Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    LG partage un Iftar avec la presse nationale    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Le MC Oran exposé à la saignée    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soudan, une troisième révolution ?
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 18 - 04 - 2019


11 avril 2019
Les informations en provenance du Soudan sont encore contradictoires, mais le président Omar Al-Bachir, inculpé de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale, — mais absout par les Occidentaux (et aussi par les pays arabes, la Turquie et l'Iran) —, aurait été destitué et plusieurs de ses proches arrêtés par l'armée. Même si l'état-major semble vouloir garder le contrôle de toute transition politique, la chute d'un dictateur au pouvoir depuis trente ans ouvre une le champ des possibles. Et « la rue », comme on dit maintenant, aura son mot à dire. Le mouvement de contestation a commencé en décembre 2018, depuis près de quatre mois, et il s'est étendu à toutes les villes et régions du pays. Il s'inscrit à la fois dans les courants qui secouent le monde arabe depuis 2011 — fondés sur le rejet de pouvoirs autocratiques et corrompus, sur le refus des inégalités sociales, et dans lesquels la jeunesse tient une place majeure — et dans l'histoire propre du Soudan. Ce pays a vu, depuis l'indépendance de 1956, par deux fois, en 1964 et en 1986, des insurrections populaires chasser des dictateurs militaires. Il est riche de traditions politiques anciennes que n'ont pas réussi à éradiquer trente ans d'une dictature militaire se réclamant de l'islam politique.
Au-delà même de la forme que prendra la transition, de la place qu'y occupera l'armée, de l'avenir des multiples milices et services de sécurité sur lesquels le régime s'est appuyé, les défis sont nombreux pour ceux qui dirigeront cet immense territoire, plus de trois fois la surface de la France, avec une forte diversité régionale et ethnique. Comment remettre sur pied une économie qui a été pillée par la clique au pouvoir et ses soutiens ? Comment reconstruire un Etat inclusif face aux tentations sécessionnistes, dont l'indépendance du Sud a montré la folie ?
Aux difficultés internes, s'ajoutent les crises régionales aux frontières et les multiples ingérences étrangères. L'Egypte, dont les relations avec Al-Bachir n'étaient pourtant pas très bonnes, s'inquiète de sa chute. Plus largement, toute la corne de l'Afrique est devenue un champ d'affrontement entre l'Arabie saoudite, la Turquie, les Emirats arabes unis, le Qatar. Sans parler des répercussions du conflit libyen et, de l'autre côté de la mer Rouge, le Yémen.
Les défis sont donc immenses et les tentatives d'un simple ravalement du régime ne sont pas à écarter. Mais il faut le rappeler, au Soudan la révolte est devenue un état d'esprit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.