CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui est vraiment dans l'enclos ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2018

Un nouveau documentaire sur la Dézédie en préparation : «L'Algérie vue du...
... fiel» !
Désolé ! Religion ou pas, traditions ou pas, us et coutumes ou pas, je ne m'y ferais jamais ! Non pas que ce soit du jusqu'au-boutisme de ma part. Ou une forme de snobisme bourgeois. Encore moins une sorte de particularisme précieux. Rien de tout cela. C'est juste que je n'y ferais pas, point barre ! L'idée même de vivre dans un vaste enclos à moutons m'insupporte au plus haut point. C'est peut-être l'âge. C'est peut-être les artères qui supportent moins la pression qu'avant, du temps où j'étais encore jeune et insouciant. Ou peut-être pas. Qu'importe les «peut-être», le diagnostic est là, cette Principauté qui se transforme cycliquement en enclos à bestioles en voie de sacrifice me devient de plus en plus étrangère. Oui ! Oui ! Je sais que ce qui va m'être rétorqué : ce pays, tu l'aimes ou tu le quittes ! Ben... non ! Je n'ai pas où aller ! Je n'ai pas choisi de le quitter lorsque mes gambettes et le reste me le permettaient encore, ce n'est pas aujourd'hui que je vais le faire. Et puis, plus encore que les enclos à moutons, je ne survivrais pas à la queue le matin aux aurores, au bureau de l'OFPRA, sur les bords de Seine. Alors ? Alors, les moutons ! Je suis condamné ici et maintenant et demain à dire, à écrire et à pleurer de l'encre sur cette rurbanisation sauvage qui me donne l'impression de brouter ma vie par les deux bouts au milieu de nulle part. Comment les moutons et les hommes en sont-ils arrivés à ce point de cohabitation ruminante ? Comment la ville a épuisé son crédit de ville sans vraiment devenir campagne ? Et comment la campagne a Flexy ses frontières jusqu'au centre du milieu pile-poil de la ville sans en avoir l'air citadin ? Qui détient la géolocalisation exacte de l'endroit maudit où cette alchimie mortifère s'est opérée ? Le lieu du sortilège lourd et chargé de crottes de ruminants que l'on nous a jeté. Que nous nous sommes jeté ! Je n'ai pas de réponses ? Les sociologues, sûrement ! Reste l'insupportable question. Qui est vraiment dans l'enclos rurbain ? Le mouton ? Ou moi, le ruminant de colère qui fume du thé pour rester éveillé à son cauchemar qui continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.