«Le peuple est fermement déterminé à mener l'Algérie à bon port»    Charfi avertit contre les violences qui «nuisent au pacifisme du Hirak»    Un ex-conseiller à la Présidence et un homme d'affaires placés en détention provisoire    Eliminatoires CAN-2021 : défaite de la Zambie à domicile devant le Zimbabwe    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    Comité d'Arbitrage de la CAF : Le président dénonce l'ingérence d'Ahmad Ahmad    Infos Campus    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    39ème marche des étudiants: La mobilisation se poursuit    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Grève dans les écoles    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    4 manifestants condamnés    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les engagements-surprise de Bouteflika
CHANGEMENT DU SYSTÈME, CONFERENCE NATIONALE INCLUSIVE, PRESIDENTIELLE ANTICIPEE À LAQUELLE IL NE SERA PAS CANDIDAT...
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 03 - 2019

Abdelaziz Bouteflika confirme officiellement sa candidature pour l'élection présidentielle du 18 avril prochain avec le dépôt, hier, dimanche, en début de soirée, de son dossier auprès du Conseil constitutionnel, assuré par son nouveau directeur de campagne, Abdelghani Zaâlane. Sans surprise. Sauf qu'il a accompagné ce dépôt par un «message à la nation» où il prend des engagements lourds et inattendus.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Face à l'immense pression de la rue et les manifestations amples et incessantes contre sa candidature pour un cinquième mandat, Bouteflika s'engage à organiser, s'il est réélu le 18 avril prochain, «une élection présidentielle anticipée (…)». Mais aussi, et c'est là une colossale concession pour lui, Bouteflika tenait-il à préciser : «Je m'engage à ne pas être candidat à cette élection qui assurera ma succession dans des conditions incontestables de sérénité, de liberté et de transparence. » A l'évidence, l'homme ne veut pas perdre la face et sortir par la petite porte et veut organiser lui-même sa propre succession. Car, contrairement à Liamine Zeroual qui, en septembre 1998, annonçait, à la surprise générale, l'organisation d'une élection présidentielle dans six mois et à laquelle il s'engageait à ne pas être candidat, Bouteflika ne fixe pas d'échéance à sa présidentielle anticipée. Mieux, et face à la forte contestation populaire qui ébranle le pays depuis bientôt un mois, le chef de l'Etat qu'il est se désincarne, se place du côté de la contestation et s'engage à «assumer la responsabilité historique de la concrétisation de l'exigence fondamentale du peuple, c'est-à-dire le changement du système». Le Président-candidat à la présidentielle du 18 avril s'engage ainsi à mener lui-même ce changement, à travers sa conférence nationale. «Juste après l'élection présidentielle, je m'engage à tenir une conférence nationale inclusive et indépendante pour débattre, élaborer et adopter des réformes politiques, économiques et sociales, devant constituer le socle du nouveau système rénovateur de l'Etat national algérien en harmonie avec les aspirations de notre peuple.» De même, ajoutera-t-il, que de «l'élaboration et l'adoption par référendum populaire d'une nouvelle Constitution qui consacrera la naissance de la nouvelle République et du nouveau système algériens». En plus de réformes économiques et sociales, Bouteflika s'engage à faire sienne, une revendication extrêmement importante de l'ensemble de la classe politique, notamment l'opposition. A savoir, «la révision de la loi électorale avec notamment la création d'un mécanisme indépendant d'organisation des élections qui aura la responsabilité exclusive de l'organisation des élections». C'est extrêmement important, en effet, car il s'agit bel et bien «d'organisation », et non plus «de surveillance » ou de «supervision» des élections. Faisant, comme lors de son premier message de candidature du 10 février dernier, de «la conférence nationale inclusive» le projet central de son programme électoral, il précisera, cette fois, que la date de l'élection présidentielle qu'il compte organiser «sera fixée par cette conférence nationale». En l'espèce, il ne veut surtout pas se faire piéger en se fixant, sur ce point précis, une échéance précise, d'autant plus qu'il s'engage à ne pas se porter candidat à cette présidentielle anticipée. Autrement dit, il jette la balle dans le camp de l'ensemble de la classe politique, particulièrement l'opposition, de la société civile et de l'ensemble des segments de la société, tous conviés à cette «conférence inclusive ». En même temps, il signifie, par ces nouveaux engagements, pour ainsi dire, que si changement devait être, ce ne serait pas contre lui, mais se fera par… lui. «J'ai écouté et entendu le cri du cœur des manifestants et en particulier des milliers de jeunes qui m'ont interpellé sur l'avenir de notre pays (…) J'ai le devoir et la volonté d'apaiser les cœurs et les esprits de mes compatriotes. Je le fais également en tant que président de la République pleinement respectueux de la volonté populaire qui m'a accordé l'insigne privilège de me porter à la magistrature suprême. Je le fais enfin en qualité de candidat à la prochaine élection présidentielle, avec conviction.» Très affaibli par la maladie, particulièrement depuis le 27 avril 2013, Bouteflika, qui a déjà eu à gérer et à s'épargner une première tempête, «les printemps arabes», avec quelques «réformes politiques » et d'énormes concessions accordées, à l'époque au front social, sait que, cette fois, il ne pouvait concéder «moins que cela», de grandes et spectaculaires réformes politiques, et, surtout « une présidentielle anticipée à laquelle je m'engage à ne pas me présenter», même sans en fixer la date, alors que les manifestations n'ont qu'une seule cible : lui, son système et, bien sûr, sa candidature désormais irréversible au plan constitutionnel, pour un cinquième mandat. Son message réussira-t-il à convaincre, non pas la classe politique mais la contestation populaire ?
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.