Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Le président de l'APN harcelé par les députés FLN : «Démissionnez de votre poste»    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Grand cafouillage au FCE : La vieille garde d'Ali Haddad à l'assaut    Procès de Kamel Chikhi et 12 cadres de l'urbanisme et de la conservation foncière :L'affaire renvoyée au 19 juin prochain    Le spectre de l'inconnu    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Le Hirak entre l'admiration et la peur    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sous le thème «Le roman et les schémas culturels»
16e Colloque international Abdelhamid Benhadouga de Bordj Bou-Arreridj
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 02 - 2019

La salle de conférences de l'université El Bachir-El Ibrahimi de Bordj-Bou-Arréridj a été baptisée du nom de l'écrivain Abdelhamid Benhadouga. La cérémonie s'est déroulée parallèlement au 16e Colloque international Abdelhamid Benhadouga, ouvert, mardi, à l'université Mohamed-El-Bachir-El-Ibrahimi de Bordj-Bou-Arréridj, sous le thème «Le roman et les schémas culturels».
Les participants au colloque ont souligné l'impact du roman sur la dimension culturelle algérienne. Le président du colloque, Saïd Boutadjine, a indiqué, à cet effet, que le thème choisi cette année représente l'un des nouveaux thèmes abordés dans le milieu de la critique arabe, combinant littérature et philosophie et la tentative d'aborder le récit romancé en recourant aux mécanismes littéraires de critique, mettant l'accent sur son importance majeure pour les étudiants qui entreprennent des études approfondies à ce sujet.
Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, qui a présidé l'ouverture des travaux du colloque, a affirmé que l'édition de cette année «sera plus proche des étudiants conformément aux recommandations du comité scientifique de la précédente édition, comme elle contribuera à la concrétisation des valeurs culturelles en reconnaissance de ses créateurs».
Le Colloque international Abdelhamid Benhadouga, d'une durée de trois jours, est organisé par la Direction de la culture de la wilaya de Bordj-bou-Arréridj, en coopération avec l'université Mohamed-El Bachir-El-Ibrahimi, sous l'égide du ministère de la Culture. Il voit la participation d'hommes de lettres, de critiques littéraires et de traducteurs venus de sept pays arabes, notamment la Tunisie, le Maroc, le Liban et le sultanat d'Oman, de pays européens comme l'Espagne et l'Italie, ainsi que des hommes de lettres de plusieurs universités algériennes.
Le ministre de la Culture a souligné l'importance de faire ancrer la culture de la reconnaissance envers ceux qui ont beaucoup donné à la culture algérienne dans tous les domaines de créativité. Dans son allocution à l'ouverture donc des travaux de la 16e édition du séminaire international Abdelhamid Benhadouga, le ministre a appelé les jeunes particulièrement à préserver la mémoire collective, culturelle notamment et à œuvrer à l'édification d'un Etat solide basé sur la science et le savoir.
Saluant les efforts déployés pour perpétuer l'œuvre et l'héritage de Benhadouga, «enfant-repère de la ville de Bordj-Bou-Arréridj», M. Mihoubi a rappelé que l'écrivain avait œuvré durant toute sa vie et à travers ses créations littéraires, à asseoir une culture nationale authentique et fut le premier romancier algérien d'expression arabe. Le ministre a ainsi indiqué que le romancier «œuvrait à édifier une identité culturelle algérienne qu'il a défendue et reflétée dans ses écrits et à travers les genres littéraires qu'il a produits».
Le ministre, par ailleurs, a considéré que le roman demeure «un miroir reflétant la transformation culturelle de toute société» citant le célèbre roman de Benhadouga Rih El Djanoub (Le vent du sud) traduit dans plusieurs langues dont l'espagnol tout comme les 21 œuvres culturelles du romancier disponibles au Salon international du livre de la Havane à Cuba organisé dernièrement. Parallèlement à ce colloque, le «Café culturel universitaire» a été inauguré sous l'impulsion du romancier Abderrezak Boukeba, tandis que la salle de conférences de l'université El Bachir-El-Ibrahimi a été baptisée du nom de Abdelhamid Benhadouga.
Né le 9 janvier 1925 à Mansoura, dans la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj, Abdelhamid Benhadouga est décédé le 21 octobre 1996 à Alger. Romancier, dramaturge, traducteur et nouvelliste, il est l'auteur de Rih El Djanoub, premier grand roman algérien écrit en langue arabe en 1971, traduit en une vingtaine de langues et adapté au cinéma par Mohamed Slim Riad en 1975. Abdelhamid Benhadouga a à son actif plusieurs ouvrages, notamment Ban Essobh (1981), El jaziatte et les Derviches(1983) et Wa ghadan yaoum jadid, paru en 1992 et traduit en français par Marcel Bois.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.