Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dur sera le Ramadhan à Boumerdès
EROSION DU POUVOIR D'ACHAT DES CITOYENS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 04 - 2019

A court terme, les prix des produits agricoles, les maraîchers notamment, ainsi que les viandes blanches seront, très probablement, tirés vers le bas non pas par une plus importante production mais par la baisse de la consommation.
En effet, les citoyens chefs de famille de la wilaya de Boumerdès, à l'instar de ceux des autres régions du pays, subissent de plein fouet l'érosion de leur pouvoir d'achat. «Nous estimons la baisse de consommation à 40% dans le domaine des produits avicoles», nous lance au téléphone le président de l'Association des éleveurs de volaille de la wilaya de Boumerdès, Tikle Fatah.
Pourtant, le poulet est relativement abordable comparativement à la viande rouge qui est devenue pour la majorité des familles de cette région un produit de luxe. La consommation des produits laitiers et les poissons, fait partie, pour la majorité des familles, du passé.
Un haut responsable politique n'a-t-il pas déconseillé aux familles algériennes la consommation des yaourts ? Pour revenir au poulet, produit refuge et source de protéines pour la majorité des familles, y compris celles recensées dans la classe moyenne, le président de l'association citée plus haut, a affirmé que ce produit qui est vendu actuellement chez le détaillant à 260 DA le kilo, pourrait sans doute grimper, avant le premier jour du mois sacré et les quelques jours d'après à 300 DA. « Présentement, le poulet vivant est cédé à 170 DA le kilo à partir des fermes. C'est quasiment le prix de revient de l'élevage. Mais les éleveurs sont obligés de travailler sinon ils fermeraient. Comme je viens de vous le dire, la consommation a fortement baissé et elle a impacté la production.»
La Direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Boumerdès s'attend à une production de 8 000 tonnes de poulet de chair et 2 000 tonnes de viande de dinde.
Le Ramadhan spirituel sera facile, mais du point de vue économique, il sera dur pour les budgets des familles malgré les assurances de la DSA de la wilaya de Boumerdès quant à la production agricole qui sera disponible dans quelques jours.
Au vu de ces quantités que nous a communiquées Rachid Messaoudi, chef de service à la DSA, cette production pourrait satisfaire la demande des consommateurs de la wilaya de Boumerdès, mais la plus grande partie de celle-ci ira garnir les étals des wilayas de Tizi-Ouzou et Alger, plus voraces, à cause de la densité démographique et le manque de surfaces de production plus particulièrement à Alger.
Selon Messaoudi, les producteurs de la circonscription mettront sur le marché durant quelques jours avant le début du Ramadhan et les jours suivants 13 000 tonnes de tomates, 33 00 tonnes de courgettes, 1 400 tonnes de piments, 700 tonnes de poivrons, 6 000 tonnes de salades et 1 000 tonnes de carottes. «S'agissant de l'ail, le prix sera stabilisé autour de 200 dinars par le déstockage et l'arrivée de l'ail vert», estime Messaoudi.
Concernant la pomme de terre qui est écoulée, selon Messaoudi, ces derniers jours dans les marchés de gros entre 13 et 18 dinars le kilo, il reste un stock de 100 000 quintaux dans les frigos alors que la récolte de la nouvelle saison arrive de l'ouest du pays. Donc, théoriquement les prix seront stables. Pour le lait, un produit très demandé durant le Ramadhan « la laiterie et fromagerie de Boudouaou a pris l'engagement de répondre à toute la demande même si celle-ci double» a affirmé notre interlocuteur.
Encore faut-il que les distributeurs jouent le jeu et ne créent pas des perturbations pour augmenter leurs prix comme ils ont l'habitude de le faire.
A noter que cette année, les autorités de la wilaya n'ont pratiquement rien fait pour augmenter les espaces commerciaux ponctuels comme ils l'ont fait l'année écoulée pour permettre aux producteurs dans l'agroalimentaire de vendre directement aux consommateurs.
Une source de la Direction du commerce rejette la faute sur les P/APC « qui ont été sollicités pour aménager des espaces avec un minimum de commodités mais qui n'ont, finalement, rien fait.» Peut-être qu'ils sont préoccupés par des dossiers chauds ou par leur avenir politique au lendemain de la révolution du 22 février ?
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.