Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel pour un fonds pour le développement de l'Afrique
2e conférence de la Cioame
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 11 - 2018

Le Parlement africain de la société civile, réuni à Alger, a appelé, hier, via son président Jean Claude Kessé, à la mise en place d'un fonds pour soutenir les ONG africaines dans la mise en œuvre de leurs actions de promotion du développement de l'Afrique. Une enveloppe de 50 millions d'euros sera dégagée par les 30 pays participant à la conférence.
C'est par le développement économique, l'endiguement du chômage, l'exploitation des ressources humaines riches et dynamiques de l'Afrique que sera empêchée la fuite des jeunes et des compétences. Plus particulièrement, il s'agit de promouvoir les échanges Sud-Sud et les partenariats public-privé.
En marge des travaux de la seconde édition de la Conférence internationale des ONG africaines membres de l'Ecosoc (CIOAME-ONU), dont le Parlement africain de la société civile est membre, M. Kessé a sollicité l'Algérie d'aider à la mise en place d'un tel mécanisme de soutien au développement des économies africaines. Le Parlement africain, par ailleurs, soutient les efforts de l'Algérie et ses choix de règlement des conflits et problématiques majeures que connaît le continent, notamment migratoire, de façon politique et pacifique.
A ce propos, M. Ali Sahel, président du comité d'organisation du Parlement africain, a rappelé les positions de l'Algérie concernant le problème des migrations. Il rappelle, en effet, que ce ne sont ni les durcissements des octrois de visas, ni les fermetures des frontières qui freineront le phénomène de l'immigration clandestine qui a fait plus de 1 600 morts en Méditerranée cette année. Il s'agit bel et bien de développer les conditions de vie et de travail en Afrique, de permettre l'essor d'une vie économique et sociale plus équilibrée. Seule une telle action permettra d'endiguer réellement cette problématique dont le thème est au centre des préoccupations des diverses réunions africaines tenues récemment.
L'observation faite de la difficulté qu'éprouvent les ONG africaines à s'autofinancer oblige donc les responsables africains à prendre les devants en créant un fonds qui permette d'avancer sur cette question. Même si le Parlement reste une organisation non gouvernementale, il doit cependant prendre part aux actions étatiques du moment qu'il agit dans le domaine du développement humain et économique. En effet, M. Sahel estimait sur les ondes de la Chaîne 3 que non seulement des obstacles locaux tels que la corruption empêchent le développement économique de l'Afrique, mais de plus, il pointe du doigt l'action néfaste des multinationales qui exploitent les ressources africaines de façon irrationnelle et sauvage. Selon lui, seule une société civile forte peut obliger les pouvoirs publics des pays africains à contrer cette tendance et à faire pencher la balance vers plus de coopération intra-africaine.
Nedjma Merabet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.