Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Alliance en détresse
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 02 - 2019

Ils ne nous ont certes pas habitués à des visages rayonnants et des attitudes qui inspirent la joie de vivre mais on les a rarement vus avec ces têtes d'enterrement. Ils arboraient la mine morose et le regard inquiet. Au moment précis où on pouvait logiquement attendre d'eux quelque débordement d'enthousiasme, les premiers de cordée de l'Alliance présidentielle renvoyaient plus la détresse de l'incertitude que l'euphorie des grands vainqueurs. A tel point que ça a fait «débat», et pas seulement par défaut. S'ils ne nous ont pas habitués non plus aux surprises, celle-ci pourrait en constituer une première : Ouyahia, Bouchareb, Ghoul et Benyounès n'ont même pas tenté la simulation du propos convaincu et du port déterminé. S'ils ne pouvaient naturellement pas surprendre grand monde en s'accrochant à un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, ils ont quand même réussi à le faire, à leur corps défendant, en donnant la nette impression qu'ils étaient plus dans le colmatage de la brèche béante que sur le chantier d'un nouveau projet dans la… continuité comme l'a suggéré a posteriori Ouyahia en recourant à un pénible exercice de contorsion.
En faisant allusion dans un propos sibyllin à l'éventualité que Bouteflika ne puisse pas aller au bout d'une nouvelle mandature, auquel cas un dialogue élargi est envisagé pour la suite, il a puisé dans l'énergie du désespoir pour vendre un consensus pourtant très peu ou pas du tout perceptible sur l'épreuve du moment. On aurait pu leur concéder le mérite de la franchise : «Bouteflika est notre candidat et il ne fera pas campagne», c'est le Premier ministre qui le dit.
Mais on y a vu plutôt le baroud d'honneur arrogant que la quête sincère d'une dernière volonté et ce n'est pas de l'extrapolation, que de le prendre ainsi. En allant plus loin à la manière de quelqu'un qui exagère sa faute pour convaincre qu'il a raison, il a confirmé le sens de sa première salve. N'est-ce pas qu'il a déclaré dans la foulée qu'aucun espace ne sera concédé aux partisans du boycott et que la force publique sera mobilisée pour empêcher toute velléité d'expression des voix discordantes ? Mais c'est déjà ça de gagné.
On sait à quoi s'en tenir s'agissant des libertés et le pouvoir, par la bouche entrouverte de ceux qui l'incarnent politiquement ne fait plus un secret de l'incapacité physique à gouverner d'Abdelaziz Bouteflika. On est déjà loin du «Président qui gère le pays avec sa tête et non avec ses pieds» d'Amara Benyounès et de toutes les autres perles qui ont meublé l'actualité politique de ces dernières années.
Dans la moiteur des mains rassemblées au terme du conclave de l'Alliance, il y avait plus la prière que la harangue d'avant le combat.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.