Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Contrat Social de Jean Jacques Rousseau
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 11 - 2015

Dans son monumentale œuvre, Histoire de la Civilisation, l'historien américain William Durant consacre son dixième volume à la vie et pensée de Jean Jacques Rousseau dont il dit de lui en guise d'introduction dans l'ouvrage qui lui consacre:
‘' Comment se fait-il qu'un homme né pauvre, ayant perdu sa mère à la naissance et abandonné par son père par la suite, atteint d'une maladie douloureuse et humiliante, condamné à errer pendant des années entre des villes étrangères et de confessions contradictoires.
Lui qui fut répudié par la société et la civilisation, répudiant Voltaire et Diderot ; fut soupçonné de crime et de folie, et fut humilié de voir, dans ses derniers mois, l'apothéose et la consécration de ses plus grands ennemis.
Comment se fait-il que cet homme, en passant à la postérité, a triomphé de Voltaire, redéfini la religion, transformé l'éducation, élevé les mœurs de la France, inspiré le mouvement romantique et surtout la Révolution française, grandement influencé la philosophie de Kant et Schopenhauer, les pièces de théâtre de Schiller, les romans de Goethe, les poèmes de Wordsworth, Byron, et Shelly, le socialisme de Marx, et l'éthique de Tolstoï.
Et, qui au total, avait plus d'effet sur la postérité que tout autre écrivain ou penseur du dix-huitième siècle.''
La réponse, William Durant l'étala sur les 1200 pages du volume cité ci-dessus. Et dont la conclusion éminemment équivoque reste que certains philosophes frôlent la Prophétie Divine. Jean Jacques Rousseau en fut en.
Un rappel de l'apport décisif dans le domaine de la pensée politique de Rousseau s'impose. Il s'agit de Son Contrat Social (1).
Le contrat social est l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la pensée politique, un hymne et une célébration à la démocratie et à l'égalité.
Rousseau commence par décrire l'état prévalent des êtres humains, qu'il assimile à de l'esclavage. Sachant pertinemment que tous les êtres humains sont nés libres.
Bien que son fonctionnement soit avérée problématique, la raison humaine est capable de construire des idéaux qui dépassent la réalité présente, et le contrat social permets une telle construction.
Selon Rousseau, à l'état naturel la vie est intenable. C'est une condition dans laquelle il n'y a aucun gouvernement et aucun droit. Ceci est une menace à la vie en générale. De ce fait la survie (réaction instinctive) impose aux humains la nécessité de trouver un mécanisme pour préserver et continuer leur existence.
Incapable de créer de nouveaux pouvoirs, mais seulement combinant ceux qui existent déjà, les êtres humains sont dans l'obligation d'inventer un mécanisme qui les unissent dans une société civile et leur procure une puissance qui leur permets de défendre la vie et les biens de chaque individu.
Mais, pour Rousseau, ceci soulève un problème ; à savoir comment arriver à cette construction tout en préservant la liberté de chacun. Autrement dit, vivre en collectivité ne doit pas signifier l'étouffement des libertés individuelles.
La solution à ce dilemme est le contrat social.
En entrant dans un contrat social, les humains échangent leur liberté naturelle innée par une liberté morale, et ceci en vertu de la volonté générale.
De ce fait chaque individu se ‘'défait'' de sa personne, ses possessions, et de ses droits à l'ensemble de la communauté, de sorte que la dépendance mutuelle des personnes est remplacée par la dépendance de chacun sur tous.
Chaque individu et ses biens sont placés sous le contrôle de la volonté générale ; elle-même habilitée à diriger l'activité législative de la communauté vers le bien commun.
Toute loi est une déclaration démocratique de la volonté générale, et l'essence de la liberté humaine se trouve dans l'exercice législatif de la souveraineté populaire et à son obéissance.
En conclusion, à la base de toute société, il y a un contrat. C'est un contrat social mais éminemment moral qui régit les individus mais qui garantie aussi leur liberté individuelle.
En tant qu'Algérienne et Algérien, notre salut viendra une fois que notre contrat social est définit et respecté par l'ensemble de la société.
Démontrant ainsi que la connaissance est universelle et que la raison (la faculté commune entre tous les humains) sans d'autre médiums peut éclairer l'individu quand les avis divergent.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Du_contrat_social
Khaled Boulaziz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.