La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Novembria-Badissia ?
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 29 - 06 - 2019

19è vendredi de la contestation populaire et le régime est encore en place, essayant de gagner du temps et de faire diversion avec l'emblème amazigh pour affaiblir le hirak. Même s'il est en place, le régime est désormais sur la défensive et n'a plus les moyens de s'imposer politiquement.
Une preuve entre autres : le journaliste Abdou Semmar accuse régulièrement le chef de la gendarmerie de malversations financières sur son journal Algérie Part. Dans les années 1990, il aurait été abattu par le DRS, et l'APS aurait dit « qu'un journaliste laïc a été assassiné par des islamistes ».
À Alger, Oran, Constantine… des milliers de manifestants accusent le Chef d'Etat-Major de trahison (khawana) sans que les forces de sécurité n'aient la force de les arrêter. Les forces de sécurité n'ont pas le personnel ni la logistique pour arrêter des centaines de milliers de personnes !
Bien que politiquement fini, le régime résiste et refuse la transition demandée par le hirak.
Pourquoi ?
Parce que l'EM craint que les nouvelles autorités poursuivent devant les tribunaux les officiers impliqués dans des violations de droits de l'homme et dans des malversations financières. L'EM a besoin d'un délai de un ou deux mandats présidentiels pour soustraire ces officiers à la justice du nouveau régime. 5 ou 10 ans pour se faire oublier et disparaître dans la nature.
Les généraux de l'EM misent sur la conférence du 6 juillet qui devrait, selon eux, préparer la phase de l'élection présidentielle qui mettrait fin à la contestation populaire. Les généraux hésitent entre Ali Benflis et Abderrazak Mokri qu'ils feront élire en espérant qu'ils susciteront un minimum d'adhésion populaire.
Si Ali Benflis est l'hypothèse faible, A. Mokri est l'hypothèse forte dans les plans des généraux qui ont besoin d'islamistes dociles pour donner une assise religieuse à un nouveau régime militaro-islamiste. C'est le sens de l'expression Novembria-Badissia prononcée récemment par le général Gaid Salah.
Mais la population n'acceptera pas ce plan et la réunion du 6 juillet, qui publiera une plate-forme avec des vœux pieux, sera un non-événement. L'analyse des slogans des manifestants des vendredis indique que le hirak veut une transition avec des hommes nouveaux qui n'ont jamais appartenu ni au pouvoir formel ni à la fausse opposition. C'est le sens de la formule Yatnahaw Ga3.
Le hirak réussira parce qu'il exprime la volonté de la majorité de la population et probablement d'une partie importante des officiers supérieurs tenus au droit de réserve.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.