Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La répression n'est qu'un «avant-goût», avertit le porte-parole présidentiel
Zimbabwe
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 01 - 2019

La répression brutale des récentes manifestations au Zimbabwe n'est «qu'un avant-goût», a averti le porte-parole de la présidence, George Charamba, cité hier par le journal gouvernemental The Sunday News, en accusant l'opposition de fomenter les désordres.
Au moins 12 personnes ont été tuées et 78 blessées par balle la semaine dernière, selon le Forum des ONG des droits de l'Homme au Zimbabwe, une coalition d'organisations qui a recensé plus de 240 cas d'agressions et tortures.
La répression, dénoncée par l'ONU, nourrit l'inquiétude de voir le Zimbabwe renouer avec les pratiques des 37 ans de présidence de Robert Mugabe, chassé du pouvoir en novembre 2017 par les militaires.
L'ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, 76 ans, qui l'a remplacé s'était engagé à relancer l'économie après deux décennies de crise. Mais depuis octobre 2018 se déroulent des manifestations contre les pénuries, l'inflation et la dépréciation de la monnaie qui ont tourné à l'émeute la semaine dernière après l'annonce lundi d'un doublement du prix des carburants. La répression menée par l'armée et la police, avec son lot de tabassages et enlèvements d'opposants ou de citoyens ordinaires, a été vivement critiquée par l'ONU.
Vendredi, le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a exhorté Harare à «arrêter la répression», s'alarmant du «recours excessif à la force» y compris les tirs présumés à balle réelle.
«La réponse jusqu'à présent n'est qu'un avant-goût de ce qui va arriver», a déclaré au Sunday News George Charamba. «Le MDC (Mouvement pour le changement démocratique, principal parti d'opposition) et ses affiliés seront tenus pleinement responsables de la violence et des pillages».
Il a accusé le dirigeant du MDC, Nelson Chamisa, de chercher à s'emparer du pouvoir «avec le sang des Zimbabwéens» en fomentant des manifestations violentes et en essayant de remettre en cause la victoire de M. Mnangagwa à l'élection présidentielle de juillet 2018.
Quelque 700 personnes ont été arrêtées, l'internet a été coupé temporairement à deux reprises et les principaux réseaux sociaux restent bloqués.
L'armée et la police ont tenu samedi soir une conférence de presse pour rejeter les accusations de brutalité, assurant que certains pillards portaient des uniformes pour se faire passer pour des personnels officiels.
«L'Etat doit s'occuper» du MDC et des syndicats qui ont «déclenché» les violences, a ajouté M. Charamba, qui était également porte-parole de la présidence.
M. Charamba accompagne actuellement M. Mnangagwa dans une tournée en quête d'investissements étrangers entamée lundi en Russie et qui doit s'achever cette semaine au Forum de Davos en Suisse, le rendez-vous de l'élite économique mondiale prévu à partir d'aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.