"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sous le thème «Le roman et les schémas culturels»
16e Colloque international Abdelhamid Benhadouga de Bordj Bou-Arreridj
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 02 - 2019

La salle de conférences de l'université El Bachir-El Ibrahimi de Bordj-Bou-Arréridj a été baptisée du nom de l'écrivain Abdelhamid Benhadouga. La cérémonie s'est déroulée parallèlement au 16e Colloque international Abdelhamid Benhadouga, ouvert, mardi, à l'université Mohamed-El-Bachir-El-Ibrahimi de Bordj-Bou-Arréridj, sous le thème «Le roman et les schémas culturels».
Les participants au colloque ont souligné l'impact du roman sur la dimension culturelle algérienne. Le président du colloque, Saïd Boutadjine, a indiqué, à cet effet, que le thème choisi cette année représente l'un des nouveaux thèmes abordés dans le milieu de la critique arabe, combinant littérature et philosophie et la tentative d'aborder le récit romancé en recourant aux mécanismes littéraires de critique, mettant l'accent sur son importance majeure pour les étudiants qui entreprennent des études approfondies à ce sujet.
Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, qui a présidé l'ouverture des travaux du colloque, a affirmé que l'édition de cette année «sera plus proche des étudiants conformément aux recommandations du comité scientifique de la précédente édition, comme elle contribuera à la concrétisation des valeurs culturelles en reconnaissance de ses créateurs».
Le Colloque international Abdelhamid Benhadouga, d'une durée de trois jours, est organisé par la Direction de la culture de la wilaya de Bordj-bou-Arréridj, en coopération avec l'université Mohamed-El Bachir-El-Ibrahimi, sous l'égide du ministère de la Culture. Il voit la participation d'hommes de lettres, de critiques littéraires et de traducteurs venus de sept pays arabes, notamment la Tunisie, le Maroc, le Liban et le sultanat d'Oman, de pays européens comme l'Espagne et l'Italie, ainsi que des hommes de lettres de plusieurs universités algériennes.
Le ministre de la Culture a souligné l'importance de faire ancrer la culture de la reconnaissance envers ceux qui ont beaucoup donné à la culture algérienne dans tous les domaines de créativité. Dans son allocution à l'ouverture donc des travaux de la 16e édition du séminaire international Abdelhamid Benhadouga, le ministre a appelé les jeunes particulièrement à préserver la mémoire collective, culturelle notamment et à œuvrer à l'édification d'un Etat solide basé sur la science et le savoir.
Saluant les efforts déployés pour perpétuer l'œuvre et l'héritage de Benhadouga, «enfant-repère de la ville de Bordj-Bou-Arréridj», M. Mihoubi a rappelé que l'écrivain avait œuvré durant toute sa vie et à travers ses créations littéraires, à asseoir une culture nationale authentique et fut le premier romancier algérien d'expression arabe. Le ministre a ainsi indiqué que le romancier «œuvrait à édifier une identité culturelle algérienne qu'il a défendue et reflétée dans ses écrits et à travers les genres littéraires qu'il a produits».
Le ministre, par ailleurs, a considéré que le roman demeure «un miroir reflétant la transformation culturelle de toute société» citant le célèbre roman de Benhadouga Rih El Djanoub (Le vent du sud) traduit dans plusieurs langues dont l'espagnol tout comme les 21 œuvres culturelles du romancier disponibles au Salon international du livre de la Havane à Cuba organisé dernièrement. Parallèlement à ce colloque, le «Café culturel universitaire» a été inauguré sous l'impulsion du romancier Abderrezak Boukeba, tandis que la salle de conférences de l'université El Bachir-El-Ibrahimi a été baptisée du nom de Abdelhamid Benhadouga.
Né le 9 janvier 1925 à Mansoura, dans la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj, Abdelhamid Benhadouga est décédé le 21 octobre 1996 à Alger. Romancier, dramaturge, traducteur et nouvelliste, il est l'auteur de Rih El Djanoub, premier grand roman algérien écrit en langue arabe en 1971, traduit en une vingtaine de langues et adapté au cinéma par Mohamed Slim Riad en 1975. Abdelhamid Benhadouga a à son actif plusieurs ouvrages, notamment Ban Essobh (1981), El jaziatte et les Derviches(1983) et Wa ghadan yaoum jadid, paru en 1992 et traduit en français par Marcel Bois.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.