«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le processus électoral rejeté par les partis
Bensalah propose une commission indépendante des élections
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 04 - 2019

Les partis de l'opposition qui ont proposé, chacun en ce qui le concerne, des plans de sortie de crise avec une période de transition démocratique, refusent de s'inscrire dans ce processus qui est considéré comme un contournement des revendications du peuple qui reste mobilisé contre la gestion de la transition par le système politique.
Karim Aimeur - (Alger) Le Soir - Après son installation, le nouveau chef de l'Etat a annoncé la mise en place, «en concertation avec la classe politique et civile citoyenne», d'une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, chargée de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'élections nationales honnêtes et transparentes.
Une démarche unanimement rejetée par les partis politiques.
«C'est un simple effet d'annonce dénué de toute efficience. C'est un pur déni de la réalité qui caractérise la scène politique nationale», estime Fetta Sadat, députée du RCD, rappelant que le peuple réclame le départ du système politique «qui sévit depuis plus d'un demi-siècle usant de la fraude électorale et de la dilapidation des richesses nationales».
Pour elle, il s'agit d'un détournement de la souveraineté populaire par le chef de l'Etat «intronisé suite à un véritable coup de force» et qui tourne le dos de manière ostentatoire aux revendications et aspirations du peuple algérien.
«Ce régime qui espère perdurer par l'artifice de l'article 102 de la Constitution ne peut apporter les solutions attendues par le peuple algérien. Par ses promesses vaines, Bensalah confirme que ce régime est autiste et jusqu'auboutiste. La répression de manifestations pacifiques en est la meilleure preuve», ajoute notre interlocutrice, affirmant que la rue a répondu aux promesses de Bensalah en demandant son départ et en appelant à l'application de l'article 7.
De son côté, le président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), Mohamed Saïd, estime que Bensalah est lui-même un problème que le peuple cherche à résoudre par l'obtention de son départ.
«Quelle que soit sa disponibilité, je ne pense pas qu'il sera écouté par la classe politique et citoyenne même dans l'hypothèse où le Commandement de l'armée le maintient contre la volonté populaire», précise Mohamed Saïd, dans une déclaration au Soir d'Algérie.
Le PLJ a soutenu que la désignation de Bensalah ne contribue guère à réduire la tension populaire car elle s'oppose à l'exigence d'un changement radical du régime revendiquée depuis le 22 février par des millions d'Algériens.
Pour sa part, Mustapha Hadni, coordinateur du Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD), soutient qu'à travers la feuille de route déclinée par Bensalah, le pouvoir tente de se régénérer et de changer de peau en mettant en avant le faux argument du respect de la Constitution.
«En réalité, il a beau manœuvrer, menacer, multiplier les effets de manche, le mouvement de masse imperturbable s'est élargi et approfondi de jour en jour mobilisant pacifiquement des millions de manifestants», a-t-il réagi.
Contacté par nos soins, M. Hadni a exprimé la nécessité historique d'une transition démocratique qui passe, selon lui, par la démission de Bensalah et de Belaïz ainsi que la dissolution de toutes les institutions «élues», la désignation d'un gouvernement de combat républicain, l'adoption d'un projet d'une nouvelle Constitution afin d'aboutir à un projet de société consacrant l'Algérie républicaine, démocratique, sociale et laïque et enfin l'organisation d'élections libres et démocratiques.
«Si les démocrates veulent réellement ouvrir la voie à l'Etat de droit, ils doivent à tout prix éviter de se présenter face à leurs ennemis en rangs dispersés et se décider à se retrouver ensemble autour d'une table, exclusivement entre démocrates, loin des partis-Etat et des partis islamistes et ce, afin de tracer d'un commun accord une feuille de route unique et imposer une alternative crédible», a-t-il soutenu, appelant à l'unification des forces progressistes et modernistes.
Le même rejet de la feuille de route de Bensalah est exprimé par la société civile.
Interrogé, Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), affirme refuser le recours à l'application de l'article 102 de la Constitution et l'organisation des élections par le même système dans 90 jours.
Il soutient que la commission proposée par Bensalah «n'est qu'une manœuvre de plus opérée par le système qui est tellement acculé par la force de la rue qu'il est en train de faire dans le bricolage pour sauver ce qui pourrait l'être».
«Pour nous, il est impossible d'organiser des élections libres et indépendantes en 90 jours d'autant que nous constatons avec force la mauvaise volonté du système d'aller vers un changement effectif», tranche-t-il.
Même son de cloche chez le président de l'association Rassemblement, jeunesse et action (RAJ), Abdelouahab Fersaoui, qui estime que la proposition de Bensalah «est une ruse qui vise le recyclage du système».
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.