L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global en Libye    Djelloul Djoudi condamné à trois mois de prison avec sursis    Calendrier chargé pour les magistrats    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Sous le sceau du numérique et des solutions technologiques    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Adoption bilans moral et financier de l'exercice 2019    Les grosses écuries au rendez-vous, à l'exception de Naples    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Les parents toujours inquiets    Mostaganem : Lourdes menaces sur les forêts    De nouveaux pupitres au profit de l'école Benzerjeb d'Oran    Plusieurs feux de forêt se déclarent dans l'Atlas blidéen    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Amnesty appelle au suivi de la situation des droits humains    Khartoum normalise ses relations avec Israël    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    En attendant une décision officielle...    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Bensaha : "Je serai à la hauteur"    La fille des Aurès    Les non-dits    Station multimodale de Bir Mourad Raïs : De nouveaux délais pour la réception du projet    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Les activités gelées jusqu'au 3 novembre    Le PAD dénonce une "cabale politico-judiciaire"    Erdogan confirme un test de missiles russes    "un reconfinement partiel n'est pas à exclure si..."    Le calendrier des compositions dévoilé    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    Bande dessinée en tamazight : Les planches de salut de Kamel Bentaha    Jam session du chanteur Djamil Ghouli : «J'espère que notre cri sera entendu»    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Le FMI inévitable?    Attar à Hassi Messaoud après un incendie    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    FC Barcelone - Real Madrid: Un Clasico lourd de conséquences !    Par-delà l'image    Bouira: Une nouvelle maison de la presse    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 25 - 09 - 2020

840 kilogrammes de #hashish (#kif) ont été interceptés hier par les unités du GGF (Gendarmerie) et l'armée dans la région d' #Ain_Guezzam, à la frontière algéro-nigérienne. C'est la plus importante quantité de drogue saisie dans le Sud en 2020. Les circuits du hashish suivent généralement des routes multiples et variées dans les espaces maghrébin et sahélien. Le hashish est cultivé au nord du Maroc, et son transport passe par des routes est-ouest (vers le nord-ouest de l'Algérie) ou nord-sud (Sud du Maroc/Sahara occidental/Mauritanie/nord-ouest du Mali).
Selon les conditions sécuritaires, les marchés de destination et les intermédiaires qui participent à ces opérations, les réseaux du hashish adaptent l'itinéraire des convois qui transportent le hashish. Autant ce genre de saisies dans le Sud de l'Algérie peuvent paraitre spectaculaires, autant elles n'ont que très peu d'impact sur les activités des véritables réseaux criminels qui tirent profit de ces marchés. Les jeunes arrêtés au bord des véhicules sont des transporteurs. Ils ne sont jamais propriétaire de la marchandise, et ils sont très mal payés (centaines d'Euros) pour une activité risquée qui leur coûte très chère sur le plan judiciaire. Ils ne connaissent ni le nom de leur « boss », ni le commanditaire de l'opération, ni les clients potentiels.
Par conséquent, ils ne sont pas en mesure d'informer les forces de sécurité sur ces opérations ou les réseaux au sommet des chaîne du trafic de drogue. Dans ce cas précis, les «narcotrafiquants» (plutôt transporteurs) auraient pris la fuite, laissant la marchandise et prenant le deuxième véhicule qui accompagnait le convoi vers la frontière. Les transporteurs seront probablement chassés par leur communauté ou peut-être même tués pour avoir perdu une telle quantité de kif. Si l'on veut véritablement lutter contre le trafic de drogue, ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes que l'on peut y arriver.
Il faut couper le lien qui alimente et lie les vrais trafiquants et des jeunes, souvent vulnérables, dans une précarité terrible et sans opportunités pour construire leur avenir. Il faut créer des des emplois dignes, des activités commerciales légales et rénumérantes et mettre en place les conditions d'un climat de confiance entre citoyens et forces de l'ordre. Ce qui n'est pas le cas actuellement.
Crédit photo: Ministère de la défense (MDN)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.