Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La justice est sous l'emprise des appareils sécuritaires»
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 03 - 2020


EL WATAN
-Des militants politiques et un journaliste ont été interpellés samedi dernier. Transférés au commissariat, ils ont vu leur garde à vue prolongée par le procureur du tribunal de Sidi M'hamed. Deux d'entre eux, Benlarbi et Hamitouche, sont placés en détention préventive, alors que le journaliste Khaled Drareni est mis sous contrôle judiciaire. Les poursuites à leur encontre sont : «attroupement illicite» et «atteinte à l'unité nationale». Que s'est-il réellement passé ?
Après trois jours de garde à vue, prolongée à deux reprises, le journaliste Khaled Drareni a été poursuivi pour «atteinte à l'unité nationale» et «incitation à attroupement». Il été placé sous contrôle judiciaire. On lui a retiré son passeport. Les militants Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche ont été placés en détention provisoire. Disons-le tout de suite : les personnes présentées n'ont fait qu'exercer leurs droits garantis par la Constitution du pays.
Benlarbi et Hamitouche ont été interpellés dans une marche, alors que Drareni n'a fait qu'accomplir son métier de journaliste. Le plus grave, c'est que si dans le PV de la police il est mentionné que les mis en cause sont interpellés uniquement pour attroupement non armé, une autre poursuite leur a été étrangement collée une fois présentés devant le procureur de la République, à savoir : «atteinte à l'unité nationale». Ces personnes ont été gardées à vue sans justification valable durant trois jours. Un constat s'impose : l'arrestation a «précédé» les faits. Il y a une intention délibérée de les placer en détention préventive en cherchant de nouveaux faits qui pourraient les inculper. L'objectif derrière l'acharnement contre ces citoyens est de faire peur aux gens et ainsi les dissuader de marcher.
-Comment expliquez-vous justement l'acharnement contre les manifestants du mouvement populaire, alors que les pouvoirs publics n'ont cessé de parler, dans leurs sorties, d'accompagnement du hirak ?
C'est d'abord un coup pour la justice du pays, qui donne là la preuve irréfutable qu'elle est sous l'emprise des appareils sécuritaires.
La justice a pour rôle de protéger les citoyens contre les abus. Ces pratiques nous ramènent malheureusement à une situation antérieure à janvier 2020 ou même au 22 février 2019. Nous avons pensé à tort que les autorités cherchaient l'apaisement. Après ces derniers jours, une preuve supplémentaire nous est donnée qu'elles ne veulent pas aller vers le changement souhaité par la société. Le régime en place veut une chose : se maintenir.
La justice dont la mission est de protéger les libertés publiques obéit actuellement à des cercles sécuritaires. S'agit-il de la Sécurité intérieure ou d'autres services ? Nous l'ignorons. Nous constatons simplement que les appareils sécuritaires et l'appareil de la justice se liguent pour perpétuer les mêmes pratiques honnies de privation des libertés et d'acharnement contre les activistes politiques, à l'instar de Samir Benlarbi, incarcéré auparavant alors qu'il est connu pour son engagement pour les libertés et une solution consensuelle. Nous continuerons dans notre pays à réclamer le respect des mêmes libertés exigé par des activistes dans des pays avancés dans les années 1940, à l'instar du droit de se rassembler, de manifester.
-Que faudrait-il faire face à cette situation ?
Nous devons continuer malgré tout à lutter pour la séparation des pouvoirs et pour que les appareils sécuritaires de l'Etat s'en tiennent à leurs missions légales. La justice doit de son côté faire tout pour conquérir son indépendance. Si elle ne le fait pas durant cette période charnière de l‘histoire du pays, elle ne le fera jamais. Elle doit être aux côtés du peuple en lutte.
Propos recueillis par Nadir Iddir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.