Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À quelques heures de la fin du délai de dépôt des candidatures pour la présidentielle.. Benflis et Makri se retirent de la course
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 03 - 2019

C'est à l'issue d'une réunion extraordinaire du Bureau politique de Talaie El Hourriyet que l'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, a annoncé son retrait de la course, jugeant que la situation que traverse le pays était «délicate».
C'est une journée de tous les suspenses. Ce dimanche 3 mars qui marquait le dernier jour (jusqu'à minuit) pour le dépôt des dossiers de candidature à la présidentielle du 18 avril a mis en état d'alerte les états-majors de nombre de partis politiques. Talaie El Hourriyet et le Mouvement de la société pour la paix (MSP) ont été concernés. Ali Benflis et Abderrezak Makri, les deux présidents de ces partis, ont décidé de se retirer de la course vers le Palais d'El Mouradia, à une petite différence que le premier l'a fait de façon définitive alors que le second l'aura lié à la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat. C'est à l'issue d'une réunion extraordinaire du Bureau politique de Talaie El Hourriyet que l'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, a annoncé son retrait de la course, jugeant que la situation que traverse le pays était «délicate».
Pour lui, «l'enjeu n'est pas d'imposer une élection sans fraude, mais de changer tout un système». Lors d'une conférence de presse tenue au siège de son parti, Benflis a soutenu que le processus électoral en cours est «en contradiction avec le contexte politique actuel marqué par des revendications légitimes du peuple». C'est pour cela que «ma place est au sein des citoyens enfants de cette Algérie, non pas dans l'élection», a-t-il appuyé.
Organiser des élections dans les conditions actuelles «aggravera la situation du pays», met en garde l'orateur. Dénonçant «une candidature surréaliste» de Abdelaziz Bouteflika, l'ancien chef de gouvernement considère ce choix comme «une provocation et une atteinte à la dignité du peuple et de la nation. Ce que le peuple a rejeté de manière pacifique avec conscience politique». Insister sur cette candidature est «un saut vers l'inconnu dont le système en assumera la responsabilité», a-t-il déclaré, avant de détailler un plan de sortie de crise que le pouvoir en place ferait mieux d'adopter. La feuille de route du président de Talaie El Hourriyet repose sur deux axes : des mesures d'apaisement et de rétablissement de la confiance en plus des mesures politiques et institutionnelles.
Pour les mesures d'apaisement, le conférencier appelle le pouvoir à «renoncer au cinquième mandat» de Bouteflika, à «écarter les forces extraconstitutionnelles» et à «reporter la présidentielle de six mois». Tandis que pour le second axe, il est question de «la constitution d'un gouvernement de compétences nationales qui aura pour mission d'organiser l'élection présidentielle et de gérer les affaires courantes du pays», de «geler le travail de la HIISE» et de «renouveler la composante du Conseil constitutionnel». Par la suite, il faudra «écarter l'administration du processus électoral, organiser une présidentielle dans six mois avec une période de transition où sera élue une Assemblée nationale qui élaborera une nouvelle Constitution».
Le jeu du MSP
Contrairement à Ali Benflis, le président du MSP, lui, a annoncé son retrait, mais a joué les prolongations jusque tard dans la soirée. Le communiqué sanctionnant la session extraordinaire du Conseil consultatif était clair. Le parti a annoncé qu'il «ne participera pas à l'élection présidentielle du 18 avril 2019 dans le cas où la candidature du président de la République est confirmée». Comprendre que Abderrezak Makri pouvait bien déposer son dossier (sûrement prêt et finalisé) au cas où le chef de l'Etat se serait retiré à la dernière minute, soit avant minuit de ce dimanche 3 mars. Le parti islamiste a joué donc sur ce détail. Malgré la révolte populaire revendiquant le changement, le MSP voulait quand même participer à l'élection. A l'intérieur du Conseil consultatif d'ailleurs, 97 membres ont voté pour le maintien de la candidature de Makri, tandis que 145 ont voté pour son retrait.
Le MSP, comme Talaie El Hourriyet, a appelé le pouvoir «à répondre favorablement aux revendications du peuple, en particulier le renoncement au cinquième mandat», tout en mettant en garde qu'«insister sur ce choix fera basculer le pays dans l'inconnu».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.