Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Combats inédits entre rebelles pro-Ankara
Syrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 11 - 2018

Des affrontements ont éclaté pour la première fois entre factions rebelles syriennes pro-turques dans la ville d'Afrine, dans le nord de la Syrie, faisant 25 morts et des dizaines de blessés dimanche, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée à Londres et proche de l'opposition islamiste.
La région d'Afrine, située dans la province d'Alep et majoritairement kurde, est tombée en mars aux mains de l'armée turque et de ses supplétifs syriens, qui en ont chassé les forces kurdes au terme d'une offensive meurtrière.
Les affrontements, commencés samedi et qui se poursuivent dimanche, opposent la quasi-totalité des groupes rebelles à une seule faction s'appelant «Tajamo Chouhada al-Charkiya», accusée de ne pas respecter «les décisions des forces turques» et «de multiples abus», a expliqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.
Ils s'inscrivent dans le cadre général de la «lutte d'influence entre les groupes»rebelles pro-turcs à Afrine, a-t-il ajouté en précisant que l'objectif est d'«éliminer» «Tajamo Chouhada al-Charkiya».
Les combats dans plusieurs quartiers de la ville d'Afrine ont fait 25 morts et des dizaines de blessés dans les deux camps, selon M. Abdel Rahmane. «Ces combats violents continuent et ils sont sans précédents depuis que les rebelles ont pris Afrine», a précisé M. Abdel Rahmane. «Les civils sont terrifiés», a-t-il ajouté.
Face aux violences, les forces turques présentes dans la ville ont demandé aux habitants de rester chez eux, a précisé l'Observatoire, ajoutant que «des chars turcs patrouillent dans les rues».
La faction «réfractaire», qui compte près de 200 combattants majoritairement originaires de la province de Deir Ezzor (est), avait participé à l'offensive qui a abouti à la prise d'Afrine, selon l'OSDH.
Sur son compte twitter, l'«Armée nationale», qui regroupe la plupart des factions pro-Ankara, a expliqué qu'elle cherchait à en finir «avec les gangs hors-la-loi».
La ville d'Afrine a été le théâtre ces derniers mois de vols, pillages, expropriations et enlèvements, l'ONU dénonçant en août la saisie systématique de maisons abandonnées, alors que l'ONG Amnesty International décriait un «climat de terreur» dans la cité. La moitié des 320 000 habitants d'Afrine avaient fui l'avancée des troupes turques, selon un rapport de l'ONU en septembre sur la Syrie, pays ravagé par la guerre depuis 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.