Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'exercice périlleux de Lamamra
CHARGE DE PROMOUVOIR LES DERNIÈRES DECISIONS DE BOUTEFLIKA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 03 - 2019

Abdelaziz Bouteflika tient à l'organisation de sa conférence nationale et Ramtane Lamamra a été chargé de la défendre et d'en expliquer les principes hier lors d'une émission consacrée au sujet sur les ondes de la Chaîne 3.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Le vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères a eu fort à faire hier. Quelques heures seulement après la passation de consignes avec Abdelkader Messahel, désormais ex-MAE, il s'est donc dirigé vers les studios de la Chaîne 3 où l'attendaient des journalistes du secteur public pour en savoir davantage sur la conférence nationale proposée par deux fois par Bouteflika.
Lamamra tente de convaincre comme il le peut usant d'éléments de réponse, sans réponses effectives. L'exercice est périlleux, car il se doit d'abord de persuader les médias qui l'interrogent de la légitimité du report de l'élection présidentielle et de l'adéquation de la période qui s'étalera du 28 avril (fin de mission de Bouteflika) avec les textes en vigueur dans le pays.
En termes diplomatiques, il présente la situation comme étant une conséquence des évènements en cours, une «réponse aux appels pressants de grandes franges de la société exprimés durant les marches populaires». Il rappelle le geste de Zeroual qui avait décidé de «raccourcir son mandat pour des raisons d'intérêt national» et les voix qui se sont élevées à ce moment pour dire que ce n'était pas constitutionnel. Il évoque ensuite la situation sécuritaire prévalant dans la région.
«Le Président, dit-il, a reçu le message de ses compatriotes et a proposé des réformes susceptibles de constituer une solution consensuelle, une réponse aux attentes puisque (ces réformes de nature constitutionnelle) permettront de modifier la loi électorale pour des élections rénovées». Il poursuit : «Le Président a décidé de ne pas organiser l'élection du 18 avril mais d'avancer la conférence nationale pour discuter de l'avenir de la Nation.» Lamamra évoque la mise en place d'une deuxième République, et d'un nouveau système différent «de celui qui a marqué la vie algérienne depuis son indépendance», mais «le Président ne propose pas de faire lui-même ces réformes, il a eu le privilège d'assurer quatre mandats durant lesquels il a mis en application plusieurs phases successives».
Le diplomate cite entre autres «el izza oual karama et la concorde civile». A présent, poursuit-il, «il a décidé de donner la parole au peuple, faisons-le ensemble dans le cadre d'une conférence nationale (…) le gouvernement ne sera qu'un facilitateur, pas un acteur». Qui y prendra part ? «Le Président veut que la conférence nationale représente équitablement les différentes composantes de la société algérienne», poursuit-il. Il annonce qu'un travail de consultation est déjà en cours mais qu'aucune tractation avec l'opposition n'a été entamée. «Je suis tenté de dire que c'est une réponse du président de la République à ceux qui ont demandé une Constituante», indique-t-il.
Des questions en relation avec les objectifs de cette conférence nationale reviennent souvent. Réponse : une nouvelle Constitution suivie d'un référendum, «nous n'avons pas été à l'écoute de la société, de la jeunesse, il est temps de le faire, toutes les franges de la société sont appelées à se joindre à cette initiative».
A l'heure où se déroule l'émission, des partis d'opposition appellent à une conférence nationale du front de refus des propositions du président de la République. Des manifestations contre le prolongement du mandat de Bouteflika se déroulent un peu partout à travers le pays. Une journaliste le lui fait remarquer et demande ce que peut être prévu en cas de refus populaire. Ramtane Lamamra : «En cas de refus, et je préfère ne pas entrevoir le pire, nous ferons tout pour continuer à convaincre, nous refusons de penser qu'une telle grande idée ne sera pas prise en charge par la Nation.»
Critiqué pour avoir livré sa première interview à un média étranger au moment où les Algériens attendent des réponses, il tente enfin d'expliquer que RFI (Radio France Internationale «est le média par excellence pour communiquer avec l'Afrique, beaucoup de personnalités algériennes et africaines m'ont appelé après cette interview».
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.