TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    Le général Gouasmia nouveau commandant de la Gendarmerie    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    532 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Effondrement d'un tunnel minier à Ain Azal: Tebboune présente ses condoléances    INCENDIE A LA FORET DE CANASTEL (ORAN) : Deux hectares de pins d'Alep partis en fumée    CONSTANTINE : Saisie de 90 000 comprimés de psychotropes    Réouverture prochaine des mosquées: appel au respect des mesures préventives    JO-2020: "les athlètes d'élite ont besoin d'un suivi physique et mental individualisé"    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Contrat Social de Jean Jacques Rousseau
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 11 - 2015

Dans son monumentale œuvre, Histoire de la Civilisation, l'historien américain William Durant consacre son dixième volume à la vie et pensée de Jean Jacques Rousseau dont il dit de lui en guise d'introduction dans l'ouvrage qui lui consacre:
‘' Comment se fait-il qu'un homme né pauvre, ayant perdu sa mère à la naissance et abandonné par son père par la suite, atteint d'une maladie douloureuse et humiliante, condamné à errer pendant des années entre des villes étrangères et de confessions contradictoires.
Lui qui fut répudié par la société et la civilisation, répudiant Voltaire et Diderot ; fut soupçonné de crime et de folie, et fut humilié de voir, dans ses derniers mois, l'apothéose et la consécration de ses plus grands ennemis.
Comment se fait-il que cet homme, en passant à la postérité, a triomphé de Voltaire, redéfini la religion, transformé l'éducation, élevé les mœurs de la France, inspiré le mouvement romantique et surtout la Révolution française, grandement influencé la philosophie de Kant et Schopenhauer, les pièces de théâtre de Schiller, les romans de Goethe, les poèmes de Wordsworth, Byron, et Shelly, le socialisme de Marx, et l'éthique de Tolstoï.
Et, qui au total, avait plus d'effet sur la postérité que tout autre écrivain ou penseur du dix-huitième siècle.''
La réponse, William Durant l'étala sur les 1200 pages du volume cité ci-dessus. Et dont la conclusion éminemment équivoque reste que certains philosophes frôlent la Prophétie Divine. Jean Jacques Rousseau en fut en.
Un rappel de l'apport décisif dans le domaine de la pensée politique de Rousseau s'impose. Il s'agit de Son Contrat Social (1).
Le contrat social est l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la pensée politique, un hymne et une célébration à la démocratie et à l'égalité.
Rousseau commence par décrire l'état prévalent des êtres humains, qu'il assimile à de l'esclavage. Sachant pertinemment que tous les êtres humains sont nés libres.
Bien que son fonctionnement soit avérée problématique, la raison humaine est capable de construire des idéaux qui dépassent la réalité présente, et le contrat social permets une telle construction.
Selon Rousseau, à l'état naturel la vie est intenable. C'est une condition dans laquelle il n'y a aucun gouvernement et aucun droit. Ceci est une menace à la vie en générale. De ce fait la survie (réaction instinctive) impose aux humains la nécessité de trouver un mécanisme pour préserver et continuer leur existence.
Incapable de créer de nouveaux pouvoirs, mais seulement combinant ceux qui existent déjà, les êtres humains sont dans l'obligation d'inventer un mécanisme qui les unissent dans une société civile et leur procure une puissance qui leur permets de défendre la vie et les biens de chaque individu.
Mais, pour Rousseau, ceci soulève un problème ; à savoir comment arriver à cette construction tout en préservant la liberté de chacun. Autrement dit, vivre en collectivité ne doit pas signifier l'étouffement des libertés individuelles.
La solution à ce dilemme est le contrat social.
En entrant dans un contrat social, les humains échangent leur liberté naturelle innée par une liberté morale, et ceci en vertu de la volonté générale.
De ce fait chaque individu se ‘'défait'' de sa personne, ses possessions, et de ses droits à l'ensemble de la communauté, de sorte que la dépendance mutuelle des personnes est remplacée par la dépendance de chacun sur tous.
Chaque individu et ses biens sont placés sous le contrôle de la volonté générale ; elle-même habilitée à diriger l'activité législative de la communauté vers le bien commun.
Toute loi est une déclaration démocratique de la volonté générale, et l'essence de la liberté humaine se trouve dans l'exercice législatif de la souveraineté populaire et à son obéissance.
En conclusion, à la base de toute société, il y a un contrat. C'est un contrat social mais éminemment moral qui régit les individus mais qui garantie aussi leur liberté individuelle.
En tant qu'Algérienne et Algérien, notre salut viendra une fois que notre contrat social est définit et respecté par l'ensemble de la société.
Démontrant ainsi que la connaissance est universelle et que la raison (la faculté commune entre tous les humains) sans d'autre médiums peut éclairer l'individu quand les avis divergent.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Du_contrat_social
Khaled Boulaziz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.