La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les hardliners et les softliners de l'élite militaire face à la révolution du sourire"
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 18 - 04 - 2019


By IRZAZEN18 Avril 2019Politique
Par: Lahouari Addi* in TSA 18 Avril 2019
Dans toute révolution qui conteste un régime en phase finale, il y a des hardliners prêts à mettre le feu aux poudres pour créer des diversions, et des sofliners qui sont prêts à des concessions pour accompagner un changement inéluctable.
Du point de vue historique, il y a des transitions qui échouent (l'Algérie en 1991, la Syrie en 2011), d'autres qui s'opèrent à travers une violence sanglante (l'Iran de 1978) où les hardliners finissent par prendre la fuite à l'étranger, et des transitions qui se déroulent pacifiquement (les pays de l'Est européen au début des années 1990).
Les transitions pacifiques sont celles où les softliners arrivent à neutraliser les hardliners avec comme perspective leur recyclage dans les nouvelles institutions. Comment lire la situation actuelle en Algérie à travers cette grille de lecture ?
La première hypothèse à faire est que les hardliners craignent qu'ils soient les seuls à porter le fardeau de l'héritage des années 1990, et que les textes de « la réconciliation nationale » soient remis en cause par un nouveau processus de justice transitionnelle. Les déclarations du général Gaid Salah mardi 16 avril et l'avertissement qu'il a donné à Tewfik Médiène, figure emblématique de la répression des années 1990, indiquent que jusqu'à présent, c'est le point de vue des softliners qui prévaut à l'état-major. Ils s'opposent aux hardliners qui cherchent le pourrissement de la situation pour justifier une proclamation de l'état d'urgence.
Admirateurs du général Massu, les hardliners veulent refaire la Bataille d'Alger dans une Algérie indépendante. Ils rêvent de quadriller La Casbah et Bab el Oued par les parachutistes. Ce qu'ils oublient, c'est que l'ANP n'est pas une armée étrangère, et il n'est pas sûr que les officiers et la troupe les suivront. Ils sont cependant prêts à tout pour pousser les manifestants à la violence. Le recrutement de jeunes voyous qui provoquent la police fait partie d'un plan qui cherche à discréditer le mouvement populaire. Les hardliners veulent provoquer l'irréparable pour éviter un changement de régime.
Sur ce terrain, leurs plans sont exécutés par les anciens militaires du DRS encore présents dans différents service de sécurité. Ce sont eux qui arrêtent des manifestants et qui dénudent de jeunes manifestantes pour créer un climat insurrectionnel. C'est le sens de l'avertissement adressé par le général Gaid Salah à Tewfik Médiène, l'ancien « Rab Dzair » et que Amar Saidani appelle « Chitane Tiguentourine ».
Pour faire échouer ce plan diabolique, les manifestants doivent neutraliser les lanceurs de pierre et les livrer à la police qui fera des enquêtes sur eux et surtout pour savoir qui les manipule. Il faut rappeler que si la Syrie a sombré dans la destruction, c'est parce que les hardliners se sont imposés aux softliners. Ils ont fait libérer des prisonniers de droit commun à qui ils ont donné des armes pour tirer sur l'armée régulière. Les soldats ont été obligés de riposter, ce qui a créé un fossé entre les manifestants et l'armée. Les hardliners syriens sont au pouvoir mais le pays est détruit.
L'expérience syrienne sert de leçon à beaucoup de généraux algériens qui ont gardé la tête froide et qui ont compris que seul le compromis pourra faire sortir le pays de l'impasse. C'est pourquoi ils sont prêts à accompagner le mouvement populaire du fait que la répression militaire ne viendra pas à bout d'une protestation aussi profonde.
Les softliners ont perçu que l'évolution de la société algérienne impose une autre façon de gouverner le pays et qu'aucune force ne pourra s'opposer à la mutation en cours. Ceci dit, ce ne sont pas eux qui sont le moteur du changement. Ils ne font qu'accompagner le mouvement populaire qui les sollicite à travers le slogan « djeich chaab, khawa, khawa ». Les softliners ont une lourde responsabilité historique : éviter au pays une deuxième tragédie nationale.
*Lahouari Addi est universitaire


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.