Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Contrat Social de Jean Jacques Rousseau
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 11 - 2015

Dans son monumentale œuvre, Histoire de la Civilisation, l'historien américain William Durant consacre son dixième volume à la vie et pensée de Jean Jacques Rousseau dont il dit de lui en guise d'introduction dans l'ouvrage qui lui consacre:
‘' Comment se fait-il qu'un homme né pauvre, ayant perdu sa mère à la naissance et abandonné par son père par la suite, atteint d'une maladie douloureuse et humiliante, condamné à errer pendant des années entre des villes étrangères et de confessions contradictoires.
Lui qui fut répudié par la société et la civilisation, répudiant Voltaire et Diderot ; fut soupçonné de crime et de folie, et fut humilié de voir, dans ses derniers mois, l'apothéose et la consécration de ses plus grands ennemis.
Comment se fait-il que cet homme, en passant à la postérité, a triomphé de Voltaire, redéfini la religion, transformé l'éducation, élevé les mœurs de la France, inspiré le mouvement romantique et surtout la Révolution française, grandement influencé la philosophie de Kant et Schopenhauer, les pièces de théâtre de Schiller, les romans de Goethe, les poèmes de Wordsworth, Byron, et Shelly, le socialisme de Marx, et l'éthique de Tolstoï.
Et, qui au total, avait plus d'effet sur la postérité que tout autre écrivain ou penseur du dix-huitième siècle.''
La réponse, William Durant l'étala sur les 1200 pages du volume cité ci-dessus. Et dont la conclusion éminemment équivoque reste que certains philosophes frôlent la Prophétie Divine. Jean Jacques Rousseau en fut en.
Un rappel de l'apport décisif dans le domaine de la pensée politique de Rousseau s'impose. Il s'agit de Son Contrat Social (1).
Le contrat social est l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la pensée politique, un hymne et une célébration à la démocratie et à l'égalité.
Rousseau commence par décrire l'état prévalent des êtres humains, qu'il assimile à de l'esclavage. Sachant pertinemment que tous les êtres humains sont nés libres.
Bien que son fonctionnement soit avérée problématique, la raison humaine est capable de construire des idéaux qui dépassent la réalité présente, et le contrat social permets une telle construction.
Selon Rousseau, à l'état naturel la vie est intenable. C'est une condition dans laquelle il n'y a aucun gouvernement et aucun droit. Ceci est une menace à la vie en générale. De ce fait la survie (réaction instinctive) impose aux humains la nécessité de trouver un mécanisme pour préserver et continuer leur existence.
Incapable de créer de nouveaux pouvoirs, mais seulement combinant ceux qui existent déjà, les êtres humains sont dans l'obligation d'inventer un mécanisme qui les unissent dans une société civile et leur procure une puissance qui leur permets de défendre la vie et les biens de chaque individu.
Mais, pour Rousseau, ceci soulève un problème ; à savoir comment arriver à cette construction tout en préservant la liberté de chacun. Autrement dit, vivre en collectivité ne doit pas signifier l'étouffement des libertés individuelles.
La solution à ce dilemme est le contrat social.
En entrant dans un contrat social, les humains échangent leur liberté naturelle innée par une liberté morale, et ceci en vertu de la volonté générale.
De ce fait chaque individu se ‘'défait'' de sa personne, ses possessions, et de ses droits à l'ensemble de la communauté, de sorte que la dépendance mutuelle des personnes est remplacée par la dépendance de chacun sur tous.
Chaque individu et ses biens sont placés sous le contrôle de la volonté générale ; elle-même habilitée à diriger l'activité législative de la communauté vers le bien commun.
Toute loi est une déclaration démocratique de la volonté générale, et l'essence de la liberté humaine se trouve dans l'exercice législatif de la souveraineté populaire et à son obéissance.
En conclusion, à la base de toute société, il y a un contrat. C'est un contrat social mais éminemment moral qui régit les individus mais qui garantie aussi leur liberté individuelle.
En tant qu'Algérienne et Algérien, notre salut viendra une fois que notre contrat social est définit et respecté par l'ensemble de la société.
Démontrant ainsi que la connaissance est universelle et que la raison (la faculté commune entre tous les humains) sans d'autre médiums peut éclairer l'individu quand les avis divergent.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Du_contrat_social
Khaled Boulaziz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.