Réactions aux discours de Gaïd Salah: Même le FLN ne croit pas à une présidentielle le 4 juillet    Ils ont été aspergés de lacrymogène: Les étudiants ont marché vers le palais du Gouvernement    France: Le trafic aérien vers l'Algérie en baisse    Le verbe et la bonne foi    Les sinistrés d'Aïn El Turck en appellent au wali: Plus de 200 familles recasées attendent un relogement depuis 20 ans    Le chantier des logements ruraux d'Oued Tlelat passé au peigne fin: Des instructions pour lever toutes les contraintes sur les bénéficiaires    Des vendeurs de grillades à chaque coin de rue: Un commerce nocturne éphémère... mais florissant    Dans ma tête un rond-point !    FLN et TAJ appuient    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À quelques heures de la fin du délai de dépôt des candidatures pour la présidentielle.. Benflis et Makri se retirent de la course
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 03 - 2019

C'est à l'issue d'une réunion extraordinaire du Bureau politique de Talaie El Hourriyet que l'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, a annoncé son retrait de la course, jugeant que la situation que traverse le pays était «délicate».
C'est une journée de tous les suspenses. Ce dimanche 3 mars qui marquait le dernier jour (jusqu'à minuit) pour le dépôt des dossiers de candidature à la présidentielle du 18 avril a mis en état d'alerte les états-majors de nombre de partis politiques. Talaie El Hourriyet et le Mouvement de la société pour la paix (MSP) ont été concernés. Ali Benflis et Abderrezak Makri, les deux présidents de ces partis, ont décidé de se retirer de la course vers le Palais d'El Mouradia, à une petite différence que le premier l'a fait de façon définitive alors que le second l'aura lié à la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat. C'est à l'issue d'une réunion extraordinaire du Bureau politique de Talaie El Hourriyet que l'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, a annoncé son retrait de la course, jugeant que la situation que traverse le pays était «délicate».
Pour lui, «l'enjeu n'est pas d'imposer une élection sans fraude, mais de changer tout un système». Lors d'une conférence de presse tenue au siège de son parti, Benflis a soutenu que le processus électoral en cours est «en contradiction avec le contexte politique actuel marqué par des revendications légitimes du peuple». C'est pour cela que «ma place est au sein des citoyens enfants de cette Algérie, non pas dans l'élection», a-t-il appuyé.
Organiser des élections dans les conditions actuelles «aggravera la situation du pays», met en garde l'orateur. Dénonçant «une candidature surréaliste» de Abdelaziz Bouteflika, l'ancien chef de gouvernement considère ce choix comme «une provocation et une atteinte à la dignité du peuple et de la nation. Ce que le peuple a rejeté de manière pacifique avec conscience politique». Insister sur cette candidature est «un saut vers l'inconnu dont le système en assumera la responsabilité», a-t-il déclaré, avant de détailler un plan de sortie de crise que le pouvoir en place ferait mieux d'adopter. La feuille de route du président de Talaie El Hourriyet repose sur deux axes : des mesures d'apaisement et de rétablissement de la confiance en plus des mesures politiques et institutionnelles.
Pour les mesures d'apaisement, le conférencier appelle le pouvoir à «renoncer au cinquième mandat» de Bouteflika, à «écarter les forces extraconstitutionnelles» et à «reporter la présidentielle de six mois». Tandis que pour le second axe, il est question de «la constitution d'un gouvernement de compétences nationales qui aura pour mission d'organiser l'élection présidentielle et de gérer les affaires courantes du pays», de «geler le travail de la HIISE» et de «renouveler la composante du Conseil constitutionnel». Par la suite, il faudra «écarter l'administration du processus électoral, organiser une présidentielle dans six mois avec une période de transition où sera élue une Assemblée nationale qui élaborera une nouvelle Constitution».
Le jeu du MSP
Contrairement à Ali Benflis, le président du MSP, lui, a annoncé son retrait, mais a joué les prolongations jusque tard dans la soirée. Le communiqué sanctionnant la session extraordinaire du Conseil consultatif était clair. Le parti a annoncé qu'il «ne participera pas à l'élection présidentielle du 18 avril 2019 dans le cas où la candidature du président de la République est confirmée». Comprendre que Abderrezak Makri pouvait bien déposer son dossier (sûrement prêt et finalisé) au cas où le chef de l'Etat se serait retiré à la dernière minute, soit avant minuit de ce dimanche 3 mars. Le parti islamiste a joué donc sur ce détail. Malgré la révolte populaire revendiquant le changement, le MSP voulait quand même participer à l'élection. A l'intérieur du Conseil consultatif d'ailleurs, 97 membres ont voté pour le maintien de la candidature de Makri, tandis que 145 ont voté pour son retrait.
Le MSP, comme Talaie El Hourriyet, a appelé le pouvoir «à répondre favorablement aux revendications du peuple, en particulier le renoncement au cinquième mandat», tout en mettant en garde qu'«insister sur ce choix fera basculer le pays dans l'inconnu».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.