Manchester City.. Guardiola contre le départ de Mahrez    Trop d'argent pour Notre-Dame… Pamela Anderson et Adil Rami quittent le gala de l'OM    Washington prépare le plan de paix pour la Palestine.. Le mutisme complice de pays musulmans    Un des fondateurs du FIS dissous.. Abassi Madani, n'est plus    Le président de la Corée du Nord en Russie    Libye: Des dirigeants africains demandent "l'arrêt immédiat" des combats    Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    Le PDG de Sonatrach est le frère du commissaire Hachichi    Bensalah limoge des walis    Des milliers manifestent à Annaba    L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    Mahrez veut quitter City    Quel Chabab pour la grande finale ?    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    130 comprimés psychotropes saisis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    USM Alger : un leader aux pieds d'argile    Semaine de la critique riche en premiers films    Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Washington menace ses alliés    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Mellal, en "président" populaire du MCO    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Les étudiants toujours mobilisés    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    M. Desrocher : Etablir des partenariats avec l'Algérie, "une des priorités des USA"    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Toujours déterminés    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel
Le foncier agricole
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2019

La wilaya de Jijel a perdu 1/3 de ses terres agricoles ces dernières années à cause d'un certain nombre de facteurs dont entre autres l'expansion urbanistique, l'exode rural des années 1990 et la prolifération des constructions illicites qui poussent comme des champignons sur des terres agricoles face au laxisme des services concernés, notamment les présidents de certaines Assemblées populaires communales qui voient en ces nouveaux occupants de ces terres comme un réservoir électoral pour leur réélection.
En effet, la superficie des terres agricoles de l'ensemble de la wilaya a enregistré une grande régression de 21 000 hectares en passant de 65 000 hectares durant la fin des années 1980 à 44 000 hectares actuellement, a-t-on appris auprès de certaines sources proches de la Direction des services agricoles . A cet effet, en dépit des instructions décrétées par les pouvoirs publics pour la protection et la sauvegarde du foncier agricole en vue de satisfaire les besoins alimentaires de la population, force est de constater que l'avancée du béton se poursuit toujours sur les plaines les plus fertiles de la wilaya. A cet effet, une simple virée dans les communes de Taher, Kaous, El Kennar, Djemaâ Beni Hebibi, nous renseigne de ce phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur.
Certains observateurs au fait de ce dossier, estiment que l'exode des populations des régions montagneuses au milieu des années 1990 est un facteur qui a contribué au rétrécissement des terres agricoles car ces personnes ont érigé leurs constructions illicites sur des terres agricoles limitrophes des centres urbains et aux communes côtières, fuyant la menace terroriste et l'isolement dont ils souffraient dans leurs hameaux d'origine dépourvus de nombreuses commodités vitales. C'est le cas des localités de Bazol, Djimar qui furent jadis de riches plaines de vignoble, Faza, Beni Ahmed qui comptaient un important nombre d'exploitations agricoles collectives et individuelles.
Actuellement, ces EAC et EAI font partie du passé car leurs terres sont envahies par une nuée de constructions illicites qui se poursuivent toujours, comme c'est le cas dans la localité côtière de Bazol relevant de la commune de Taher. D'autre part, les pouvoirs publics au niveau local ont été contraints d'amputer des centaines d'hectares de terres agricoles pour l'implantation des équipements publics, des programmes de logements toutes formules confondues , notamment dans les communes côtières. A cet effet et en vertu du décret exécutif numéro 03/313 fixant les conditions et les modalités de restitutions des terres agricoles intégrées dans le tissu urbain et l'instruction numéro 15 datée du 6 décembre 2005 décrétée par le chef de gouvernement et portant l'extraction des terres agricoles situées en dehors du domaine urbain, l'instruction n° 2 du 12 mai 2013 du Premier ministre stipulant le déclassement des terres agricoles en vue de satisfaire les besoins nécessaires concernant la réalisation des projets publics de développement.
Ces actions ont permis l'exploitation de centaines d'hectares du foncier agricole pour la réalisation des équipements publics dont 400 hectares suite à une délibération de l'Assemblée populaire de wilaya et l'accord de la commission interministérielle chargée de l'extraction des terres agricoles.
A cet effet, la ferme pilote Adouane-Ali située à l'entrée de la ville de Jijel est un modèle type de ces extractions ces dernières années et dont 120 hectares ont été affectés pour la réalisation d'un nouveau pôle administratif abritant plusieurs directions de l'exécutif. Il convient de souligner par ailleurs que de nombreuses exploitations agricoles collectives et individuelles ont été détournées de leur vocation. Elles se sont transformées en parcs de matériaux de construction à l'image de celles se trouvant en bordure du chemin de wilaya D135 reliant Taher à Chekfa .
Selon certaines indiscrétions, un nombre non négligeable de ces exploitations ont été vendues par ces exploitants qui ont un droit de jouissance et non un acte de propriété. il y a lieu de souligner également que l'avancée du béton a amputé le périmètre destiné à l'irrigation des plaines de Kaous, Emir Abdelkader, Taher, El Kennar de plus de 700 hectares qui ont été affectés pour abriter le pôle universitaire de Tassout , une partie de la pénétrante autoroutière reliant Jijel à la ville d'El Eulma, à Zhun de Tassifet et la ferme Adouane-Ali.
Bouhali Mohammed Cherif


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.