Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Algérie-Emirats arabes unis : nécessité de renforcer la coopération bilatérale et de poursuivre les concertations    Douanes: réduire le temps de stationnement des conteneurs dans les ports    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Djerad reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères    Robert Moreno évoque le cas Slimani    Cinq pays au 10eme Festival international du théâtre de Bejaia    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    Les consommateurs dénoncent    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    TIZI-OUZOU : Destruction d'une casemate pour terroristes    BECHAR : Un dealer condamné à 3 ans de prison pour trafic de drogues    L'APN LUI DONNE UN DELAI DE 10 JOURS : Abdelkader Ouali refuse de renoncer à son immunité parlementaire    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Amitié entre les peuples: Ghlamallah prendra part à une conférence en Croatie    Coupe de la CAF : Le Paradou hypothèque ses chances de qualification    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    Sit-in de solidarité avec Ilyas Lahouazi    Les efforts de lutte contre la corruption stagnent dans les pays du g7    Un "terminus" brutal pour la JSK    Le WA Tlemcen rejoint l'O Médéa en tête du classement    Casoni pose ses conditions    Les Algériennes en regroupement à Alger    La défaillance de l'EGSA    Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d'affaires    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Biscuits roulés à la cannelle    Le ministère de la Santé recommande de reporter les voyages prévus en Chine    Convergence de vues entre Tebboune et Erdogan    L'Algérie condamne avec "force"    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès    Au Louvre, une œuvre cinétique de l'artiste vénézuélien Elias Crespin    Serie A : La Juventus chute face à Naples    Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?    SEOR: Perturbation de l'alimentation en eau dans 12 communes    Tunisie: Vers un nouveau gouvernement ?    Assemblage de tramways: Alstom n'a pas respecté le contenu de l'accord    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soudan, une troisième révolution ?
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 18 - 04 - 2019


11 avril 2019
Les informations en provenance du Soudan sont encore contradictoires, mais le président Omar Al-Bachir, inculpé de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale, — mais absout par les Occidentaux (et aussi par les pays arabes, la Turquie et l'Iran) —, aurait été destitué et plusieurs de ses proches arrêtés par l'armée. Même si l'état-major semble vouloir garder le contrôle de toute transition politique, la chute d'un dictateur au pouvoir depuis trente ans ouvre une le champ des possibles. Et « la rue », comme on dit maintenant, aura son mot à dire. Le mouvement de contestation a commencé en décembre 2018, depuis près de quatre mois, et il s'est étendu à toutes les villes et régions du pays. Il s'inscrit à la fois dans les courants qui secouent le monde arabe depuis 2011 — fondés sur le rejet de pouvoirs autocratiques et corrompus, sur le refus des inégalités sociales, et dans lesquels la jeunesse tient une place majeure — et dans l'histoire propre du Soudan. Ce pays a vu, depuis l'indépendance de 1956, par deux fois, en 1964 et en 1986, des insurrections populaires chasser des dictateurs militaires. Il est riche de traditions politiques anciennes que n'ont pas réussi à éradiquer trente ans d'une dictature militaire se réclamant de l'islam politique.
Au-delà même de la forme que prendra la transition, de la place qu'y occupera l'armée, de l'avenir des multiples milices et services de sécurité sur lesquels le régime s'est appuyé, les défis sont nombreux pour ceux qui dirigeront cet immense territoire, plus de trois fois la surface de la France, avec une forte diversité régionale et ethnique. Comment remettre sur pied une économie qui a été pillée par la clique au pouvoir et ses soutiens ? Comment reconstruire un Etat inclusif face aux tentations sécessionnistes, dont l'indépendance du Sud a montré la folie ?
Aux difficultés internes, s'ajoutent les crises régionales aux frontières et les multiples ingérences étrangères. L'Egypte, dont les relations avec Al-Bachir n'étaient pourtant pas très bonnes, s'inquiète de sa chute. Plus largement, toute la corne de l'Afrique est devenue un champ d'affrontement entre l'Arabie saoudite, la Turquie, les Emirats arabes unis, le Qatar. Sans parler des répercussions du conflit libyen et, de l'autre côté de la mer Rouge, le Yémen.
Les défis sont donc immenses et les tentatives d'un simple ravalement du régime ne sont pas à écarter. Mais il faut le rappeler, au Soudan la révolte est devenue un état d'esprit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.