Baromètre.. En Baisse : Le RND    Ahmed Ouyahia et Mohamed Loukal convoqués par le tribunal de Sidi M'hamed    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    France.. Les protestations continuent    Amical.. Algérie – Mali le 16 juin à Abu Dhabi    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Installation des Commissions de candidatures et de recours    Médaille d'or pour l'Algérien Ameur sur 10 000 m marche    L'Algérien Sahnoune qualifié aux JO-2020    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Pour une commission de transition et une transparence des élections    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Masques spécial peaux grasses et sèches    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Sonatrach augmente la production de carburants    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Convocation du corps électoral : fin de récréation ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 01 - 2019

Jamais une convocation du corps électoral n'a autant… fait l'événement. Pour que ce qui n'était jusque-là qu'une formalité protocolaire devienne objet de suspense politique, suscite appréhensions et interrogations, il fallait bien que la situation soit inédite et les choses pas si évidentes. On savait Abdelaziz Bouteflika malade et le débat sur ses capacités physiques à diriger le pays a pris trop de temps - bientôt deux mandats - pour qu'on ne le retrouve pas à l'orée de cette nouvelle échéance. Il y a certes ceux pour qui tout est question de «limites» dans la durée de son règne. La thèse est d'autant plus accommodante que cela leur permettait d'enchaîner dans la posture la plus confortable : c'est parfait pour les autres mandats où le Président n'a pas vraiment fait preuve de présence physique sur la scène du pouvoir mais un cinquième mandat serait de trop ! Dans la foulée, il est quasiment inutile de disserter sur la deuxième catégorie. Ils sont dans les «partis de la majorité», dans leurs démembrements partisans ou «associatifs, dans les éclatements périphériques de leurs clientèles syndicales ou patronales, partout où on a l'habitude de les trouver et parfois là où on les attend le moins. Pour ceux-là, tout est clair et les choses sont ainsi parce qu'elles ne peuvent pas être autrement : Abdelaziz Bouteflika est Président, il est en bonne santé, il s'occupe de tout et il n'y a aucune raison qu'il ne brigue pas un cinquième mandat. Comme il y a de la «concurrence» même à ce niveau, on y est allé de bon cœur. En l'occurrence, Ould-Abbès, Sidi Saïd, Benyounès et d'autres ont déployé un trésor d'efforts pour nous offrir la plus belle perle. Et quand il a été suggéré que les choses ne seraient pas aussi simples, d'aucuns ont pris les devants. S'en est suivie une inflation d'«initiatives» et de propos sibyllins qu'on n'attendait pas forcément dans la bouche de ceux qui les ont formulées. Jusque dans les conclaves feutrés de l'Alliance présidentielle, il est arrivé qu'on décèle autre chose que ce qui devait naturellement en constituer l'ordre du jour. Et ça préfigurait déjà la vanité d'une option alternative au rendez-vous constitutionnel qui motivait et la «conférence nationale» de Ghoul et «le candidat consensuel» de Makri, du coup tombés dans la désuétude de la velléité personnelle, qu'on n'a pas l'habitude de prendre en ligne de compte. Maintenant que tout se confirme dans la convocation du corps électoral, reste l'autre équation que beaucoup confinent à l'évidence. Ce n'est pas la candidature d'un général à la retraite qui va l'éloigner même si elle ne la rapproche pas forcément.
Dans la décision de M. Ghediri d'entrer en compétition, on peut trouver à la fois la chose et son contraire : la candidature de Bouteflika ou non. Désormais, c'est la seule question qui fera l'actualité des prochains jours.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.