Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'exercice périlleux de Lamamra
CHARGE DE PROMOUVOIR LES DERNIÈRES DECISIONS DE BOUTEFLIKA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 03 - 2019

Abdelaziz Bouteflika tient à l'organisation de sa conférence nationale et Ramtane Lamamra a été chargé de la défendre et d'en expliquer les principes hier lors d'une émission consacrée au sujet sur les ondes de la Chaîne 3.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Le vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères a eu fort à faire hier. Quelques heures seulement après la passation de consignes avec Abdelkader Messahel, désormais ex-MAE, il s'est donc dirigé vers les studios de la Chaîne 3 où l'attendaient des journalistes du secteur public pour en savoir davantage sur la conférence nationale proposée par deux fois par Bouteflika.
Lamamra tente de convaincre comme il le peut usant d'éléments de réponse, sans réponses effectives. L'exercice est périlleux, car il se doit d'abord de persuader les médias qui l'interrogent de la légitimité du report de l'élection présidentielle et de l'adéquation de la période qui s'étalera du 28 avril (fin de mission de Bouteflika) avec les textes en vigueur dans le pays.
En termes diplomatiques, il présente la situation comme étant une conséquence des évènements en cours, une «réponse aux appels pressants de grandes franges de la société exprimés durant les marches populaires». Il rappelle le geste de Zeroual qui avait décidé de «raccourcir son mandat pour des raisons d'intérêt national» et les voix qui se sont élevées à ce moment pour dire que ce n'était pas constitutionnel. Il évoque ensuite la situation sécuritaire prévalant dans la région.
«Le Président, dit-il, a reçu le message de ses compatriotes et a proposé des réformes susceptibles de constituer une solution consensuelle, une réponse aux attentes puisque (ces réformes de nature constitutionnelle) permettront de modifier la loi électorale pour des élections rénovées». Il poursuit : «Le Président a décidé de ne pas organiser l'élection du 18 avril mais d'avancer la conférence nationale pour discuter de l'avenir de la Nation.» Lamamra évoque la mise en place d'une deuxième République, et d'un nouveau système différent «de celui qui a marqué la vie algérienne depuis son indépendance», mais «le Président ne propose pas de faire lui-même ces réformes, il a eu le privilège d'assurer quatre mandats durant lesquels il a mis en application plusieurs phases successives».
Le diplomate cite entre autres «el izza oual karama et la concorde civile». A présent, poursuit-il, «il a décidé de donner la parole au peuple, faisons-le ensemble dans le cadre d'une conférence nationale (…) le gouvernement ne sera qu'un facilitateur, pas un acteur». Qui y prendra part ? «Le Président veut que la conférence nationale représente équitablement les différentes composantes de la société algérienne», poursuit-il. Il annonce qu'un travail de consultation est déjà en cours mais qu'aucune tractation avec l'opposition n'a été entamée. «Je suis tenté de dire que c'est une réponse du président de la République à ceux qui ont demandé une Constituante», indique-t-il.
Des questions en relation avec les objectifs de cette conférence nationale reviennent souvent. Réponse : une nouvelle Constitution suivie d'un référendum, «nous n'avons pas été à l'écoute de la société, de la jeunesse, il est temps de le faire, toutes les franges de la société sont appelées à se joindre à cette initiative».
A l'heure où se déroule l'émission, des partis d'opposition appellent à une conférence nationale du front de refus des propositions du président de la République. Des manifestations contre le prolongement du mandat de Bouteflika se déroulent un peu partout à travers le pays. Une journaliste le lui fait remarquer et demande ce que peut être prévu en cas de refus populaire. Ramtane Lamamra : «En cas de refus, et je préfère ne pas entrevoir le pire, nous ferons tout pour continuer à convaincre, nous refusons de penser qu'une telle grande idée ne sera pas prise en charge par la Nation.»
Critiqué pour avoir livré sa première interview à un média étranger au moment où les Algériens attendent des réponses, il tente enfin d'expliquer que RFI (Radio France Internationale «est le média par excellence pour communiquer avec l'Afrique, beaucoup de personnalités algériennes et africaines m'ont appelé après cette interview».
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.