Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Imposante marche des avocats à Alger
Manifestations contre le prolongement du quatrième mandat
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 03 - 2019

Les robes noires ont marché hier dans la capitale. Malgré quelques heurts avec les forces de l'ordre, des milliers d'avocats ont réussi à marcher de la Grande-Poste jusqu'au tribunal Abane-Ramdane, scandant « Système dégage » et autres slogans pour dire non au prolongement du quatrième mandat présidentiel.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Imposante marche des avocats hier sur Alger. Ils étaient des milliers à venir manifester leur rejet du prolongement du quatrième mandat du Président sortant.
Regroupés d'abord aux alentours de 9h30 devant la Grande-Poste, les avocats décident d'entamer une marche vers 11h, en passant par la rue Pasteur pour faire un tour via le tunnel des Facultés et revenir au lieu du départ. Les services de sécurité sont déployés en force.
Un premier groupe d'avocats réussit à monter la rue Pasteur scandant « Système dégage », « Djazaïr horra démocratia ». Mais les forces anti-émeutes interviennent pour bloquer le reste des manifestants. Ces derniers restent sur place et scandent « Khawa khawa ». Rien à faire, les forces de l'ordre n'abdiquent pas.
Du côté de la Fac centrale, le premier groupe de manifestants, conduit par maître Selini, président du Conseil de l'Ordre des avocats, vient de sortir du tunnel et marche pour revenir à la Grande-Poste. A mi-chemin, les forces de l'ordre interviennent également pour bloquer les manifestants.
Les avocats réussissent, après quelques minutes, à franchir le cordon de sécurité, sous les applaudissements des citoyens. Les avocats reviennent à la Grande-Poste pour tracer un nouvel itinéraire allant de la rue Larbi-Ben-M'hidi jusqu'au tribunal Abane-Ramdane, en s'arrêtant un moment devant la stèle de l'émir Abdelkader pour entonner des chants patriotiques et demander le respect de la Constitution. « Nous avons décidé de marcher pour montrer que la défense est solidaire de la demande du peuple qui réclame la fin de ce pouvoir pour aller vers une nouvelle république et le respect total de la volonté de ce peuple », déclare maître Selini.
Selon le bâtonnier, «tous les représentants des avocats d'Algérie sont venus pour dire que c'est la fin de ce système ». Le Conseil de l'Union des avocats, dit-il, «reste mobilisé pour agir et prendre des positions en fonction de l'évolution de la situation du pays ».
De son côté, maître Dabouze estime que la situation «est très grave». Les avocats, dit-il, sont sortis dans la rue pour soutenir le mouvement populaire. « Il faut reconnaître que c'est le peuple qui est sorti depuis le 22 février dernier et nous, les avocats, sommes sortis pour soutenir le peuple et dire non à un système corrompu .»
Maître Dabouze poursuit : « Nous sommes en train de découvrir au fur et à mesure que la situation est très grave .» L'avocat qualifie ce qui se passe de « haute trahison ». « Quand vous entendez un responsable d'un parti vous dire que des forces non constitutionnelles avaient pris les prérogatives du Président et pendant plus de sept ans, elles exerçaient ses prérogatives, il s'agit d'une haute trahison, et ça n'a pas d'autres qualificatifs. Entendre le porte-parole du RND qui vous dit demandez à Ouyahia et aux autres avec qui ils parlaient lorsqu'ils prétendaient qu'ils parlaient avec le Président , sont des accusations très graves, il faudrait aussi ouvrir une enquête sérieuse lorsque vous entendez quelqu'un vous dire qu'un pays étranger, en l'occurrence la France, bénéficie du gaz algérien gratuitement car le Président et ceux qui ont agi à sa place avaient décidé de prolonger d'une façon illégale et illégitime une clause des accords d'Evian .».
Selon lui, « les gens qui ont trahi le pays ne peuvent en aucun cas organiser quoi que ce soit, il faut qu'ils partent car le peuple est capable de gérer ses affaires et de s'en sortir comme il l'a fait en 1962 et 1991».
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.