«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Convocation du corps électoral : fin de récréation ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 01 - 2019

Jamais une convocation du corps électoral n'a autant… fait l'événement. Pour que ce qui n'était jusque-là qu'une formalité protocolaire devienne objet de suspense politique, suscite appréhensions et interrogations, il fallait bien que la situation soit inédite et les choses pas si évidentes. On savait Abdelaziz Bouteflika malade et le débat sur ses capacités physiques à diriger le pays a pris trop de temps - bientôt deux mandats - pour qu'on ne le retrouve pas à l'orée de cette nouvelle échéance. Il y a certes ceux pour qui tout est question de «limites» dans la durée de son règne. La thèse est d'autant plus accommodante que cela leur permettait d'enchaîner dans la posture la plus confortable : c'est parfait pour les autres mandats où le Président n'a pas vraiment fait preuve de présence physique sur la scène du pouvoir mais un cinquième mandat serait de trop ! Dans la foulée, il est quasiment inutile de disserter sur la deuxième catégorie. Ils sont dans les «partis de la majorité», dans leurs démembrements partisans ou «associatifs, dans les éclatements périphériques de leurs clientèles syndicales ou patronales, partout où on a l'habitude de les trouver et parfois là où on les attend le moins. Pour ceux-là, tout est clair et les choses sont ainsi parce qu'elles ne peuvent pas être autrement : Abdelaziz Bouteflika est Président, il est en bonne santé, il s'occupe de tout et il n'y a aucune raison qu'il ne brigue pas un cinquième mandat. Comme il y a de la «concurrence» même à ce niveau, on y est allé de bon cœur. En l'occurrence, Ould-Abbès, Sidi Saïd, Benyounès et d'autres ont déployé un trésor d'efforts pour nous offrir la plus belle perle. Et quand il a été suggéré que les choses ne seraient pas aussi simples, d'aucuns ont pris les devants. S'en est suivie une inflation d'«initiatives» et de propos sibyllins qu'on n'attendait pas forcément dans la bouche de ceux qui les ont formulées. Jusque dans les conclaves feutrés de l'Alliance présidentielle, il est arrivé qu'on décèle autre chose que ce qui devait naturellement en constituer l'ordre du jour. Et ça préfigurait déjà la vanité d'une option alternative au rendez-vous constitutionnel qui motivait et la «conférence nationale» de Ghoul et «le candidat consensuel» de Makri, du coup tombés dans la désuétude de la velléité personnelle, qu'on n'a pas l'habitude de prendre en ligne de compte. Maintenant que tout se confirme dans la convocation du corps électoral, reste l'autre équation que beaucoup confinent à l'évidence. Ce n'est pas la candidature d'un général à la retraite qui va l'éloigner même si elle ne la rapproche pas forcément.
Dans la décision de M. Ghediri d'entrer en compétition, on peut trouver à la fois la chose et son contraire : la candidature de Bouteflika ou non. Désormais, c'est la seule question qui fera l'actualité des prochains jours.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.