«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Khaddam erjal sidhoum
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 24 - 05 - 2019

Le mouvement populaire du 22 février indique que c'est la 1er fois depuis l'indépendance que l'armée a un problème politique avec l'ensemble des Algériens. Auparavant, elle s'était arrogée le monopole de faire de la politique au nom des Algériens soit en défendant la souveraineté nationale contre les étrangers, soit en réprimant des courants idéologiques opposés au régime. Cette fois-ci, c'est l'ensemble de la société qui pose un problème nouveau pour le commandement militaire : la place de l'armée dans la hiérarchie de l'autorité de l'Etat. Les officiers de l'EM sont déboussolés et ne s'attendaient pas à la maturité d'un peuple qui demande à l'armée d'être fidèle au mouvement national dont elle est issue et d'assumer son caractère National, Populaire et Républicain.
Les mots d'ordre de ce 14èm vendredi visent directement le général Gaid Salah en sa qualité de Chef d'Etat-Major. Ce n'est pas la personne qui est visée ; les Algériens savent que c'est un ancien moudjahed et qu'à ce titre, il est respectable. Mais il n'empêche qu'il est accusé de khawana (trahison) par les manifestants. En refusant de se mettre sous les ordres d'une autorité civile émanant de la volonté populaire, il trahit le serment des chouhadas morts pour l'indépendance et le caractère républicain de l'armée. Les martyrs sont morts pour la création d'une armée qui défend la nation et non un clan (‘issaba) ou une aristocratie.
L'EM se trouve face à un problème politique qu'il ne peut pas résoudre par la répression car l'idéologie républicaine est aussi portée par les officiers et hommes de troupes. Au nom de qui parle Gaid Salah ? Au nom des Algériens ? Ils ne l'ont pas mandaté. De surcroît, il est officiellement Vice-Ministre d'un ministre de la défense qui a démissionné. Normalement, il devrait démissionner puisque son ministre hiérarchique a démissionné sous la pression populaire. Il parle à l'évidence en sa qualité de chef d'EM. Dans toute armée, cette fonction est occupée par le soldat le plus compétent en matière militaire, le plus respecté et le plus décoré. Il n'y a aucune raison de mettre en doute ces qualités au général de corps d'armée Gaid Salah. Surtout que la discipline et l'obéissance à l'autorité hiérarchique dans l'armée est vitale à la stabilité de la nation. Mais le pays est en crise et la hiérarchie militaire doit tenir compte de l'état d'esprit des officiers supérieurs, subalternes et des HDT.
L'EM devrait faire un sondage anonyme (avec un échantillon de 1000 militaires tous grades confondus) sur leurs opinions sur les revendications du mouvement populaire. Si une majorité de militaires est favorable à ces revendications, l'EM devra tirer la conséquence et engager un processus de désignation consensuelle d'une présidence collégiale provisoire qui aura autorité sur l'administration de l'Etat, y compris l'armée, pour préparer les élections présidentielle et législative. Le général algérien doit apprendre que ce n'est pas une honte d'être sous l'autorité d'un civil, si ce civil est élu par le suffrage populaire. En étant sous l'autorité d'un président élu, le général ne sert pas un individu mais la nation. Un proverbe de la sagesse populaire de notre terroir dit : khaddam erjal sidhoum.
Mon général, en vous soumettant à la volonté populaire, vous devenez à nos yeux un seigneur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.