire. «L'ikokore», une soupe à base de divers poissons et de patates douces, est une spécialité de l'Ouest du pays. On trouve aussi l'ukwaka, un gâteau à base de céréales et de bananes plantains, ainsi que le moin-moin, un autre gâteau, à base de haricots séchés avec du poisson et des oeufs. On peut manger, un peu partout, des frites de patates douces, de manioc ou de bananes plantains. K.H. et F.B.
Le Nigeria (ou Nigéria), situé dans le golfe de Guinée, est de loin le pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 140 millions d'habitants. Malgré une production de pétrole importante, le Nigéria demeure un pays relativement pauvre, en raison, notamment, d'une très forte corruption. La valeur de son PIB total le place à la troisième position en Afrique, derrière l'Afrique du Sud et l'Algérie. Malgré la tenue d'élections au suffrage universel, la démocratie n'est pas établie, le dernier scrutin ayant donné lieu à des fraudes massives selon les observateurs internationaux.
Depuis 1991, la capitale du Nigeria est la ville nouvelle d'Abuja. Ses habitants sont les Nigérians. (ceux du Niger sont les Nigériens).
Littérature
La littérature nigériane se fait mondialement connaître grâce à ses auteurs tant poètes que romanciers.
Parmi les écrivains et poètes nigérians reconnus internationalement on trouve Chinua Achebe, Odia Ofeimum, Sola Osofisan, Chidi Anthony Opara, Ogaga Ifowodo, Maik Nwosu, Obi Nwakanma, Ben Okri, l'écrivain et producteur Ken Saro-Wiwa et le prix nobel de littérature Wole Soyinka.
Chinua Achebe est né en 1930 à Ogidi, dans l'est du Nigeria. Il est issu de l'ethnie Ibo.
Il se révèle en tant qu'écrivain sur la scène internationale. Et cela grâce à son célèbre roman, «Things fall apart» en 1958 (Le monde s'effondre), traduit dans plusieurs langues et dans lequel il décrit la société africaine dans tout ce qu'elle a de fascinants mais aussi d'impertinents; et au-dalà la rencontre deux cultures : la tradition africaine et la culture occidentale. D'ailleurs, ce premier roman d'Achebe s'impose très vite comme l'un des classiques de la littérature africaine. Il écrira trios autres romans: "No longer at ease", "A man of the people" et "Anthills of the Savannah".
Chinua Achebe est aussi l'auteur: "Girls at War", "The Trouble With Nigeria", "African Short Stories" et bien autres.
Il a été par ailleurs lauréat du prix britannique Man Booker International 2007. Il est probablement le plus célèbre auteur africain en langue anglaise. Cela lui vaudra à plusieurs reprises une nomination pour le prix Nobel qu'il n'obtint jamais.
Théâtre
Hubert Ogunde (né le 31 mai 1916 à Ososa, mort le 4 avril 1990 à Londres) est un dramaturge nigérian considéré comme le père du théâtre moderne au Nigéria.
Hubert Ogunde, un inventeur missionnaire. Il s'inspire à la fois du théâtre Alarinjo et celui de l'acrobatique d'Ilorin, pour fonder en 1944 une nouvelle pratique théâtrale en Afrique de l'Ouest.
En 1943, l'Eglise d'Ebute Metta propose à Hubert Ogunde, ancien professeur et officier de police de présenter un Opéra de chants locaux (en langue Yorouba) afin de financer la construction d'un nouvelle église. Le 10 juin 1944 a lieu sa première mise en scène «Le Jardin d'Eden» et «Le Trône d'Or» au Glover Memorial Hall à Lagos. Ce travail dirigé par Hubert Ogunde fonde sa recherche d'une nouvelle forme théâtrale.
Le «Jardin d'Eden» rencontre un énorme succès. Selon des dramaturges, ce spectacle qui est de source biblique a été suivi de la mise en œuvre de «Africa and God». Pour ces deux pièces de théâtre, Ogunde a travaillé sous l'ordre de la commande et du didactique religieux. Il a mis en scène d'autres œuvres dont «Israël en Egypte», «Na buchadnezzar's Reign ans Belshazzaers' Feast or two impious reign» (le Règne de Nabuchonozzor et le Festin de Belshazzar ou deux règnes impies).
