PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 11 - 2018

N'épiloguons pas sur les coïncidences qui ont poussé Ould-Abbès à une retraite politique non désirée et contentons-nous de commenter les conséquences de la chute inattendue d'un courtisan qui avait la certitude de réussir seul la reconduction à son poste du Président. Or, en deux années (2016-2018), il semble bien qu'il fit plutôt le contraire de ce qui était attendu de lui, après sa désignation. En effet, récemment encore, il commanditait, avec une étonnante assurance, une expédition punitive à haut risque qui allait finir en eau de boudin au point d'inspirer des commentaires très durs dans la presse.
La quasi-prise d'assaut du siège de l'Assemblée nationale ayant choqué l'opinion, il se fera pourtant l'avocat de cette démarche en laissant entendre qu'elle agréait la présidence souhaitant bouter hors du perchoir celui qui l'occupait jusque-là. Même si ses employeurs, habitués à lui donner des ordres, pouvaient faire confiance à cette vigie du FLN, il ne semble guère qu'ils soient allés aussi loin en lui dictant également la méthode pour y parvenir. D'où, peut-être, le début de la rupture de confiance dans cet exécutant en train d'occuper une surface politique trop grande pour être conforme à ses missions. D'ailleurs, ne s'est-il pas révélé, récemment encore, comme un homme d'appareil trop obnubilé par son statut d'acteur décisif dans la prochaine réélection au point d'éconduire toutes les offres de soutien émanant de plusieurs courants en leur exigeant qu'ils adoptent, à la virgule près, le programme de Bouteflika que seul «son» parti rédigera ! A travers cette mégalomanie, se manifestant de plus en plus souvent à mesure que l'échéance approchait, les conseillers du palais allaient constater que cette machine à gagner est devenue une broyeuse pour la plupart des partis. En effet, à force de malmener même les alliés de vieille date, la stratégie d'Ould-Abbès consistait à isoler dangereusement le FLN au cœur de l'espace politique. Et comme le personnage n'a jamais été en manque d'esbroufe, on le redécouvre sous les traits d'un «lider Maximo» faisant de son parti l'Alma Mater de la nation. Piètre doctrinaire et même dangereux démagogue, n'est-il pas parvenu à recourir à de fallacieuses hypothèses pour discréditer les partenaires du pouvoir et jusqu'à pointer un doigt accusateur à ses propres militants. En cela, Ould-Abbès empruntait effectivement la voie de son ancien prédécesseur qu'était Boualem Benhamouda qui laissa pour sa postérité la règle de la censure au sein du FLN. Celle de la «maison de l'obéissance». Sans doute parce que l'appareil prenait de l'eau à la suite du désastreux passage de Saâdani (2013-2016) que le palais crut bon de nommer ce courtisan hors pair espérant qu'il saurait restaurer l'unité interne et travailler à l'élargissement des réseaux de l'alliance. Depuis quelques mois déjà, l'erreur de casting et la nécessité d'y remédier au plus vite s'étaient imposées en haut lieu. Sauf qu'il manquait le bon prétexte pour actionner la traditionnelle machine du FLN consistant à placarder certains et à leur substituer, parfois même, leurs adversaires «intimes». Or, le réflexe historique est devenu le paramètre «idoine» afin de reconfigurer cycliquement l'inusable machin à gagner ou plutôt à trafiquer des votes. C'est ainsi qu'au-delà de la singularité des cas d'Ould-Abbès et de son prédécesseur Saâdani que l'on désigna puis dégomma, la «maison» en question a toujours opéré ses changements en transitant par la case du putsch.
D'ailleurs, les spécialistes en sociologie politique sont unanimes pour qualifier le FLN de cas atypique. C'est-à-dire celui d'un appareil réfractaire à la vertu du compromis et plus enclin à l'affrontement toutes les fois où s'imposent les besoins, soit de changer de dirigeants, soit d'adapter la ligne politique à des contextes politiques nouveaux. Certes, les séquences ayant jalonné son existence ont peu à voir les uns par rapport aux autres sauf que sa conception originelle le destinait à gouverner ; et seulement à cela. Avec une si haute vocation, le parti est pourtant incapable de vacciner en toutes circonstances les colères des «mal-récompensés». Etonnamment, les révoltes internes sont perçues, à juste titre, comme des indices d'un changement de perspective au sommet de l'Etat. Consacré comme la principale grille de lecture du régime, le FLN focalise sur ses pulsations les principales données politiques du pouvoir. A ce propos, le quotidien Liberté souligne clairement sa symbiose avec les pouvoirs quand il titre dans son édition de jeudi «2019 divise le FLN». Ce qui n'aurait pas été possible dans le cas où Ouyahia viendrait à être privé de la direction du RND !
Plus d'un demi-siècle après sa naissance, peu de chromosomes ont changé dans l'ADN de ses relations dans la sphère partisane. Cultivant à ce jour une sorte de paranoïa à l'encontre de ses alter ego dans l'Alliance, il continue à se prévaloir d'une primauté historique usurpée. Ce fut justement au nom de ce faux «sang bleu» qu'il se retrouva souvent en décalage avec le mouvement historique qui vit l'émergence de courants autonomes qui le disqualifièrent à une certaine époque. La récession de son influence au lendemain d'Octobre 88 et les multiples échecs électoraux qui en furent la conséquence constituèrent sa traversée du désert, laquelle était presque semblable à celle d'un certain Bouteflika qui allait le remettre en selle à son arrivée au pouvoir en 1999. Mieux encore, l'année 2004 avec sa présidentielle et son putsch du 7e congrès allait lui redonner un avantage définitif sur les autres partis. Un tournant historique qui allait l'élever au rang de «parti présidentiel». Grâce à ce signe distinctif, ses secrétaires généraux devinrent des personnalités nationales de premier plan. Or, tout au long de la séquence allant de 2005 à ce jour, ils furent trois à être successivement parachutés puis «naturellement» répudiés. Ould-Abbès, celui d'entre eux qui ne fit qu'un petit tour de 25 mois, arriva aux responsabilités précédé d'une réputation alimentée par une somme incalculable d'ambiguïtés qui allaient lui valoir autant de suspicions que de démentis au point de provoquer l'hostilité discrète des vieux militants. Ignorant superbement les règles organiques du parti, il se permit même de ne jamais convoquer le comité central s'autorisant, par sa seule initiative, de commander le programme électoral pour le cinquième mandat. C'était, entre autres, un grossier dérapage qui a fini par lui coûter cette infamante répudiation à laquelle il était le seul à ne pas croire !
B. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.