Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Damas coopérera avec Geir Pedersen
Concertation autour du Comité constitutionnel en Syrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 11 - 2018

Les efforts visant à éliminer les obstacles à la formation d'un Comité chargé de la rédaction d'une nouvelle Constitution se poursuivaient hier en Syrie pour donner plus de chance de réussite au processus de règlement de la crise dans ce pays, au moment où le gouvernement syrien se dit prêt à coopérer avec Geir Pedersen, nouvel émissaire de l'ONU proposé pour remplacer Staffan de Mistura, démissionnaire.
Le Président syrien Bachar al-Assad a discuté la veille avec un émissaire russe, Alexander Lavrentiev, des moyens «d'éliminer les obstacles» à la formation d'un Comité constitutionnel exigé par l'ONU et les Occidentaux pour aider à trouver une solution au conflit en Syrie à travers une nouvelle Constitution, au moment où Damas veut que l'actuel texte fondamental soit la plate-forme de toute concertation dans ce sens.
Lors d'un sommet sur la Syrie la semaine dernière à Istanbul, les dirigeants de Russie, de Turquie, de France et d'Allemagne ont demandé la mise en place avant la fin de l'année d'un tel comité sur lequel planche l'ONU, pour «jeter les fondements d'une transition politique».
Le Président al-Assad et l'émissaire russe Alexander Lavrentiev ont convenu de la nécessité pour la Russie et la Syrie de «continuer à travailler ensemble afin d'éliminer les obstacles à la formation de ce comité», a indiqué la présidence syrienne dans un communiqué.
Un accord russo-turc sur la création d'une zone «démilitarisée» à Idleb, l'ultime grand bastion des groupes terroristes armés, a permis de relancer les efforts pour une solution politique au conflit, avec en priorité l'accent sur ce Comité constitutionnel.
Depuis janvier, l'ONU travaille sur la composition du comité qui doit élaborer une nouvelle Constitution et comprendre 150 personnes : 50 choisies par le gouvernement, 50 par l'opposition et 50 par l'ONU pour inclure dans la réflexion des représentants de la société civile et des experts. C'est cette dernière liste de 50 noms choisis par l'ONU que rejette le gouvernement syrien.
Le gouvernement syrien veut faire une proposition pour cette troisième liste, en coordination avec la Russie, l'Iran et la Turquie, selon l'ONU.
Le gouvernement syrien a fait part de sa disposition à coopérer avec Geir Pedersen, nouvel émissaire de l'ONU proposé pour remplacer Staffan de Mistura, démissionnaire, comme il l'a fait avec ses trois prédécesseurs, «à condition qu'il prête allégeance à l'unité du pays et celle du peuple syrien, qu'il ne se tienne pas aux côtés des terroristes, et défende les principes fondamentaux de la Charte des Nations-Unies pour la liberté des peuples dans le cadre du combat contre le terrorisme», a affirmé dimanche le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Moqdad.
Le diplomate norvégien, qui devrait prendre ses fonctions fin novembre, sera le quatrième négociateur chargé de trouver une solution pacifique au conflit qui déchire la Syrie depuis 2011. Il succédera à l'Italo-Suédois, Staffan de Mistura, qui avait annoncé son départ en octobre. La Syrie avait régulièrement accusé M. de Mistura de «subjectivité» sur le conflit.
Après la libération de la majorité du territoire syrien des terroristes, le gouvernement syrien examine les possibilités relatives à la reconstruction des infrastructures du pays. «La priorité sera donnée aux principaux alliés syriens, soit avant tout à la Russie et à l'Iran. Ce sont surtout les spécialistes de ces pays qui reconstruiront et financeront les projets dans les domaines stratégiques, par exemple, dans la sphère énergétique», a assuré le conseiller au Conseil des ministres syrien Abdel Qader Azuz.
«La contribution à la reconstruction de la Syrie de la part de certains pays qui avaient par le passé accordé leur aide aux terroristes ne sera pas acceptée par Damas», a-t-il souligné, ajoutant que les «Etats qui avaient accordé leur soutien au pays pendant la guerre y prendront part». «Les pays qui avaient soutenu les terroristes, et ceux qui essayent d'imposer des conditions politiques à Damas en échange de leur aide, ne travailleront pas en Syrie», a-t-il insisté.
S'agissant des fonds nécessaires à la reconstruction, le responsable syrien a indiqué que «la communauté internationale est responsable de la guerre en Syrie, c'est pourquoi elle doit verser des indemnités». «Elle devrait créer un fonds international qui aiderait Damas. Mais toutes les dépenses doivent être coordonnées avec le gouvernement syrien», a-t-il poursuivi, assurant néanmoins que le gouvernement syrien trouvera l'argent nécessaire «quoi qu'il en soit». Et de préciser que «les Syriens eux-mêmes effectueront tous les travaux, ce qui réduira considérablement leur coût». Dans ce contexte, des spécialistes ont calculé que la rénovation des infrastructures exigerait entre 260 et 1 000 milliards d'euros car les destructions étant très importantes. D'après les estimations actuelles, la reconstruction nécessitera entre 10 et 15 ans.
Le Président russe, Vladimir Poutine, estime pour sa part que «l'Occident devrait financer la reconstruction de la Syrie», espérant toutefois que «les Européens feront des concessions, puisqu'ils ont intérêt à ce que les réfugiés syriens rentrent le plus vite possible chez eux, toujours».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.