Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La répression n'est qu'un «avant-goût», avertit le porte-parole présidentiel
Zimbabwe
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 01 - 2019

La répression brutale des récentes manifestations au Zimbabwe n'est «qu'un avant-goût», a averti le porte-parole de la présidence, George Charamba, cité hier par le journal gouvernemental The Sunday News, en accusant l'opposition de fomenter les désordres.
Au moins 12 personnes ont été tuées et 78 blessées par balle la semaine dernière, selon le Forum des ONG des droits de l'Homme au Zimbabwe, une coalition d'organisations qui a recensé plus de 240 cas d'agressions et tortures.
La répression, dénoncée par l'ONU, nourrit l'inquiétude de voir le Zimbabwe renouer avec les pratiques des 37 ans de présidence de Robert Mugabe, chassé du pouvoir en novembre 2017 par les militaires.
L'ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, 76 ans, qui l'a remplacé s'était engagé à relancer l'économie après deux décennies de crise. Mais depuis octobre 2018 se déroulent des manifestations contre les pénuries, l'inflation et la dépréciation de la monnaie qui ont tourné à l'émeute la semaine dernière après l'annonce lundi d'un doublement du prix des carburants. La répression menée par l'armée et la police, avec son lot de tabassages et enlèvements d'opposants ou de citoyens ordinaires, a été vivement critiquée par l'ONU.
Vendredi, le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a exhorté Harare à «arrêter la répression», s'alarmant du «recours excessif à la force» y compris les tirs présumés à balle réelle.
«La réponse jusqu'à présent n'est qu'un avant-goût de ce qui va arriver», a déclaré au Sunday News George Charamba. «Le MDC (Mouvement pour le changement démocratique, principal parti d'opposition) et ses affiliés seront tenus pleinement responsables de la violence et des pillages».
Il a accusé le dirigeant du MDC, Nelson Chamisa, de chercher à s'emparer du pouvoir «avec le sang des Zimbabwéens» en fomentant des manifestations violentes et en essayant de remettre en cause la victoire de M. Mnangagwa à l'élection présidentielle de juillet 2018.
Quelque 700 personnes ont été arrêtées, l'internet a été coupé temporairement à deux reprises et les principaux réseaux sociaux restent bloqués.
L'armée et la police ont tenu samedi soir une conférence de presse pour rejeter les accusations de brutalité, assurant que certains pillards portaient des uniformes pour se faire passer pour des personnels officiels.
«L'Etat doit s'occuper» du MDC et des syndicats qui ont «déclenché» les violences, a ajouté M. Charamba, qui était également porte-parole de la présidence.
M. Charamba accompagne actuellement M. Mnangagwa dans une tournée en quête d'investissements étrangers entamée lundi en Russie et qui doit s'achever cette semaine au Forum de Davos en Suisse, le rendez-vous de l'élite économique mondiale prévu à partir d'aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.