Avec la pièce «King Salomon» (Le Roi Salomon), Ogunde s'est essentiellement consacré à sa recherche sur les airs traditionnels Yoruba d'Abeokuta, «d'Ibeju», «Oyo», «Iilorin», «Île-Ife», etc.
Ogunde s'adresse à un public qui ne connaît pas encore les universités africaines et dont la culture extérieure est celle qui est diffusée par les cinémas coloniaux et les missionnaires. Mais en abordant la question de la forme, le cinéaste Ogunsheye encourage Ogunde à poursuivre un travail de plus en plus soucieux de dramaturgie, de plus en plus ambitieux vis à vis de son public.
Par ailleurs, il fait face à de nombreux problèmes pour trouver des comédiennes. En effet, à cause de la stigmatisation attachée au métier d'acteur, ses comédiennes finissaient toutes par renoncer à leur métier, surtout après être mariées. Ogunde trouva alors la parade à ces résistances culturelles : il se maria virtuellement avec toutes ses actrices. Ceci stabilisa sa troupe et même fit que le nombre d'actrices était trop important, au point que certaines devaient jouer des rôles d'homme.
Cinéma
Newton I. Aduaka est l'un des annonciateurs du 7eme art au Nigeria. Né en 1966 à Ogidi (Nigéria), il fait de la scène du cinéma son credo. Il grandit à Lagos, la capitale, où sa famille s'installe après la guerre du Biafra. En 1985, il part à Londres afin d'entreprendre des études d'ingénieur, mais il découvre le cinéma et s'inscrit à la London International Film School. Diplômé en 1990, il écrit de nombreux scénarios et publie des nouvelles, tout en exerçant en parallèle le métier d'ingénieur du son (Quartier mozart, de Jean-Pierre Bekolo, et de nombreux documentaires britanniques). En 1997, il fonde la société de production Granite Filmworks et produit et réalise «On the edge», qui reçoit, entre autres, le prix du meilleur court-métrage lors du 8e Festival du cinéma africain de Milan (1998) ainsi qu'au FESPACO 1999.
En 2001, son premier long-métrage, «Rage», sort en salles en Grande-Bretagne. Les critiques soutiennent ce film produit de façon totalement indépendante, qui remporte de nombreux prix en festivals.
En 2002, Newton Aduaka s'installe à Paris, où il est d'abord résident à la Cinéfondation du festival de Cannes. La même année, il présente son court-métrage «Funeral» à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.
Il répond en 2006 à une proposition d'Arte France avec le film «Ezra», une fiction autour d'un enfant soldat sierra léonais appelé à comparaître en Commission de la vérité et de la réconciliation. Présenté en avant-première mondiale en janvier 2007 au Festival du film de Sundance et projeté « Hors Sélection » à la Semaine de la Critiques à Cannes, Ezra remporte de nombreuses récompenses, parmi lesquelles l'Etalon d'or de Yennenga (Grand prix) au FESPACO. En janvier 2008, Newton Aduaka crée à Paris, avec les cinéastes Alain Gomis, Valérie Osouf et la comédienne Delphine Zingg, la société de production Granit Films. Parmi ses films, il y a aussi, «Voices Behind The Wall», «Carnival Of Silence", "Aicha», "Paris la métisse» et autres.
Gastronomie
L a cuisine du Nigeria est un art ancien qui reflète l'histoire et les formes de ce pays. Les recettes se sont transmises de mère en fille et rarement par écrit, ce qui rend chaque plat d'une nouvelle expérience, puisque chaque cuisine a son propre goût. N'hésitez pas à expérimenter et à adapter ces recettes pour les faire partie de votre collection permanente. La soupe est l'un des plats les plus consommés au Nigeria. En pays yoruba, on affectionne plus particulièrement la soupe à l'huile de palme et la soupe «egusi» faite à base de viande, de piments rouges et de crevettes séchées. La soupe de poisson au poivre est également très populaire. «L'ikokore», une soupe à base de divers poissons et de patates douces, est une spécialité de l'Ouest du pays. On trouve aussi l'ukwaka, un gâteau à base de céréales et de bananes plantains, ainsi que le moin-moin, un autre gâteau, à base de haricots séchés avec du poisson et des oeufs. On peut manger, un peu partout, des frites de patates douces, de manioc ou de bananes plantains. K.H. et F.B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.