Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les négociants en pétrole s'y mettent
Initiative pour la transparence dans les industries extractives
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 04 - 2018

Le négociant en pétrole Gunvor, basé en Suisse, rejoint l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Eiti), dont l'objectif est de réduire les risques de corruption. Il va publier les milliards de dollars de paiements effectués pour la vente et l'achat de pétrole dans une cinquantaine de pays.
L'un des négociants de pétrole les plus secrets au monde a décidé de lever un coin du voile sur ses transactions. Gunvor a annoncé, la semaine dernière, qu'il rejoignait l'Initiative pour la transparence des industries extractives (EITI).
Cette organisation engage les gouvernements à publier, sur la base du volontariat, les sommes reçues de la part des entreprises extractives pour les comparer aux versements déclarés par les industriels. Dans quelques semaines, Gunvor, maison de négoce indépendante qui opère dans plus d'une centaine de pays, publiera donc les milliards de dollars de paiements qu'elle effectue pour la vente et l'achat de pétrole dans la cinquantaine de pays membres de l'Initiative. Ces données figureront dans son rapport annuel sur le développement durable. Le groupe, basé en Suisse, qui négocie environ 2,5 millions de barils par jour, l'assure : la déclaration des sommes payées aux gouvernements pour les ventes d'or noir doit servir à «réduire le risque de corruption et à améliorer la responsabilité des entreprises publiques qui vendent le pétrole et le gaz au nom du gouvernement».
«Défendre une politique et des pratiques progressistes»
Une soixantaine de groupes miniers, gaziers et pétroliers — dont la firme française Total — soutiennent l'Initiative internationale montée en 2003 et ont adopté ces dernières années des normes communes de transparence. Mais on ne comptait aucun négociant de matières premières jusqu'à l'arrivée de Trafigura fin 2014. Ce dernier a incité, depuis, ses principaux concurrents, Vitol, Mercuria ou Gunvor, à faire de même.
«Nous sommes une des plus importantes sociétés de trading physique d'énergie dans le monde et, en tant que telle, nous reconnaissons que nous avons un rôle à jouer pour promouvoir la transparence et la responsabilité, admet aujourd'hui le patron et cofondateur de Gunvor. Le soutien de la société de négoce à l'EITI confirme notre engagement à défendre une politique et des pratiques progressistes dans le secteur pétrolier et gazier.» Après Trafigura puis Gunvor, d'autres négociants pourraient être davantage enclins à rejoindre l'EITI. De son côté, Glencore se conforme aux normes EITI pour ses activités minières et d'extraction de pétrole, mais, pour l'heure, pas pour le négoce.
Régulièrement critiqués pour l'opacité de leurs méthodes, les négociants en ressources naturelles doivent aujourd'hui se montrer plus transparents. Notamment pour attirer de nouveaux investisseurs, mais aussi pour rassurer leurs créanciers. L'enjeu est crucial.
Le secteur dépend des banques pour financer une activité qui nécessite une liquidité considérable.
Or les établissements financiers, soumis à présent à un contrôle extrêmement fort, ne peuvent pas se retrouver en tort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.