L'Inter et Tottenham seraient parvenus à un accord    Une secousse tellurique de magnitude 3.6 enregistré à Jijel    Arsenal : Vers un retour en Liga pour Ceballos, mais pas forcément au Real    Des mesures pour la réalisation du plus grand nombre de silos de céréales    Le MSP participera au processus de réformes nationales    Révision de la Constitution: pour la consolidation et l'indépendance de la justice    Hand/CAN-2020 (demi-finale): l'Algérie battue par l'Egypte (27-30)    Futsal/CAN à Laâyoune occupée: une violation flagrante du droit international    Tizi-Ouzou: hommage et recueillement à la mémoire de Matoub Lounes    UGTA : Salim Labatcha s'engage à mettre de l'ordre    TIZI OUZOU : Démantèlement d'un réseau de criminels    SURETE NATIONALE : 206 inspecteurs principaux promus    Les manifestants exigent la libération des détenus    REGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE : Abderrazak Makri soutient la diplomatie algérienne    AMENAGEMENT EXTERIEUR DES LOGEMENTS AADL2 : Levée des entraves administratives à Constantine    DEUX HARRAGA MORTS ET 19 AUTRES PORTES DISPARUS : Les familles demandent l'intervention des autorités à Tiaret    ROSFA (TIARET) : Des protestataires défoncent un portail de la mairie    INFRACTIONS ET CONTRAVENTIONS A TISSEMSILT : 576 affaires traitées en décembre    ESCROQUERIE : Mandat d'arrêt international contre le Promoteur ‘'Messaoud''    Bouhired décorée par le président tunisien    Salon de l'agriculture d'Oran: des démarches pour donner une impulsion à la cuniculture    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo (5e étape) : victoire de l'Algérien Reguigui    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    MDN: large campagne sanitaire au profit des habitants de zones enclavées à Biskra et Touggourt    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Les agriculteurs s'inquiètent    Dialogue interlibyen : Alger accélère les préparatifs    «L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali»    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    Ligue des champions d'Afrique : WAC - USMA, vendredi à 20h00 - A quitte ou double pour les Algériens    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À quelques heures de la fin du délai de dépôt des candidatures pour la présidentielle.. Benflis et Makri se retirent de la course
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 03 - 2019

C'est à l'issue d'une réunion extraordinaire du Bureau politique de Talaie El Hourriyet que l'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, a annoncé son retrait de la course, jugeant que la situation que traverse le pays était «délicate».
C'est une journée de tous les suspenses. Ce dimanche 3 mars qui marquait le dernier jour (jusqu'à minuit) pour le dépôt des dossiers de candidature à la présidentielle du 18 avril a mis en état d'alerte les états-majors de nombre de partis politiques. Talaie El Hourriyet et le Mouvement de la société pour la paix (MSP) ont été concernés. Ali Benflis et Abderrezak Makri, les deux présidents de ces partis, ont décidé de se retirer de la course vers le Palais d'El Mouradia, à une petite différence que le premier l'a fait de façon définitive alors que le second l'aura lié à la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat. C'est à l'issue d'une réunion extraordinaire du Bureau politique de Talaie El Hourriyet que l'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, a annoncé son retrait de la course, jugeant que la situation que traverse le pays était «délicate».
Pour lui, «l'enjeu n'est pas d'imposer une élection sans fraude, mais de changer tout un système». Lors d'une conférence de presse tenue au siège de son parti, Benflis a soutenu que le processus électoral en cours est «en contradiction avec le contexte politique actuel marqué par des revendications légitimes du peuple». C'est pour cela que «ma place est au sein des citoyens enfants de cette Algérie, non pas dans l'élection», a-t-il appuyé.
Organiser des élections dans les conditions actuelles «aggravera la situation du pays», met en garde l'orateur. Dénonçant «une candidature surréaliste» de Abdelaziz Bouteflika, l'ancien chef de gouvernement considère ce choix comme «une provocation et une atteinte à la dignité du peuple et de la nation. Ce que le peuple a rejeté de manière pacifique avec conscience politique». Insister sur cette candidature est «un saut vers l'inconnu dont le système en assumera la responsabilité», a-t-il déclaré, avant de détailler un plan de sortie de crise que le pouvoir en place ferait mieux d'adopter. La feuille de route du président de Talaie El Hourriyet repose sur deux axes : des mesures d'apaisement et de rétablissement de la confiance en plus des mesures politiques et institutionnelles.
Pour les mesures d'apaisement, le conférencier appelle le pouvoir à «renoncer au cinquième mandat» de Bouteflika, à «écarter les forces extraconstitutionnelles» et à «reporter la présidentielle de six mois». Tandis que pour le second axe, il est question de «la constitution d'un gouvernement de compétences nationales qui aura pour mission d'organiser l'élection présidentielle et de gérer les affaires courantes du pays», de «geler le travail de la HIISE» et de «renouveler la composante du Conseil constitutionnel». Par la suite, il faudra «écarter l'administration du processus électoral, organiser une présidentielle dans six mois avec une période de transition où sera élue une Assemblée nationale qui élaborera une nouvelle Constitution».
Le jeu du MSP
Contrairement à Ali Benflis, le président du MSP, lui, a annoncé son retrait, mais a joué les prolongations jusque tard dans la soirée. Le communiqué sanctionnant la session extraordinaire du Conseil consultatif était clair. Le parti a annoncé qu'il «ne participera pas à l'élection présidentielle du 18 avril 2019 dans le cas où la candidature du président de la République est confirmée». Comprendre que Abderrezak Makri pouvait bien déposer son dossier (sûrement prêt et finalisé) au cas où le chef de l'Etat se serait retiré à la dernière minute, soit avant minuit de ce dimanche 3 mars. Le parti islamiste a joué donc sur ce détail. Malgré la révolte populaire revendiquant le changement, le MSP voulait quand même participer à l'élection. A l'intérieur du Conseil consultatif d'ailleurs, 97 membres ont voté pour le maintien de la candidature de Makri, tandis que 145 ont voté pour son retrait.
Le MSP, comme Talaie El Hourriyet, a appelé le pouvoir «à répondre favorablement aux revendications du peuple, en particulier le renoncement au cinquième mandat», tout en mettant en garde qu'«insister sur ce choix fera basculer le pays dans l'inconnu».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.