La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Le projet d'amendement constitutionnel est bâti sur des bases garantissant l'équilibre des pouvoirs"    Projet d'amendement de la Constitution : assurer la construction de la confiance citoyen-institutions de l'Etat    L'amendement constitutionnel érige la société civile en porte-voix du peuple    Ces aliments trop sucrés qu'on ne soupçonne pas forcément    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Real : Benzema égale un record de Messi    Liverpool : la blessure de Fabinho inquiète Klopp    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    Le Vote Des Expatriés En Question    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    287 nouveaux cas en Algérie    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Actucult    Mine de Phosphate à Bir El Ater (Tébessa) : Un projet pour décongestionner le trafic routier    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le Real de Madrid doit réagir    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 17 - 09 - 2020


EDITORIAL
Le Monde
Editorial. La condamnation du journaliste à deux ans de prison illustre l'intention du président algérien, Abdelmadjid Tebboune, de faire taire les partisans du Hirak et de préserver le système tel qu'il est. La France doit en tirer les leçons.
Publié le 16 septembre à 10h47, mis à jour hier à 10h48
Editorial du « Monde ». Meilleur allié des régimes autoritaires, en Algérie comme à Hongkong, le Covid-19 a étouffé le Hirak. Ce mouvement de protestation spontané, pacifique et exemplaire, qui a mobilisé le peuple algérien contre la dictature pendant plus d'un an, à partir de février 2019, s'est éteint lorsque la pandémie a franchi la Méditerranée. Le virus a réussi là où le pouvoir avait échoué : sagement, les Algériens ont mis le mouvement en veilleuse et sont rentrés chez eux.
Si la société civile s'est pliée au contrat sanitaire qu'imposait la lutte contre l'épidémie, le pouvoir, lui, n'a pas respecté la trêve. Au contraire : il l'a mise à profit pour affiner la répression, cibler les arrestations et isoler les figures du Hirak, qui, d'une certaine manière, étaient protégées par les manifestants lorsque ceux-ci pouvaient se rassembler massivement dans les rues.
C'est le cas de Khaled Drareni, journaliste arrêté le 28 mars, après plusieurs convocations par la sécurité intérieure. Très actif sur les réseaux sociaux et dans les médias indépendants algériens, correspondant de TV5 Monde et de l'ONG Reporters sans frontières, cet homme de 40 ans incarnait la liberté d'information sur le Hirak. Il voyait son rôle comme celui d'un journaliste, pas d'un leader politique.
Un pouvoir obsédé par sa survie
Mais, en dictature, l'information libre est aussi dangereuse que l'agitation politique : il fallait faire taire Khaled Drareni. Sa condamnation en appel, mardi 15 septembre, à deux ans d'emprisonnement pour « incitation à attroupement non armé et atteinte à l'intégrité du territoire national ». Elle est aussi un aveu de faiblesse d'un pouvoir obsédé par sa survie, incapable de dialoguer avec son peuple et enfermé dans un mode de gouvernement autoritaire et répressif.Lire aussi Le journaliste algérien Khaled Drareni condamné en appel à deux ans de prison ferme
La condamnation de M. Drareni est une très mauvaise nouvelle pour l'Algérie. Elle montre que le régime du président Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, élu le 13 décembre 2019 à l'issue d'un scrutin massivement boudé par la population et aussitôt contesté dans la rue, n'entend pas changer de méthode, en dépit de promesses de réformes. Cet ancien fidèle du président déchu Abdelaziz Bouteflika – lui-même poussé à la démission par le Hirak en 2019 – a tenté de présenter un visage plus avenant et affirmé vouloir tenir compte du message transmis par la mobilisation de la société algérienne.
Mais il apparaît de plus en plus clairement que, mis en place par le système militaro-civil, M. Tebboune n'entend pas le réformer et encore moins le remettre en question, mais simplement procéder à quelques aménagements institutionnels à la marge. Un tel scénario ne saurait s'accommoder de trublions tels que les journalistes indépendants.
La France doit, elle aussi, tirer les leçons de la répression du Hirak et de la condamnation de Khaled Drareni – au micro duquel Emmanuel Macron, alors candidat en 2017, avait qualifié la colonisation de « crime contre l'humanité ». Dans des interviews accordées à des médias français cet été, le président Tebboune a voulu faire passer un message « d'apaisement » des difficiles relations franco-algériennes et espéré des progrès dans le règlement des questions mémorielles. Paris semble disposé à avancer prudemment dans ce sens. Aussi souhaitable que soit une amélioration du lien entre Paris et Alger, cependant, elle ne doit pas se faire au mépris des aspirations démocratiques du peuple algérien ni de la liberté d'expression.
Le Monde


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.