Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Cachez-nous ce Makhzen que l'on ne saurait plus soutenir»
PATRICIA LALONDE ET GILES PARGNEAUX :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 12 - 2018


De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari
A Bruxelles, le cœur nucléaire de l'Etat marocain est atteint. Non pas seulement le Makhzen mais aussi le palais royal, la boîte permanente à outils qui oriente, manipule et indique le chemin à suivre concernant la Sahara Occidental.
La semaine dernière, une première vraie alerte, le député français Giles Pargneaux, cheville ouvrière de la défense de l'intérêt marocain à Bruxelles, fait défection. Il annonce n'avoir jamais soutenu une quelconque souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental.
Rabat fait semblant de n'avoir rien entendu, s'allonge comme un mort. Quelques jours après, c'est un organisme indépendant européen qui démasque Patricia Lalonde, eurodéputée française.
Les charges sont lourdes contre Lalonde, elles vont du conflit d'intérêts à la dissimulation de rentrées d'argent aux commission idoines.
Patricia Lalonde est — était ? — membre influent de Euroméda, fondation pilotée par l'ex-ministre marocain des Affaires étrangères et ayant pour mission cardinale de protéger la marocanité du Sahara Occidental dans l'Union européenne. Ce qui ne l'a pas empêché — toute honte bue — de s'immiscer dans les rédactions de textes concernant les Accords de pêche et agricole avec le Maroc. Ses apports pour élargir les angles en faveur de Rabat étaient si flagrants que ça en devenait suspect, louche.
Ce qui devait arriver arriva. Lalonde et Pargneaux sont démasqués. Si le second espère s'en sortir par des entourloupes genre «je ne faisais partie d'aucun groupe favorable au Maroc», ou «mes positions pro-marocaines ne veulent pas signifier que je milite pour l'annexion du Sahara Occidental quelque Etat que ce soit», Pargneaux ose même prétendre qu'il est aussi pro-algérien.
Il est vrai qu'pportuniste et rusé, Giles la girouette a pu, à un certain moment, être du côté de l'Algérie. L'Homme préparait déjà ses reconversions futures. Ce n'est pas le cas de Lalonde. Depuis 4 ou 5 jours, la pression monte qui exige des explications et son départ. Les groupes des verts, de gauche unitaire, des europarlementaires socialistes ou de droite européens n'apprécient pas le mélange des genres de Lalonde.
Hier, cette dernière a fait publier des «mea culpa» pas convainquants du tout. Elle semble acter sa faute politique grave et demande tout simplement une sortie par le haut, honorable. Selon des indiscrétions bruxelloises, Patricia Lalonde se dit prête à démontrer que rien n'indique qu'elle a été contre le Sahara Occidental ou le Polisario. L'europarlementaire, prise la main dans le sac, aurait même refusé l'assistance politique du lobbying marocain pour sa défense...
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.