DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les négociants en pétrole s'y mettent
Initiative pour la transparence dans les industries extractives
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 04 - 2018

Le négociant en pétrole Gunvor, basé en Suisse, rejoint l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Eiti), dont l'objectif est de réduire les risques de corruption. Il va publier les milliards de dollars de paiements effectués pour la vente et l'achat de pétrole dans une cinquantaine de pays.
L'un des négociants de pétrole les plus secrets au monde a décidé de lever un coin du voile sur ses transactions. Gunvor a annoncé, la semaine dernière, qu'il rejoignait l'Initiative pour la transparence des industries extractives (EITI).
Cette organisation engage les gouvernements à publier, sur la base du volontariat, les sommes reçues de la part des entreprises extractives pour les comparer aux versements déclarés par les industriels. Dans quelques semaines, Gunvor, maison de négoce indépendante qui opère dans plus d'une centaine de pays, publiera donc les milliards de dollars de paiements qu'elle effectue pour la vente et l'achat de pétrole dans la cinquantaine de pays membres de l'Initiative. Ces données figureront dans son rapport annuel sur le développement durable. Le groupe, basé en Suisse, qui négocie environ 2,5 millions de barils par jour, l'assure : la déclaration des sommes payées aux gouvernements pour les ventes d'or noir doit servir à «réduire le risque de corruption et à améliorer la responsabilité des entreprises publiques qui vendent le pétrole et le gaz au nom du gouvernement».
«Défendre une politique et des pratiques progressistes»
Une soixantaine de groupes miniers, gaziers et pétroliers — dont la firme française Total — soutiennent l'Initiative internationale montée en 2003 et ont adopté ces dernières années des normes communes de transparence. Mais on ne comptait aucun négociant de matières premières jusqu'à l'arrivée de Trafigura fin 2014. Ce dernier a incité, depuis, ses principaux concurrents, Vitol, Mercuria ou Gunvor, à faire de même.
«Nous sommes une des plus importantes sociétés de trading physique d'énergie dans le monde et, en tant que telle, nous reconnaissons que nous avons un rôle à jouer pour promouvoir la transparence et la responsabilité, admet aujourd'hui le patron et cofondateur de Gunvor. Le soutien de la société de négoce à l'EITI confirme notre engagement à défendre une politique et des pratiques progressistes dans le secteur pétrolier et gazier.» Après Trafigura puis Gunvor, d'autres négociants pourraient être davantage enclins à rejoindre l'EITI. De son côté, Glencore se conforme aux normes EITI pour ses activités minières et d'extraction de pétrole, mais, pour l'heure, pas pour le négoce.
Régulièrement critiqués pour l'opacité de leurs méthodes, les négociants en ressources naturelles doivent aujourd'hui se montrer plus transparents. Notamment pour attirer de nouveaux investisseurs, mais aussi pour rassurer leurs créanciers. L'enjeu est crucial.
Le secteur dépend des banques pour financer une activité qui nécessite une liquidité considérable.
Or les établissements financiers, soumis à présent à un contrôle extrêmement fort, ne peuvent pas se retrouver en tort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.