Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 12 - 08 - 2020

Le journaliste Khaled Drareni a été condamné à trois ans de prison ferme par le tribunal de Sidi-M'Hammed le 10 août 2020 ; sous le coup des mêmes chefs d'accusation, les militants politiques Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche ont écopé de deux ans de prison, dont quatre mois ferme. Avec ces lourdes condamnations, la justice algérienne vient de commettre, une fois de plus, une atteinte d'ampleur à l'un des principes fondamentaux de l'Etat de droit : la liberté de la presse et d'expression. Elles attestent l'inexistence d'une justice indépendante et rejettent toute forme de séparation des pouvoirs : l'institution judiciaire reste subordonnée, instrumentalisée par le pouvoir politique détenu par l'état-major de l'armée depuis 1962, contre la volonté du peuple algérien.
L'escalade de la répression et des condamnations est une preuve irréfutable que le régime a peur du changement, voire qu'il en est le principal obstacle, rejetant toute initiative à même de redonner espoir au peuple quant à l'émergence d'un Etat de droit et d'une justice libre et indépendante. Le « système », qui n'a pas voulu concéder des solutions concrètes et durables aux exigences de démocratie exprimées par des millions d'Algériennes et d'Algériens depuis le début du Hirak, recourt, comme à son accoutumée, à la répression, aux condamnations, pour museler davantage la presse et les médias, pour étouffer les libertés publiques et démocratiques et briser toutes voix réclamant le changement, la justice et la liberté.
Nous, collectifs, partis politiques d'opposition, comités, organisations et citoyens.ne.s de la diaspora:
– condamnons avec la plus grande vigueur l'injustice faite à Khaled Drareni et à tous les autres accusés ;
– exprimons notre soutien actif et sans réserve à tous les détenus de la dissidence nationale pacifique, et notre solidarité à la corporation de la presse ;
– exigeons l'arrêt de la répression, la libération immédiate, sans conditions, et la réhabilitation de tous les détenus politiques et d'opinion injustement inculpés et condamnés.
Plus que jamais, la solidarité doit se manifester à tous les niveaux pour défendre les militant.e.s du processus révolutionnaire du 22 février 2019 et faire barrage à la politique de terreur et du pourrissement engagée par le régime. Se taire, c'est devenir complice des injustices et du mépris.
Nous réaffirmons aussi notre exigence du respect des droits humains et agissons pour une solution politique pacifique, laquelle passera inévitablement par la dissolution de la police politique afin d'engager le pays dans une transition démocratique indépendante du régime, accompagnée d'un processus constituant souverain et refondateur de l'Etat et des institutions de la République.
Quels que soient les obstacles qui se dressent contre l'espoir républicain et démocratique né de la mobilisation du Hirak, nous nous engageons à poursuivre la lutte pacifique dans l'union et le respect des pluralités pour imposer le départ du régime et l'instauration d'une véritable démocratie. Ces conditions permettront aux Algériennes et aux Algériens de recouvrer leur droit à l'exercice de leur souveraineté et de leur citoyenneté et d'édifier une Algérie algérienne, démocratique, sociale, égalitaire et plurielle.
Paris, le 12 août 2020
Organisations signataires (par ordre alphabétique) :
Action citoyenne pour l'Algérie (ACA) – Action pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA) – APEL-Egalité- Comité algérien pour la 2° République (CA2R)- Collectif Groupe Algérie Droit Devant (CGA2D)- Comité de réflexion pour une Algérie consensuelle (CRAC) – Collectifs Debout l'Algérie (Paris, Loraine et Angoulême) – Collectif de Rennes- Collectif de solidarité pour la lutte du peuple algérien Lille (CSLPA) – Comité de Citoyens Algériens en France Pour l'Assemblée Constituante Souveraine (CCAF-PACS) – Collectif pour une Algérie libre et plurielle de Belgique- Elhadaqa- Etudiants nord-africains en France (ENAF) – Front des forces socialistes (FFS) France Nord- Jeunes Révolutionnaires algériens (JRA) – Jeunes engagés- Les Progressistes- Mouvement pour la jeunesse et le changement (MJC) – Mouvement Ibtykar section France- Mouvement Rachad- Pour une nouvelle Algérie (PUNA) – Rassemblement pour la culture et démocratie (RCD) France Nord- Réseau algérien contre la répression et pour la libération des détenus- Rebuilding Algeria- Riposte internationale (RI) – Union Pour l'Algérie- Union pour le changement et le progrès France (UCP)
Liste des premiers signataires :
– Massensen Cherbi, constitutionnaliste
– Abbes Hmdane, universitaire
– Sanhaja Akrouf, militante féministe
– Ali Aït Djoudi, journaliste, président de l'ONG Riposte internationale
– Soraya Abbassen, militante politique
– Abderrazak Bendjoudi, analyste politique
– Hacène Hirèche, ancien militant MCB, universitaire consultant
– Arab Azzi, militant de la démocratie
– Kamel Lakhdar Chaouche, écrivain, journaliste
– Mourad Fenzi, ancien SG de « Liberté », actuel responsable du site DZVID
– Abdelaziz Ould Ali, militant politique
– Assia Guechoud, citoyenne, militante activiste
– Lyes Djebaïli, militant politique,
– Saddek Hadjou, premier secrétaire de la section FFS France-Nord
– Youcef Djaroun, juriste militant de la démocratie
– Fethi Dilmi, ingénieur, Militant politique,
– Yassmine Si Hadj Mohand, citoyenne algérienne engagée,
– Lyes Hakem, président du Bureau RCD Europe,
– Oussama Allal Chérif, activiste démocrate
– Lyes Guidou, militant politique pour la démocratie
– Belkacem Amarouche, cadre FFS, juriste en droit européen, Bruxelles,
– Azwaw Mahmoudi, militant des libertés
– Ferhat Aouaghzene, militant politique
– Asma Saïd, citoyenne engagée
– Omar Termilt, militant politique, correspondant d'El Matin DZ
– Othmane Benzaghou, expert en risque financiers, militant politique
– Hamid Challal, docteur en économie, militant politique
– Toufik Ibelkissène, militant du FFS, militant associatif
– Ilyes Lahouazi, militant cadre du RCD
– Khadra Ben Mohamed, militante politique engagé pour les libertés
– Farid Aïssani, enseignant, militant politique de gauche
– Amar Taleb, militant pour la démocratie
– Mouloud Aït Termoul, militant engagé
– Yahia Mekhiouba, membre de Rachad
– Azzedine Seba, militant UCP
– Youcef Rezzoug, journaliste,
– Fatef TITOUCHE, ingénieur, militant politique,
– Moundji Bouchaïb (Dziar Moon), militant engagé
– Mohamed Benaïssa, militant politique
– Samir BELATECHE, militant
– Ouanis MENAOUEL, journaliste
– Lounas KACI, Militant pour Tamazight et la démocratie, FFS-CANADA
– Karim NAIT OUSLIMANE, universitaire, militant politique
– Faiza MENAI-BERBER, militante associative
– Jugurtha Aiyed, militant associatif
– Djamel BEBER, militant politique pour la démocratie
– Mohamed SAIDI – ingénieur, militant
– Tewfik Allal, militant associatif
– Mohammed-Idir Yacoub, architecte, militant du FFS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.