Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel
Le foncier agricole
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2019

La wilaya de Jijel a perdu 1/3 de ses terres agricoles ces dernières années à cause d'un certain nombre de facteurs dont entre autres l'expansion urbanistique, l'exode rural des années 1990 et la prolifération des constructions illicites qui poussent comme des champignons sur des terres agricoles face au laxisme des services concernés, notamment les présidents de certaines Assemblées populaires communales qui voient en ces nouveaux occupants de ces terres comme un réservoir électoral pour leur réélection.
En effet, la superficie des terres agricoles de l'ensemble de la wilaya a enregistré une grande régression de 21 000 hectares en passant de 65 000 hectares durant la fin des années 1980 à 44 000 hectares actuellement, a-t-on appris auprès de certaines sources proches de la Direction des services agricoles . A cet effet, en dépit des instructions décrétées par les pouvoirs publics pour la protection et la sauvegarde du foncier agricole en vue de satisfaire les besoins alimentaires de la population, force est de constater que l'avancée du béton se poursuit toujours sur les plaines les plus fertiles de la wilaya. A cet effet, une simple virée dans les communes de Taher, Kaous, El Kennar, Djemaâ Beni Hebibi, nous renseigne de ce phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur.
Certains observateurs au fait de ce dossier, estiment que l'exode des populations des régions montagneuses au milieu des années 1990 est un facteur qui a contribué au rétrécissement des terres agricoles car ces personnes ont érigé leurs constructions illicites sur des terres agricoles limitrophes des centres urbains et aux communes côtières, fuyant la menace terroriste et l'isolement dont ils souffraient dans leurs hameaux d'origine dépourvus de nombreuses commodités vitales. C'est le cas des localités de Bazol, Djimar qui furent jadis de riches plaines de vignoble, Faza, Beni Ahmed qui comptaient un important nombre d'exploitations agricoles collectives et individuelles.
Actuellement, ces EAC et EAI font partie du passé car leurs terres sont envahies par une nuée de constructions illicites qui se poursuivent toujours, comme c'est le cas dans la localité côtière de Bazol relevant de la commune de Taher. D'autre part, les pouvoirs publics au niveau local ont été contraints d'amputer des centaines d'hectares de terres agricoles pour l'implantation des équipements publics, des programmes de logements toutes formules confondues , notamment dans les communes côtières. A cet effet et en vertu du décret exécutif numéro 03/313 fixant les conditions et les modalités de restitutions des terres agricoles intégrées dans le tissu urbain et l'instruction numéro 15 datée du 6 décembre 2005 décrétée par le chef de gouvernement et portant l'extraction des terres agricoles situées en dehors du domaine urbain, l'instruction n° 2 du 12 mai 2013 du Premier ministre stipulant le déclassement des terres agricoles en vue de satisfaire les besoins nécessaires concernant la réalisation des projets publics de développement.
Ces actions ont permis l'exploitation de centaines d'hectares du foncier agricole pour la réalisation des équipements publics dont 400 hectares suite à une délibération de l'Assemblée populaire de wilaya et l'accord de la commission interministérielle chargée de l'extraction des terres agricoles.
A cet effet, la ferme pilote Adouane-Ali située à l'entrée de la ville de Jijel est un modèle type de ces extractions ces dernières années et dont 120 hectares ont été affectés pour la réalisation d'un nouveau pôle administratif abritant plusieurs directions de l'exécutif. Il convient de souligner par ailleurs que de nombreuses exploitations agricoles collectives et individuelles ont été détournées de leur vocation. Elles se sont transformées en parcs de matériaux de construction à l'image de celles se trouvant en bordure du chemin de wilaya D135 reliant Taher à Chekfa .
Selon certaines indiscrétions, un nombre non négligeable de ces exploitations ont été vendues par ces exploitants qui ont un droit de jouissance et non un acte de propriété. il y a lieu de souligner également que l'avancée du béton a amputé le périmètre destiné à l'irrigation des plaines de Kaous, Emir Abdelkader, Taher, El Kennar de plus de 700 hectares qui ont été affectés pour abriter le pôle universitaire de Tassout , une partie de la pénétrante autoroutière reliant Jijel à la ville d'El Eulma, à Zhun de Tassifet et la ferme Adouane-Ali.
Bouhali Mohammed Cherif


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.