Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter sur les plaintes relatives aux souscriptions de signatures    Création de start-up: sept incubateurs seront opérationnels en 2020    Offensive turque contre la Syrie: nouvelle réunion mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU    Gaïd Salah: l'Algérie aiguillée sur la bonne voie    Les instituteurs reviennent à la charge    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Marche du 34e mardi à Alger : Les manifestants plus déterminés que jamais    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    VFS Global reprend le traitement des demandes    Promesses d'une révolution décomplexée    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Delhi affiche ses ambitions
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 11 - 2018

L'Inde est la sixième puissance économique mondiale et dépasse désormais la France depuis le 11 juillet 2018, date de ce tournant par la Banque mondiale.
Profitant d'une forte croissance annuelle de plus de 7%, l'Inde a ainsi atteint un PIB de 2 597 milliards de dollars en 2017 contre 2 582 milliards pour la France.
En l'espace de dix ans, l'Inde a doublé son PIB.
Une étude du Centre for Economics and Business Research, un cabinet de consultants basé à Londres, a prédit en décembre 2017 que l'Inde supplanterait le Royaume-Uni et la France pour devenir la cinquième économie mondiale dès 2018, et qu'elle briguerait la troisième place en 2032. Elle pourrait même prétendre à la seconde place en 2040 si l'on croit Samir Saran, président de l'Observer Research Foundation (ORF), pour peu qu'elle s'astreigne à une conduite qui valorise quatre atouts.(*)
Dans le paysage géostratégique multipolaire qui se dessine, l'Inde pourrait se positionner «comme la démocratie la plus influente du monde dans la seconde moitié du XXIe siècle, en se donnant la capacité de façonner la région indo-pacifique et l'ordre mondial en évolution dynamique».
L'Inde perçoit la région indo-pacifique comme celle dont le cours des développements influencera «le destin du monde». Le Premier ministre indien Narendra Modi en est convaincu : ces développements offriront à son pays «des opportunités économiques croissantes et des défis stratégiques croissants». L'Indo-Pacifique abrite aujourd'hui plus de 65% de la population mondiale qui produisent collectivement plus de 60% du PIB mondial. Plus de la moitié du commerce mondial traverse cette région et abrite l'armada la plus dynamique de flottes navales avec sept puissances nucléaires.
La redistribution de la richesse et du pouvoir escomptée propulsera sous peu cette région «à la haute table mondiale, position qu'elle a longtemps jouée jusqu'au XVe siècle, la multiplicité des acteurs anciens et émergents et leurs intérêts variés dans la région et au-delà suscitent une plus grande imprévisibilité et nouvelles angoisses».
La perspective de l'avènement simultané «de multiples acteurs et intérêts dans une région» est inédite dans l'histoire du monde.
La Chine, mais aussi l'Inde, les Etats-Unis, le Japon et l'Australie, tous aspirent à peser sur l'avenir de la région.
Comme puissance économique émergente disposant de conditions démographiques favorables ­­— en 2020, l'âge moyen en Inde sera de 29 ans (contre 37 en Chine)— l'Inde est bien placée pour «façonner» cet avenir de la région.
Opposée aux ambitions chinoises de prendre la direction du monde, «l'Inde se positionne pour prendre un chemin différent — celui qui ne voit pas le monde dans les binaires, bifurqué entre les partenaires et les alliés d'un côté, et les concurrents et les adversaires de l'autre». Elle soutient offrir «une opportunité d'engagement et de dialogue à tous les Etats, grands et petits, démocratiques et autoritaires, avancés ou en développement».
Pour New Delhi, cette «nouvelle configuration d'Etats, guidée par des communautés qui aspirent au développement» s'éloigne des conceptions du non-alignement ou de l'autonomie stratégique comme outils de la politique étrangère.
Ses maîtres-mots sont : «Les tendances démocratiques asiatiques, une gouvernance économique ouverte et transparente et des paradigmes de sécurité non interventionnistes.»
Le rôle que pourrait jouer l'Inde est tributaire de «quatre relations clés», estime Samir Saran.
S'agissant de la relation avec Pékin, il ne suffit pas pour Modi – le Premier ministre indien — de dire qu'aucune nation ne peut unilatéralement «façonner et sécuriser» l'ordre indo-pacifique ou qu'une «éthique asiatique ne peut pas être écrite par la seule Chine» ; il lui reste à définir sa «politique chinoise», que ce soit en matière de connectivité de l'infrastructure ou de gestion des conflits de sécurité. A défaut de leadership chinois, il lui reste à préciser les concours et la force du partenariat Inde-Chine.
En direction de Washington, «New Delhi devrait élaborer une politique claire à l'égard des Etats-Unis (…) L'Inde doit répondre si elle est prête, désireuse et capable de jouer un plus grand rôle dans la définition d'une vision pour le concert des démocraties dans la région et au-delà».
Concernant les relations régionales, New Delhi doit «repenser son engagement avec ses voisins, en particulier autour de deux architectures régionales existantes. L'Association sud-asiatique de coopération régionale (SAARC), un syndicat de huit membres destiné à promouvoir l'intégration économique et régionale, est en lambeaux. L'Initiative du Bay of Bengal pour la coopération technique et économique multisectorielle (Bimstec), une organisation de sept membres destinée à promouvoir la coopération économique et le commerce, est devenue un forum de discussions plutôt que d'action.»
Enfin, au plan international, Delhi est invitée à «s'engager plus vigoureusement dans le cadre institutionnel mondial».
«La vision indo-pacifique de l'Inde illustre son ambition d'être une «puissance dirigeante.» Même ainsi, ce n'est que le début d'un voyage décennal, qui verra l'Inde répondre aux attentes de la plus grande économie démocratique du monde».
A. B.
(*) The Indo-Pacific region currently houses 65% of the world's population.
Samir Saran, India's future as a world power depends on 4 key relationship, World Economic Forum, juillet 2018,
https://www.weforum.org/agenda/2018/07/india-power-democratic-geostrategic-relationships/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.