Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Bedjaoui admet avoir « introduit » l'homme d'affaires Pierre Falcone auprès des autorités algériennes
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 04 - 2016


10 avril 2016
Le nom de Pierre Falcone est associé à l'« Angolagate », une affaire de ventes d'armes soviétiques à l'Angola, sans l'accord de l'Etat français.
L'ex-chef de la diplomatie algérienne admet également que l'homme d'affaires franco-brésilien, dont le nom a circulé lors du procès des dessous de table de l'autoroute Est-Ouest, a bénéficié de son « appui initial » lorsqu'il a présenté une offre, dans le cadre de ce marché, au nom d'un groupement chinois. Il précise qu'il a cessé tout contact avec lui une fois les contacts avec les autorités, en vue de discussions sur la « défense nationale », s'étaient avérées sans issue.
« Falcone […] m'a approché un jour pour m'entretenir de deux questions du plus haut intérêt touchant la défense nationale et m'assurer de toute son aide dans ce cadre au service de la sécurité de notre pays. Nos autorités compétentes, saisies par moi-même, ne pouvaient refuser de la recevoir pour ces problèmes importants de défense ». C'est ce qu'a déclaré, dans une interview à Tout sur l'Algérie, l'ancien ministre algérien des Affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui, qui présidait le Conseil constitutionnel au moment des faits qu'il a relatés.
Pour rappel, le nom de Pierre Falcone a beaucoup été évoqué lors du procès des dessous de tables de l'autoroute Est-Ouest : il est soupçonné d'avoir empoché des sommes faramineuses en échange de démarches douteuses visant à faire obtenir une partie de ce fabuleux marché au groupement chinois CITIC-CRCC.. Cependant il n'a jamais été entendu lors de ce procès-marathon qui a eu lieu en avril dernier. Son nom est plus communément associé à l'« Angolagate », une affaire de ventes d'armes soviétiques à l'Etat angolais, sans l'accord de l'Etat français.
Les autorités algériennes « se sont aperçues, au bout de quelques mois, de l'inefficacité » du concours du businessman franco-bérsilien, a expliqué Mohamed Bedjaoui à TSA affirmant qu'il regrettait « totalement » son intermédiation.
L'ancien ministre admet également qu'il a accordé son « appui initial » à Pierre Falcone lorsque celui-ci a présenté, au nom de ce groupement chinois, une offre dans le cadre du marché de l'autoroute Est-Ouest : « Mais j'ai cessé tout contact avec lui lorsque j'ai appris qu'il n'avait pas apporté le concours escompté à notre défense nationale. Il s'était parfaitement conformé néanmoins à toute notre législation des appels d'offres. »
L'ex-chef de la diplomatie algérienne, dont le nom a été évoqué pendant le procès de Sonatrach 2, affaire dans laquelle est impliqué, en revanche, son neveu Farid Bedjaoui, a assuré qu'il n'a vu ce dernier qu'une fois en dix ans. « Je savais qu'il était homme d'affaires. Sauf que je ne savais pas sur quel projet il était en discussion avec le ministre de l'Energie », a-t-il déclaré à TSA.
Pour rappel, Mohamed Bedjaoui n'a jamais été mis en accusation ou entendu dans le cadre de ce scandale de commissions occultes versées à responsables de Sonatrach par l'Italien Saipem.
Répondant aux déclarations de Djilali Hadjadj, le président de l'association algérienne contre la corruption l'accusant de détenir des comptes bancaires à Panama alimentées par des commissions, Mohamed Bedjaoui a invité ses accusateurs à fournir leurs preuves à la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.