Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Imposante marche des avocats à Alger
Manifestations contre le prolongement du quatrième mandat
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 03 - 2019

Les robes noires ont marché hier dans la capitale. Malgré quelques heurts avec les forces de l'ordre, des milliers d'avocats ont réussi à marcher de la Grande-Poste jusqu'au tribunal Abane-Ramdane, scandant « Système dégage » et autres slogans pour dire non au prolongement du quatrième mandat présidentiel.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Imposante marche des avocats hier sur Alger. Ils étaient des milliers à venir manifester leur rejet du prolongement du quatrième mandat du Président sortant.
Regroupés d'abord aux alentours de 9h30 devant la Grande-Poste, les avocats décident d'entamer une marche vers 11h, en passant par la rue Pasteur pour faire un tour via le tunnel des Facultés et revenir au lieu du départ. Les services de sécurité sont déployés en force.
Un premier groupe d'avocats réussit à monter la rue Pasteur scandant « Système dégage », « Djazaïr horra démocratia ». Mais les forces anti-émeutes interviennent pour bloquer le reste des manifestants. Ces derniers restent sur place et scandent « Khawa khawa ». Rien à faire, les forces de l'ordre n'abdiquent pas.
Du côté de la Fac centrale, le premier groupe de manifestants, conduit par maître Selini, président du Conseil de l'Ordre des avocats, vient de sortir du tunnel et marche pour revenir à la Grande-Poste. A mi-chemin, les forces de l'ordre interviennent également pour bloquer les manifestants.
Les avocats réussissent, après quelques minutes, à franchir le cordon de sécurité, sous les applaudissements des citoyens. Les avocats reviennent à la Grande-Poste pour tracer un nouvel itinéraire allant de la rue Larbi-Ben-M'hidi jusqu'au tribunal Abane-Ramdane, en s'arrêtant un moment devant la stèle de l'émir Abdelkader pour entonner des chants patriotiques et demander le respect de la Constitution. « Nous avons décidé de marcher pour montrer que la défense est solidaire de la demande du peuple qui réclame la fin de ce pouvoir pour aller vers une nouvelle république et le respect total de la volonté de ce peuple », déclare maître Selini.
Selon le bâtonnier, «tous les représentants des avocats d'Algérie sont venus pour dire que c'est la fin de ce système ». Le Conseil de l'Union des avocats, dit-il, «reste mobilisé pour agir et prendre des positions en fonction de l'évolution de la situation du pays ».
De son côté, maître Dabouze estime que la situation «est très grave». Les avocats, dit-il, sont sortis dans la rue pour soutenir le mouvement populaire. « Il faut reconnaître que c'est le peuple qui est sorti depuis le 22 février dernier et nous, les avocats, sommes sortis pour soutenir le peuple et dire non à un système corrompu .»
Maître Dabouze poursuit : « Nous sommes en train de découvrir au fur et à mesure que la situation est très grave .» L'avocat qualifie ce qui se passe de « haute trahison ». « Quand vous entendez un responsable d'un parti vous dire que des forces non constitutionnelles avaient pris les prérogatives du Président et pendant plus de sept ans, elles exerçaient ses prérogatives, il s'agit d'une haute trahison, et ça n'a pas d'autres qualificatifs. Entendre le porte-parole du RND qui vous dit demandez à Ouyahia et aux autres avec qui ils parlaient lorsqu'ils prétendaient qu'ils parlaient avec le Président , sont des accusations très graves, il faudrait aussi ouvrir une enquête sérieuse lorsque vous entendez quelqu'un vous dire qu'un pays étranger, en l'occurrence la France, bénéficie du gaz algérien gratuitement car le Président et ceux qui ont agi à sa place avaient décidé de prolonger d'une façon illégale et illégitime une clause des accords d'Evian .».
Selon lui, « les gens qui ont trahi le pays ne peuvent en aucun cas organiser quoi que ce soit, il faut qu'ils partent car le peuple est capable de gérer ses affaires et de s'en sortir comme il l'a fait en 1962 et 1991».
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.